De la nature de l'espoir...

Publié le 12 Janvier 2015

De la nature de l'espoir...

La vie continue oui on le sait. Elle doit continuer sinon on abandonne tout espoir que rien ne soit jamais meilleur. Elle doit continuer sinon ça veut dire qu'on se soumet et qu'on accepte. Ce n'est pas parce que la vie continue que j'ai envie d'écrire un billet vain avec des paillettes et du rose dedans, ça reviendra oui (j'ai envie de parler de nos derniers films vus...) mais pas aujourd'hui. De même que je n'ai pas envie d'écrire du rose et des paillettes je n'ai pas envie de les lire chez les autres, désolée je reviendrai plus tard. Je ne peux pas tout de suite passer de ces trois jours d'horreur à vos photos de joies en famille. Je ne peux tout de suite passer des dernières exactions de Boko Haram ou du régime saoudien à vos sourires d'enfants occidentaux qui nagent, somme toute, dans le bonheur et qu'on n'envoie pas dans un marché avec une bombe sur le dos. Je ne peux pas tout de suite passer des dernières victimes françaises tuées uniquement parce qu'elles étaient juives aux photos de déco ou de mariage. Et même si je vis des moments heureux en famille j'ai envie de les garder pour moi et je ne me sens pas un besoin frénétique de tout partager sur le net parce que la vie continue.

J'ai encore besoin de temps pour digérer et surtout pour appréhender tout ce que ça peut signifier pour l'avenir. Je ne sais pas encore si cet élan incroyable de solidarité internationale va perdurer et va renforcer l'entraide et l'aide pour ceux qui en ont besoin. Je ne sais pas encore si la solidarité nationale apparente est l'arbre qui cache une forêt de haine qui va pouvoir s'exprimer encore plus librement dans le camp de tous les extrémistes, quelle que soit leur appartenance religieuse. Je pense à ce petit con qui a jugé bon de hurler "Allah Ouakbar" juste avant de sortir de mon wagon de train jeudi dernier ou à ces petits cons qui ont agressé un jeune lycéen musulman, à ces petites connes qui soutiennent les terroristes sur les réseaux sociaux, à ces grands cons qui s'attaquent aux mosquées...

Je pense à tous ces grands et petits cons et je me dis que la solution elle est forcément dans l'éducation et dans la défense des valeurs de la République. Sinon il se passe quoi, la guerre civile ?

Evidemment que la majorité des musulmans de France n'est pas islamiste ni intégriste et dingue !, certains ne sont même pas pratiquants, exactement ce qui se passe dans les autres religions où l'on a des extrêmes et des athées. Tout comme on ne peut nier que les idées qui ont servi de prétexte et d'excuse aux meurtriers sont des idées partagées par d'autres en France même s'ils sont minoritaires. Tout comme on ne peut nier qu'en France il y a des racistes ou des extrémistes aux idées politiques nauséabondes. Tout comme on ne peut nier que la France est le pays où il y a le plus d'agressions antisémites...

Je voulais écrire d'autres choses puis je suis tombée sur ce texte écrit par une prof enseignante en Seine Saint Denis. Je suis sûre que d'autres profs pourraient dire la même chose...

De la nature de l'espoir...

Je voudrais que mon pays en sorte grand et solide et je ne voudrais pas que dans trois mois on ait tous oublié nos belles paroles et qu'elles ne soient pas suivies d'actes.

Je me suis éloignée volontairement des réseaux sociaux depuis vendredi après-midi parce que je n'ai pas eu envie de me battre, pas eu envie de lire les accusations des uns, les reproches des autres, la recherche et la désignation d'un coupable (l'Occident, les USA, Israël, la pauvreté, le capitalisme... les hommes préhistoriques aussi pourquoi pas...). Pas eu envie de voir sortir les loups du bois ni de lire les statuts amers de ceux qui ne voulaient pas marcher. Mais pourquoi faut-il toujours se justifier dans un sens ou dans l'autre... Je suis Charlie dépasse Charlie Hebdo, Je suis Charlie est devenu universel... II est porteur d'espoir !

Il me faut encore un peu de temps avant que mon insouciance totale revienne, si tant est qu'un  jour je fus totalement insouciante. Depuis que je suis en âge de comprendre j'ai vu les ravages que la religion dans son ensemble a causé à l'humanité entière. Je sais que l'homme a besoin de croire en quelque chose mais tuer pour ses croyances, obliger d'autres à endosser ses croyances, cela fait des siècles que ça dure et personne n'en tire les leçons, pas grand monde en tout cas. J'ai moi même été élevée dans la religion stricte (dont je me suis affranchie dès que cela a été possible) et pourtant j'ai réussi à développer ma propre opinion, probablement parce que j'ai lu encore et encore, été au cinéma et au spectacle... tiens, coucou l'éducation...

L'éducation qui doit passer par l'école évidemment mais tout le monde doit s'y mettre : les parents, les éducateurs, les politiques, les journalistes, la télévision, les artistes, les écrivains, moi, toi, nous, eux... et il faut donner des moyens...

De la nature de l'espoir...

Je travaille à Paris, j'ai ententu les sirènes, vu les déploiements de sécurité un peu partout sans compter le déferlement médiatique incessant. Pour la première fois j'ai appréhendé (de très loin mais avec empathie) ce que ça peut faire de vivre dans un pays en état de guerre. Après ces journées de tension j'ai trouvé un grand réconfort dans la nature qui m'entoure, chez moi. Le calme, les oiseaux, les arbres, les étendues sauvages... Cela paraît vain peut-être mais je me suis dit que justement c'était tout aussi important qu'on protège la nature qui a ce don de nous faire croire et de nous redonner l'espoir, la vie en fait...

Ps : désolée pour ce billet qui part un peu dans tous les sens, j'ai écrit, effacé, écrit, effacé encore... tout ce qui découle de ces derniers jours est riche, contradictoire, parfois difficile à exprimer...

Ps2 : j'ai écrit le billet samedi soir, avant la marche... je l'ai complété dimanche soir !

Ps3 : j'aurais voulu être à Paris mais je n'y étais pas. J'ai pleuré devant les images de la télé, c'était beau, historique, fort... pourvu que ça ne soit pas qu'une journée... J'ai envie d'y croire !

Ps4 : j'ai entendu Latifa Ibn Ziaten sur France 2. C'est la mère d'une des victimes de Merah. Elle m'a émue aux larmes cette femme qui malgré sa peine a pris les "armes", la parole et l'éducation, pour aider les jeunes à ne pas avoir la haine et à ne pas devenir des futurs Merah... Cette femme qui croit en la France, en la République et qui a participé aux rassemblements avec son voile et qui malheureusement a essuyé quelques insultes... 

Latifa Ibn Ziaten qui réconforte le père de Yohav Hattab, ce jeune garçon juif de 21 ans tué froidement d'une balle dans la tête à Vincennes restera à jamais dans mon coeur... Ma fille n'a pas fini de me voir pleurer...

De la nature de l'espoir...

Rédigé par Carole Nipette

Commenter cet article

lily 23/01/2015 19:43

Ici j'ai été partagé entre les 2 sentiments car ce drame est tombé à quelques jours de l'anniversaire de stella et du coup que faire ... j'ai pris sur moi de laisser cette journée prévue et au final on a fêté à notre manière la France libre en famille en regardant notre fille heureuse soufflé des bougies en vous disant que non la France n'est pas à terre et que oui leur éducation sera toujours là et que grâce à ça la France vivra encore de belles heures malgré atrocité du moment présent....

Carole Nipette 23/01/2015 21:20

mais tu as bien eu raison de fêter l'anniversaire de ta fille !

Madame Piche 14/01/2015 10:43

Je ne sais quoi dire, Cet article restranscrit bien ma pensée du moment, un peu en vrac, de l'espoir, de la trouille, un peu de colère, de l'émotion etc... Merci de l'écrire.

Carole Nipette 14/01/2015 22:46

Merci de le lire... pour l'instant, je suis toujours dans le même état d'esprit et pire même car mon espoir s'amenuise...

Madame 12/01/2015 21:23

J'ai beaucoup hésité à écrire sur ce que j'ai entendu dans le cadre de mon métier mais non je m'en tiens aux sourires de mes enfants et à la galette sur le blog.

Cela dépasse l'éducation, c'est les conséquences d'une misère sociale, de détresse humaine qui existent depuis toujours et qui s'accentuent. Certaines personnes se retrouvent happer par des barbares et nous en connaissons les terribles manifestations.
Quand je vois ce qu'on fait les politiques de cette marche historique je me dis qu'ils n'ont rien compris et que les solutions ne sont pas pour aujourd'hui.
Je suis septique, je t'embrasse ♥

Carole Nipette 12/01/2015 22:07

j'espère qu'on pourra s'en parler en vrai... j'hésite toujours à mettre la misère sociale en avant parce que ça me parait trop simple et quand on regarde le monde, les plus riches ne sont pas forcément les plus heureux et les plus tolérants... partout où il y a la misère il y a des gens qui volent ou pire mais ils ne sont pas la majorité, ce n'est pas une fatalité à mon sens... la société est inégalitaire dans ses fondements à cause de l'argent mais quand je réfléchis, les seules fois on a gommé les inégalités sociales ça a donné le communisme ou la révolution culturelle chinoise... être pauvre n'est pas une excuse à quoi que ce soit pour moi... à moins que tu ne vois misère sociale autrement... Bises

Océane 12/01/2015 14:15

Ton texte est très beau et je m'y associe pleinement. J'ai été très touchée de toutes formes de mobilisation. Mais je ne peux m'empêcher de craindre les représailles, le mélange de la connerie et de la haine.

Carole Nipette 12/01/2015 22:08

Très touchée aussi, la voix à suivre va être semée d'embuches, à tous de les braver...

Ma poussette à Paris 12/01/2015 11:18

Très joli billet, on est sur la même longueur d'onde aujourd'hui.
Plein de douces pensées et croisons les doigts pour l'avenir.
Bisous

Carole Nipette 12/01/2015 22:09

On croise fort :)

Anne-Laure 12/01/2015 10:57

Ici, je prends le temps de digérer tant j'ai eu la nausée ces derniers jours. Nausée de l'acte en lui même , indigestion de l'overdose d'informations sans prise de recul, sans prise de conscience vendredi, où seconde par seconde, des "journalistes" on confondu vitesse et précipitation...Nausée en voyant dans la liste des invités des gens qui de totue évidence ont du mal avec la définition et l'application de la liberté d'expression et de la presse dans leur propre pays... J'essaie de garder le réconfort de ces millions de bonnes volontés, des 35 000 personnes avec qui j'ai marché samedi, du pique-nique couscous-garbure organisé après la marche, j'essaie aussi de penser à mon rôle d'enseignante & celui de mère qui souhaite que ses enfants sachent respecter les valeurs fondamentales, gardent l'esprit critique, soient tolérants mais luttent contre la bêtise humaine et surtout, n'oublient jamais leur sens de l'humour. Sacré boulot, hein? Tout ça demande du temps. Ironie du sort, je suis justement en train de travailler sur l'humour britannique avec mes élèves...

Carole Nipette 12/01/2015 22:10

Sacré boulot qui va nous occuper et encore plus toi du coup, à plein temps !

Selky 12/01/2015 09:42

Oui la vie continue comme tu le dis, mais avec un gout amer... Une boule dans la gorge, un nœud dans la ventre qui ne veulent pas partir ces saloupiots.... J'ai peur pour Demain moi...

Carole Nipette 12/01/2015 22:12

Heureusement on peut oublier la peur de temps en temps non ? tous ces moments qu'on passe avec nos enfants, nos proches... c'est déjà un bon début

angélique 12/01/2015 07:52

Comme toi,j'ai du mal à digérer ceci....j'ai l'intime espoir de me dire que ce qu'il y a eu hier va changer la donne...est-ce un rêve?

Carole Nipette 12/01/2015 22:13

même infime l'espoir est là...

Pivoine 12/01/2015 07:48

Je trouve ca beau et fort ce qu'il se passe (et les manifs dans le monde entier...)
Mais j'ai aussi très peur de la suite.

Carole Nipette 12/01/2015 22:13

Je ne suis pas vraiment croyante mais j'ai bien envie de prier pour nous tous pour la suite...