While we're young, Les Bêtises, Je suis mort mais j'ai des amis, Nos futurs [Revue de films]

Publié le 30 Juillet 2015

While we're young, Les Bêtises, Je suis mort mais j'ai des amis, Nos futurs [Revue de films]

While we're young de Noah Baumbach

 

"Josh et Cornelia Srebnick, la quarantaine, sont mariés et heureux en ménage. Ils n’ont pas réussi à avoir d’enfants mais s’en accommodent. Alors que Josh s’acharne sur le montage de son nouveau documentaire, il devient évident que l’inspiration n’est pas au rendez-vous. Il lui manque quelque chose… La rencontre de Jamie et Darby, un jeune couple aussi libre que spontané, apporte à Josh une bouffée d’oxygène et ouvre une porte vers le passé et la jeunesse qu’il aurait aimé avoir. Cette relation entre deux couples ayant vingt ans d’écart peut-elle apporter un autre souffle ?"

 

Josh et Cornelia n'ont pas d'enfant et c'est ce qui fait qu'ils se sentent plus libres que leurs amis parents. C'est avoir la liberté de faire ce qu'on veut et prendre la liberté de ne rien faire justement. Quand ils rencontrent ce couple de jeunes hipsters qui vit dans la nostalgie du vintage et de l'ancien !, cette liberté qu'ils n'utilisent pas va leur sauter au visage.

Retrouver une seconde jeunesse est-ce possible, est-ce un leurre ? Exactement tout ce qui se passe dans ma tête en ce moment. La vie qui défile sans retour en arrière... Le film explore tous les affres de ce questionnement, du sens de la vie avec ou sans enfant, de la façon dont on vieillit.

Très bien vu la différence entre les mères et les autres femmes. Quand tu fréquentes des parents et que tu n'as pas d'enfant tu te sens exclue. Et idem quand tu as des enfants, tu sens une différence de comportement chez tes amis parents. La scène du cours de chant pour parents et bébé est juste angoissante et horrible et reflète tout à fait cette infantilisation des adultes devenus parents. Infantilisation qui est un vrai phénomène de société. (Personnellement ce genre d'activités je les ai soigneusement évitées quand ma fille était bébé car au secours... Je préfère m'infantiliser à Disneyland mais clairement je m'infantilise parfois !)

Pas étonnant que Cornelia préfère suivre des cours de hip hop avec des adultes "normaux".

Evidemment que Josh et Cornelia vont vivre une véritable cure de jouvence mais se posent-ils les bonnes questions, ont-ils vraiment cerné leurs envies ? La vie cool des plus jeunes ne reflète pas toujours une réalité cool, chacun ses problèmes et ses démons comme tout le monde.

Pourquoi on croit toujours que si on revenait en arrière on ferait autrement ou mieux ? La phrase qui résume bien ce que l'on peut vivre quand on se pose toutes ces questions sur le temps qui passe est dite par Darby "On se demande comment on va vieillir mais la réponse c'est : exactement comme tout le monde !".

Un film qui m'a fait énormément cogité.

Mon bémol sur le film vient du fait que l'histoire de scénario et de documentaire tourné par Jamie fait un peu pièce rapportée, dommage, pour moi le sujet de confrontation entre "jeunes"/"vieux" se suffisait à lui même.

J'étais tout à fait la cible du film et je me demande s'il peut vraiment plaire à des plus jeunes et des beaucoup plus âgés. Mes parents et leurs amis n'ont pas accroché, des jeunes filles genre 25 ans ont quitté la salle avant la fin... Est ce un film générationnel ? Si vous n'êtes pas quarantenaire et que vous avez aimé, votre avis m'intéresse !

 

Pourquoi j'y suis allée : pour le réalisateur, les acteurs et le sujet !

 

While we're young, Les Bêtises, Je suis mort mais j'ai des amis, Nos futurs [Revue de films]

Les bêtises de Rose et Alice Philippon

 

"François, la trentaine, lunaire et maladroit, est un enfant adopté. Pour rencontrer sa mère biologique, il s’introduit dans une fête organisée chez elle, se faisant passer pour le serveur. Il se retrouve alors au service d’une famille dont il ignore tout, la sienne."

 

François est en effet très maladroit, on pense tout de suite à Pierre Richard dans Le Distrait et j'ai aimé retrouver cette petite nostalgie. Il accumule les maladresses ou les bêtises comme on respire avec un naturel confondant.

Un joli casting et un duo d'acteurs qui fonctionne. Jérémie Elkaïm et Sara Giraudeau sont au diapason avec leur côté lunaire et romantique. Le film recrée une sorte de "The Party" de Blake Edwards à la french et les moments de liesse collective donnent envie d'y participer. L'interprétation du tube de Sabine Paturel "Les Bêtises" par Jérémie Elkaïm est une réussite qui relègue l'original aux oubliettes.

Les Bêtises est la petite friandise sympa de l'été, simple, drôle, pas prise de tête et qui donne le sourire. Le film réussi aussi à émouvoir dans ses moments plus graves. Je n'ai pas trouvé que c'était un grand film mais j'ai passé un très bon moment.

 

Pourquoi j'y suis allée : pour Jérémie Elkaïm et l'histoire

While we're young, Les Bêtises, Je suis mort mais j'ai des amis, Nos futurs [Revue de films]

Je suis mort mais j'ai des amis de Guillaume et Stéphane Malandrin

 

"Quatre rockers barbus, chevelus - et belges - enterrent le chanteur de leur groupe. Par amitié et pour se prouver que rien ne peut les arrêter, ils décident de partir en tournée à Los Angeles avec ses cendres. La veille du départ, un militaire moustachu se présente comme l’amant de leur ami. Leur voyage prend un tour pour le moins inattendu…"

 

C'est un road movie plein de fantaisie, de rencontres et de rock'n'roll !

La vision de l'amitié, l'exclusivité, la façon de faire son deuil et c'est quoi être un rocker à 50 ans, autant de sujets abordés dans ce film drôle et touchant. Comment accepter que son meilleur pote nous cache une vérité essentielle de son existence, comment faire la différence entre la vie d'un groupe hyper soudé et sa vie privée ?

On voyage de la Belgique au Canada tout en croisant l'histoire de Pete Best, le cinquième Beatles. Il y a des règlements de compte entre amis de 20 ans, des secrets bien gardés qui éclatent au grand jour, des beuveries d'anthologie et un débrief de l'aviation civile hilarant. Autant d'éléments qui ne semblent pas aller ensemble mais qui forment un tout absurde et naturel qui fonctionne vraiment.

Dès le début je me doute qu'ils n'iront pas à Los Angeles mais justement c'est le pourquoi du comment qui est drôle. "Je suis mort mais j'ai des amis" pourrait faire penser à "Very Bad Trip" à la belge mais beaucoup plus poétique et plus intense.

Rock n'roll mon pote !

 

Pourquoi j'y suis allée : parce que j'aime bien le cinéma belge et Bouli Lanners

While we're young, Les Bêtises, Je suis mort mais j'ai des amis, Nos futurs [Revue de films]

Nos futurs de Rémi Bezançon

 

"Deux amis d'enfance se retrouvent alors qu'ils se sont perdus de vue depuis le lycée. Si Yann a évolué au fil des années, Thomas, lui, n'a pas changé. Que reste-t-il de leur amitié ?"

 

Le sujet du film rejoint un peu celui de "While we're young". Encore un film qui m'a fait réfléchir sur le temps qui passe, sur la jeunesse qui s'enfuit...

Est ce possible de rallumer la flamme de la jeunesse et comment faire ? On change en devenant adulte, on se met en sourdine. C'est ce qui est arrivé à Yann, complètement éteint, devenu vieux avant son heure. Ses retrouvailles avec Thomas vont lui montrer qu'il a oublié l'essentiel. D'un autre côté, Thomas, éternel adolescent pourrait bien s'assagir au contact de Yann mais en a t'il envie ?

Yann se souvient de son adolescence avec Thomas, il se souvient de leurs soirées, de leurs amis communs, de leurs espoirs. Les souvenirs qu'on croit avoir et la réalité de ce qui s'est vraiment passé, ce passé qu'on enjolive pour l'oublier ou l'accepter...

Une belle complicité passe entre Pio Marmaï et Pierre Rochefort et le casting jeune est très sympathique.

Le problème c'est que je n'ai pas du tout aimé la fin, celle qui donne une autre image du film. J'ai un peu de mal à comprendre pourquoi ce traitement car le film aurait très bien tenu sans cette pirouette de retournement final. Disons que sans spoiler bien sûr, j'aurais mieux accroché à un truc moins gros...

Au final, j'ai passé un bon moment mais cette fin a complètement remis en perspective ma vision du film, du coup grosse déception.

 

Pourquoi j'y suis allée : parce que ça avait l'air sympa et j'aime bien le casting

Rédigé par Carole Nipette

Publié dans #Sorties culturelles... de maman - critiques cinéma.

Commenter cet article

Elle 31/08/2015 16:56

J'hésite à aller voir While we ´re young..quant bien même cela devrait me parler..
En effet je suis tout juste quadra, je suis artiste et mon compagnon avec qui je suis depuis 5 ans aussi, or il est nettement plus âgé que moi avec une fille de l'âge du couple+ jeune 25 ans..hipster elle aussi.. il a aussi un fils ado..alors, pas question d'un troisième enfant.. d'autant que c'est maintenant ou jamais de se consacrer à fond à sa carrière..or si cela pouvait m'arranger au début..pour cette fameuse liberté sans doute..a présent j'ai des doutes je ressens un manque.j'.ai eu le coup de foudre pour cet homme séduisant et plus proche de moi en centres d'intérêt mais j'ai la nostalgie de mon histoire précédente avec quelqu'un de 6 ans plus âgé seulement, du faut sans doute del'avenir qui était "devant nous"..mais dont on a rien fait..faute de maturité et de bonne communication..
Dois-je aller voir ce film ou ne va-t-il pas me déprimer..?
Bises aux internautes quadra, jeunots ou seniors :-)

Carole Nipette 03/09/2015 12:15

Je t'ai répondu par mail :)

Madame 30/07/2015 13:38

Je n'ai pas spécialement aimé While we're young, plus parce que le couple de jeunes ne me plaisait pas que pour le film en lui même. J'ai beaucoup apprécié le couple Naomi WATTS/Ben AFFLECK . T as vu je retourne au cinéma ☺

Solène 30/07/2015 11:56

Coucou ! Ta critique de While we're young : c'est exactement ce que j'ai ressentie ! je suis allée le voir avec une copine quarantenaire également, ça nous a vraiment beaucoup parlé ! comme toi je me demande si ça peut plaire aux plus vieux ou aux plus jeunes mais en tout cas ça donne vraiment à réfléchir. Les quadras technophiles face aux jeunes qui vénèrent une époque qu'il n'ont pas connu... (la nôtre d'ailleurs)... c'est vraiment ça!!