Lectures Novembre / Décembre 2015

Publié le 28 Décembre 2015

Lectures Novembre / Décembre 2015

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur de Harper Lee / Livre de Poche

 

Je viens tout juste de commencer "Va et poste une sentinelle" de l'auteur mais avant il fallait que je rattrape une grosse lacune en lisant "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" son roman culte, prix Pulitzer 1961, devenu un classique de la littérature américaine que tous les enfants lisent à l'école.

Lectures Novembre / Décembre 2015

C'est un grand roman sur l'enfance et sur l'éveil des consciences. Les aventures de "Scout" Finch et sa famille sont drôles, tendres, cocasses et parfois empreintes de tragédie sociale. Il y a l'histoire de Scout qui grandit entourée de son frère Jem, de son père Atticus, avocat et de Calpurnia, la gouvernante noire qui fait office de maman. Les amis, les voisins, les écoliers, tout ce petit monde gravite autour de Scout qui raconte avec ses mots et sa vision d'enfant tout ce qui se passe dans sa vie et dans celle de la petite ville de Maycomb. Il y a l'histoire d'Atticus Finch qui élève seul ses enfants avec bienveillance et intelligence et qui est chargé de défendre un noir accusé de viol sur une blanche. Dans l'Alabama des années 30 ceci aura des répercussions sur toute une famille et toute une ville.

Scout est une petite fille espiègle, aventurière, franche mais pleine de bon sens. Elle est très proche de son grand-frère Jem avec qui elle fait les 400 coups mais aussi à qui elle se confie. Elle est douée et a du mal avec l'école qui ne la comprend pas. Ces deux enfants ne pourront pas rester impassible à ce qui se passe quand leur père va devoir défendre un noir innocent, condamné avant d'être jugé, et subir la hargne et la haine de toute une population raciste. Atticus Finch défend la justice avec force et conviction jusqu'au bout malgré les menaces.

Lectures Novembre / Décembre 2015

Harper Lee fait passer beaucoup de messages sur la tolérance et la justice, sur ce vivre ensemble et certaines citations résonnent encore plus fort aujourd'hui.

C'est une grande leçon qui est donnée à travers ce procès pipé d'avance. Un jury d'hommes blancs préfère condamner un noir innocent plutôt que le pire des blancs. Le lecteur est à la même place que Scout et Jem qui sont scandalisés, dévastés et tristes. Ils réagissent avec leur coeur d'enfant et ne voient que de l'injustice flagrante. Les échanges entre Atticus et ses enfants sont extraordinaires à ce moment là du roman.

J'ai adoré du début à la fin. Jean Louise "Scout" Finch est une petite fille vraiment attachante et son regard sur le vie est merveilleux. L'enfance dans une toute petite ville dans toute sa splendeur, l'enfance avec ses joies, ses interdits, sa place dans la famille et les histoires de voisinage, ses petits bonheurs et ses désillusions. Un grand roman !

 

"- On va gagner, Atticus?
- Non, ma chérie.
- Alors pourquoi...
- Ce n'est pas parce qu'on est battu d'avance qu'il ne faut pas essayer de gagner. "

 

J'ai maintenant envie de voir le film adapté avec Grégory Peck "Du silence et des ombres", je l'ai peut être vu quand j'étais jeune mais je ne m'en souviens pas.

Lectures Novembre / Décembre 2015

D'après une histoire vraie de Delphine de Vigan / Editions Jean-Claude Lattès

 

J'avais donc eu envie de lire "Rien ne s'oppose à la nuit" avant de commencer celui-ci. Finalement ce fut une bonne entrée en matière pour débuter Delphine de Vigan et mieux connaître l'auteur.

Lectures Novembre / Décembre 2015

Un roman écrit par Delphine dans lequel Delphine, celle de la vraie vie, est le personnage principal. Mais est-ce pour autant une histoire vraie ?

Je suppose qu'une majorité (ou tous ?) d'écrivain est confronté à la page blanche. Ici cela devient dramatique à tel point que l'idée même d'écrire rend Delphine malade. Une femme L. s'impose petit à petit dans sa vie jusqu'à ce qu'elle lui devienne indispensable. C'est une manipulatrice que le lecteur perce à jour assez vite et qui distille habilement ses idées et son venin. On voit une forme de harcèlement moral très subtil. Le roman vire même presque au thriller sur la fin et on se prend à avoir peur pour Delphine car cette L. est toxique et dangereuse.

L'auteur prend le lecteur à parti et se remet en question, l'écrivain incarné par l'auteur se remet en questions et l'être humain qui se cache sous l'écrivain et sous l'auteur se remet en question.

J'ai bien aimé le rapport entre ces deux femmes et la façon dont L. s'immisce très intelligemment dans la vie de Delphine. Un jeu pervers qui se joue à deux. On observe une araignée qui tisse sa toile avec application, un jeu de chat et de souris, un piège qui se referme lentement sur une victime presque consentante...

L. est-elle son double ? L. est une personne brillante qui a énormément de points communs avec Delphine, c'est troublant. L. qui veut à tout prix que Delphine raconte une histoire vraie parce que la fiction c'est la mort et que les gens veulent du réel. L. existe t'elle où est-elle une invention de l'auteur qui veut nous faire croire que c'est une histoire vraie ?

A chacun sa lecture... Le talent n'est il pas de réussir à faire passer une fiction pour de la réalité ? A moins que ce ne soit l'inverse ! A ce petit jeu Delphine de Vigan est très forte !

Lectures Novembre / Décembre 2015

Histoire d'Irène de Erri De Luca / Editions Gallimard

 

Je suis tombée par hasard sur ce petit livre dans ma médiathèque. Trois nouvelles où l'on retrouve la mer, la Grèce et la liberté.

Lectures Novembre / Décembre 2015

L'écriture est magnifique, pleine de poésie et d'intensité. Vraiment très très bien écrit mais je n'ai pas accroché plus que ça à la première nouvelle qui donne son titre au roman. L'histoire de cette jeune fille de 14 enceinte qui danse et parle avec les dauphins est certes pleine de métaphores mais je n'ai pas adhéré ou plutôt ça ne m'a pas intéressée. La renconte entre le jeune fille et l'écrivain ne débouche sur pas grand chose et c'est dommage car tout ce que l'on devine ou l'on suppose de l'histoire d'Irène a beaucoup de potentiel.

J'ai préféré les deux autres petites histoires plus courtes mais plus fortes car peut être plus ancrées dans une réalité que l'on peut atteindre et où l'on peut s'identifier.

Lectures Novembre / Décembre 2015

Lontano de Jean-Christophe Grangé / Editions Albin Michel

 

Voilà longtemps que je n'avais lu un Grangé, plus par oubli et manque de temps que par non envie. J'ai dévoré des Rivières pourpres à Miserere et repris avec ce dernier paru, Lontano.

Et j'ai dévoré ce Lontano de 800 pages !

Lectures Novembre / Décembre 2015

J'ai été embarquée dans le récit très vite. Il y a tout de suite un capital sympathie pour Erwan le flic de père en fils de la famille Morvan. Il est très doué mais doit sans arrêt faire avec l'ombre de son père, doué lui aussi mais corrompu et cachant beaucoup trop de secrets, un "barbouze" important de la République. Le fils va t'il réussir à s'affranchir du père ?

C'est un thriller haletant qui nous embarque sur les traces d'un serial-killer ressurgi du passé. Quel est le rôle exact de Grégoire Morvan dans les meurtres qui copient "L'Homme clou", ce meurtrier des années 70 qu'il avait lui-même arrêté ?

C'est une saga familiale où trois enfants tentent tant bien que mal de se construire dans l'ombre d'un père ultra protecteur et violent et d'une mère qui semble être une victime consentante du caractère bien trempé de son mari. Les deux genres mélangés fonctionnent vraiment bien ici. On s'attache au clan Morvan et à ses failles, on frémit devant ces histoires qui remuent le passé colonial en Afrique.

Hormis l'histoire financière dont je n'ai pas compris l'intérêt plus que ça, j'ai vraiment aimé ce thriller à suspense et à la psychologie intéressante. Le livre aborde pas mal de sujets comme le bizutage des grandes écoles, l'histoire contemporaine du Congo, les magouilles de la "FrançAfrique", les barbouzes, les cellules souches et la poursuite de l'immortalité...

La fin laisse augurer une suite et il paraît qu'un tome 2 est prévu. En tout cas je suis partante pour vivre d'autres histoires avec le personnage d'Erwan Morvan !

Rédigé par Carole Nipette

Publié dans #Lectures

Commenter cet article

Anne-Laure 28/12/2015 08:38

To kill a mocking bird était au programme en 1ère année de fac d'anglais. Je ne l'ai pas lu depuis, mais en ai retenu cette idée de "to stand in somebody else's shoes" qui prend pas mal de place dans ma vie finalement.... Quant à Delphine de Vigan, je ne ne souviens pas avoir lu celui-ci.... Tous les autres m'ont marquée -en particulier Rien ne s'oppose à la nuit-je croyais pourtant avoir tout lu d'elle. Là, je viens de finir Les Gens Dans L'enveloppe d'Isabelle Monnin et je te le conseille vivement. Elle a une plume surprenante, ses tournures m'ont surprise et émue, et la démarche du livre est fascinante.

Carole Nipette 30/12/2015 16:52

C'est le tout dernier De Vigan, paru en septembre :) Je note ta reco :)

Stephanie - Il Etait Une Fois... Cocotte 28/12/2015 07:58

Ca donne des idées de lecture! ^_^ "D'après une histoire vraie" me tente bien.

Bisous

Carole Nipette 30/12/2015 16:52

:) tu me diras si tu le lis