Season Finale : Legion / Saison 1, American Crime / Saison 3, Love / Saison 2

Publié le 4 Juin 2017

Season Finale :  Legion / Saison 1, American Crime / Saison 3, Love / Saison 2

Legion de Noah Hawley / FX aux US, OCS en France

 

Synopsis : David Haller a été diagnostiqué schizophrène pendant son jeune âge, et a donc été interné dans différent hôpitaux psychiatriques depuis. Mais à la suite d'une rencontre inattendue avec un autre patient, Haller se rend compte qu'il a bien plus qu'une maladie mentale...

J'étais impatiente parce que la série est inspirée de l'univers des X-Men. Legion est le fils du Professeur X.

Mettre en scène tout ce qui peut se passer dans un cerveau est un sacré défi et à ce niveau la série est réussie. Ils sont plusieurs dans la tête de Haller ce qui rend le spectateur un peu fou lui aussi !

Il y a des moments totalement ahurissants et d'autres plus calmes que je trouve un peu longs. La mise en scène des scènes de "folie" est dingue (sans jeu de mot !), Dan Stevens qui incarne David est incroyable. J'aime bien les décors années 70 et psychédéliques.

Pourtant j'ai commencé à rechigner à partir de l'épisode 5 (on peut dire que je me suis ennuyée)... pour reprendre avec un peu plus d'intérêt à l'épisode 8, le final de la saison. On repart sur un nouveau schéma, je pense que la curiosité l'emportera pour la saison 2 mais sans impatience non plus.

Je m'attendais à moins d'introspection psy et plus de XMen car les pouvoirs de Haller valent le déplacement : télékinésie, télépathie, pyrokinésie... J'ai préféré les moments où on s'intéresse aux histoires personnelles des protagonistes plutôt qu'à leurs cerveaux... Petite déception donc surtout après les articles presse portant la série au sommet.

Pour en savoir plus sur le personnage de Legion, un article à lire ici.

Season Finale :  Legion / Saison 1, American Crime / Saison 3, Love / Saison 2

American Crime de John Ridley - Saison 3 - ABC aux US, Canal Plus en France

 

La première saison a été un choc. Une façon totalement nouvelle d'aborder la société américaine dans ce qu'elle a de moins attrayant. Une dissection des rapports humains et de société avec une justesse rarement atteinte.

Chaque saison se concentre sur un sujet et on retrouve des acteurs récurrents qui jouent des rôles différents à chaque fois. Après le crime supposé raciste dans la saison 1, l'agression sexuelle dans la saison 2, c'est à l'esclavage moderne que s'intéresse la saison 3.

Qu'ils soient ouvriers agricoles mexicains, jeunes garçons et filles aux mains de proxénètes sans scrupules, nounous ou mères au foyer, leur condition d'opprimé, même si elle ne saute pas toujours aux yeux, fait froid dans le dos et en dit beaucoup sur nos sociétés contemporaines soi-disant évoluées...

La série est forte parce qu'elle ne prend pas parti mais oppose des faits et des actions et c'est le spectateur qui juge ou non lui-même. Les situations collent tellement à la réalité que oui ça peut déranger mais c'est amené avec tellement d'intelligence. A chaque fois ça me fait réfléchir sur mes propres comportements.

Les acteurs qui jouent à chaque saison un rôle totalement différent du précédent méritent tous des prix d'interprétation : Felicity Huffman, Regina King, TImothy Hutton, Lili Taylor, Richard Cabral, Benito Martinez, Connor Jessup...

Une écriture brillante pour une série d'exception qui ne ressemble à aucune autre...

Edit : la série ne sera pas renouvelée pour une saison 4... quel dommage...

Season Finale :  Legion / Saison 1, American Crime / Saison 3, Love / Saison 2

Love de Judd Apatow, Paul Rust et Lesley Arfin / Netflix

 

"Gus, un homme sympathique, et Mickey, une jeune femme effrontée, vivent des moments tour à tour euphoriques et humiliants, d'intimité, d'engagement, d'amour et d'autres choses qu'ils auraient préféré éviter. Love offre un regard désopilant, sans concession et douloureusement sincère sur les relations amoureuses d'aujourd'hui."

Love tente de saisir les affres de l'amour et surtout du couple, ce qui fait qu'un couple marche, ce qui fait qu'une relation peut durer. Ici Gus et Mickey n'ont à priori rien en commun et les débuts sont chaotiques. Au début on les trouve touchants avec leurs défauts, leurs casseroles et leur couple atypique est de celui auquel on peut s'identifier. Qui n'a pas été en contradiction avec des sentiments face à un physique qui ne plaisait pas en face ?

J'ai plutôt accroché à la saison 1 mais là est venu l'agacement. Gus semble n'être jamais à sa place et ne se rend pas compte qu'il est "lourd" et en même temps il fait de la peine. Mais j'ai du mal à le trouver vraiment attachant, il s'excuse tout le temps d'être là et d'exister... Mickey ne sait pas ce qu'elle veut et quand ça dure et qu'il n'y a pas d'évolution c'est lassant.

Une série que j'aime bien sans vraiment aimer. Ce sont plus les seconds rôles comme Bertie, la colocataire de Mickey qui pimentent un peu le truc...

Il y aura une saison 3 que je vais regarder mais j'espère que ce sera la dernière parce que ça tourne en rond.

Rédigé par Carole Nipette

Publié dans #Nipette en séries, #Series

Commenter cet article