L'amant double, Marie-Francine, Le Jour d'après / Revue de films

Publié le 26 Juin 2017

L'amant double, Marie-Francine, Le Jour d'après / Revue de films

L'amant double de François Ozon

 
"Chloé, une jeune femme fragile, tombe amoureuse de son psychothérapeute, Paul. Quelques mois plus tard, ils s’installent ensemble, mais elle découvre que son amant lui a caché une partie de son identité."
Interdit aux moins de 12 ans avec avertissement
 
 
Quand Chloé entreprend une psychothérapie, elle ne se doute pas que ça va marcher au delà de ses espérances. Chloé semble reprendre sa vie en main, sa vie affective et sa vie sociale. Pourtant on se dit que physiquement et mentalement il y a encore du travail... Elle est clairement en manque d'amour, en manque d'amour maternel, elle se sent amputée...
François Ozon nous entraine dans un thriller psychologique dans lequel on ne sait jamais à qui faire confiance. Paul joue-t'il un double jeu pervers, pourquoi ment-il ? Chloé semble en proie à des hallucinations, elle perd pied mais cette histoire de jumeaux est-elle la réalité ?
Ce qui lui manque chez l'un elle le trouve chez l'autre, on pourrait croire que justement c'est son cerveau qui lui offre une bouée...
Et cette voisine inquiétante, qui est-elle ? on ne sait plus quoi penser, tout le monde paraît suspect au travers des yeux de Chloé... Et cette étrange douleur au ventre ?
Dès le départ, d'après ses séances de psy, on sent Chloé fascinée par la gémellité, par les jumeaux réels ou les jumeaux fantasmés, le double maléfique que chacun de nous pourrait avoir...
 
Je ne vais pas spoiler mais j'avais deviné assez vite le dénouement parce que je connaissais une histoire similaire vue dans un épisode de Grey's Anatomy et ça a fait tilt... C'est bête ! parce que je n'ai pas été surprise et ça a gâché un peu la fin mais ça ne m'empêche pas d'avoir apprécié l'ambiance du film, les acteurs et l'histoire qui reste originale...
 
Pourquoi j'y suis allée : j'ai vu tous les films de François Ozon, même quand c'est moins bien c'est bien...
L'amant double, Marie-Francine, Le Jour d'après / Revue de films

Marie-Francine de Valérie Lemercier

 

"Trop vieille pour son mari, de trop dans son boulot, Marie-Francine doit retourner vivre chez ses parents... ... à 50 ans ! Infantilisée par eux, c'est pourtant dans la petite boutique de cigarettes électroniques qu'ils vont lui faire tenir, qu'elle va enfin rencontrer Miguel. Miguel, sans oser le lui avouer, est exactement dans la même situation qu'elle. Comment vont faire ces deux-là pour abriter leur nouvel amour sans maison, là est la question... "

Quand son mari lui annonce qu'il est tombé amoureux d'une autre, Marie-France ne réfléchit pas deux secondes, elle le quitte tout de suite, sans tergiverser, sans négocier. Peut-être parce qu'à 50 ans on n'a pas de temps à perdre avec un homme qui ne sait pas ce qu'il veut...

Elle se retrouve donc chez ses parents qui l'accueillent mais pas forcément à bras ouverts, c'est qu'on a ses petites habitudes... Ils sont les parents qu'on n'a pas envie de devenir n'est- ce-pas ? Hélène Vincent est décidément parfaite dans les rôles de bourgeoise faussement coincée.

Marie-Francine cherche aussi du travail avant de chercher un nouvel amour mais les deux feront peut-être la paire... ! Elle rencontre Miguel, papa séparé, avec qui le courant passe malgré leurs différences. D'ailleurs j'ai bien aimé la relation de Miguel avec son fils, qui ressemble bien à la réalité.

Marie-Francine est une jolie comédie romantique à la française, l'histoire d'amour est touchante et le couple Lemercier-Timsit fonctionne vraiment bien.

Pourquoi j'y suis allée : je reste fan de Valérie Lemercier depuis toujours et puis 50 ans ça me parle mais moi je sais très bien qui est Ryan Gosling !

L'amant double, Marie-Francine, Le Jour d'après / Revue de films

Le Jour d'après de Hong Sang-soo

 

"Areum s’apprête à vivre son premier jour de travail dans une petite maison d’édition. Bongwan, son patron, a eu une relation amoureuse avec la femme qu’Areum remplace. Leur liaison vient de se terminer.
Ce jour-là, comme tous les jours, Bongwan quitte le domicile conjugal bien avant l’aube pour partir au travail. Il n’arrête pas de penser à la femme qui est partie. Ce même jour, la femme de Bongwan trouve une lettre d’amour. Elle arrive au bureau sans prévenir et prend Areum pour la femme qui est partie... "

 

Le film encensé par la presse et le festival de Cannes mais pas par Nipette ! Toujours étrange de sortir d'un film catalogué comme quasi chef d'oeuvre et se dire qu'on n'a pas vu le même film que les autres...

L'homme infidèle et lâche, la femme trompée, la maitresse... Une histoire banale et qui malheureusement le reste. Je n'ai pas cru aux conversations interminables autour des repas, scènes très présentes dans le film, pas cru au jeu des acteurs et encore moins à l'histoire inintéressante. Sérieusement, Bongwan ne reconnait pas la femme qui a travaillé chez lui un jour et avec qui il a discuté des heures sans parler du fait qu'elle a été agressée par sa femme à lui ? J'avais déjà décroché mais cette scène a été le ridicule de trop...

Et puis ces adultes qui n'assument pas leurs actes, c'est fatigant... La maitresse qui traite l'amant de lâche mais qui l'encourage à continuer à mentir à sa femme... fatigue aussi... Bon j'ai pas aimé, j'ai pas accroché, je me suis ennuyée et plus...

Pourquoi j'y suis allée : parfois je suis un mouton qui suit la critique et aussi j'avoue parce que la séance tombait bien et le film ne dure qu'1h30...

Rédigé par Carole Nipette

Publié dans #Sorties culturelles... de maman - critiques cinéma.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article