Wind River, Petit paysan, Seven Sisters, Le prix du succès, Hitman & Bodyguard / Revue de films

Publié le 8 Septembre 2017

Wind River, Petit paysan, Seven Sisters, Le prix du succès, Hitman & Bodyguard / Revue de films

Wind River de Taylor Sheridan

 

"Cory Lambert est pisteur dans la réserve indienne de Wind River, perdue dans l’immensité sauvage du Wyoming. Lorsqu’il découvre le corps d’une femme en pleine nature, le FBI envoie une jeune recrue élucider ce meurtre. Fortement lié à la communauté amérindienne, il va l’aider à mener l’enquête dans ce milieu hostile, ravagé par la violence et l’isolement…" Interdit aux moins de 12 ans

 

Cory est un papa attentionné qui essaie vraiment de ne pas négliger le peu de temps qu'il passe avec son fils. On comprendra plus tard pourquoi sa situation personnelle est ainsi... Il chasse, il piste, il traque avec génie. Parti pour traquer et tuer une bête qui s'attaque aux troupeaux, Cory se retrouve à traquer un tueur. Il est chasseur de prédateurs, quels qu'ils soient.

Il ne faut pas se fier aux apparences et la frêle et jeune recrue du FBI envoyée sur place après la découverte macabre de Cory, ne va pas s'en laisser compter. Elle se rend vite compte de l'injustice avec laquelle est traitée la réserve indienne, le peu de moyens qu'on lui donne et elle va s'investir corps et âme. Elle est vraiment touchée par la déconsidération dont tout le monde semble faire preuve à l'égard des indiens. Ici le film met l'accent sur les nombreuses disparitions de jeunes filles qui restent souvent non élucidées... Avec l'aide de Cory et du chef de la police de la réserve, ils vont former un trio acharné à découvrir la vérité.

Avec en toile de fond, des destins brisés, l'isolement, le froid, la neige, les gens qui pètent un plomb, la drogue... on assiste à une enquête qui tient en haleine du début à la fin.

Wind River est un très bon polar glacial et glaçant avec un vrai discours social sur la situation des réserves indiennes aujourd’hui.

Pourquoi j'y suis allée : un polar et Jeremy Renner

Wind River, Petit paysan, Seven Sisters, Le prix du succès, Hitman & Bodyguard / Revue de films

Petit paysan de Hubert Charuel

 

"Pierre, la trentaine, est éleveur de vaches laitières. Sa vie s’organise autour de sa ferme, sa sœur vétérinaire et ses parents dont il a repris l’exploitation. Alors que les premiers cas d’une épidémie se déclarent en France, Pierre découvre que l’une de ses bêtes est infectée. Il ne peut se résoudre à perdre ses vaches. Il n’a rien d’autre et ira jusqu’au bout pour les sauver."

 

Au bout de quelques instants avec Pierre, on sent l'amour des bêtes et une vie dédiée à elles, son dilemme est cruel : en tuer une pour sauver les autres...

Très vite il est pris dans un engrenage, un mensonge en entraine d'autres et il est dépassé par la tournure des événements. Sa mère est tout le temps sur son dos et dans son travail les contrôles sont incessants, un agriculteur ne peut pas faire ce qu'il veut de ses vaches et faire disparaître une vache est beaucoup plus compliqué qu'on ne croit ! Je n'imaginais pas tout ça !

Petit paysan nous montre la situation des paysans face à la une maladie qui frappe sans prévenir et la solitude dans laquelle ils se retrouvent quand ils sont touchés. Mis en scène comme un polar, on sent que ça va mal tourner, il y a du suspense au pays des vaches.

Mais Pierre est aveuglé, il croit qu'il va régler le problème tout seul, il n'a plus aucun discernement et fait n'importe quoi. Il devient humainement détestable avec sa famille, ses amis, ses voisins... Prêt à tout pour sauver ses vaches, il vit dans une illusion... Oui il faut accepter une situation injuste, comment faire pour se résigner à tout perdre...

On croirait que Swann Arlaud a fait ça toute sa vie tellement il est un éleveur de vaches.

Pourquoi j'y suis allée : pour découvrir un milieu que je ne connaissais pas et pour voir ce film dont tout le monde a parlé !

Wind River, Petit paysan, Seven Sisters, Le prix du succès, Hitman & Bodyguard / Revue de films

Seven Sisters de Tommy Wirkola

 

"2073. La Terre est surpeuplée. Le gouvernement décide d’instaurer une politique d’enfant unique, appliquée de main de fer par le Bureau d’Allocation des Naissances, sous l’égide de Nicolette Cayman. Confronté à la naissance de septuplées, Terrence Settman décide de garder secrète l’existence de ses 7 petites-filles. Confinées dans leur appartement, prénommées d’un jour de la semaine, elles devront chacune leur tour partager une identité unique à l’extérieur, simulant l’existence d’une seule personne : Karen Settman. Si le secret demeure intact des années durant, tout s’effondre le jour où Lundi disparait mystérieusement…" Interdit aux moins de 12 ans

 

L'idée originale est géniale, c'est ce qui m'a motivée au départ. On se retrouve dans une dystopie qui a le mérite d'aborder un sujet inquiétant mais dont on ne parle pas assez à mon avis : la surpopulation. Forcément ce n'est pas politiquement correct de dire que les gens font trop d'enfants, que c'est une menace pour l'avenir surtout quand il y a des considérations religieuses derrière...

Ici la solution est radicale et forcément injuste. Le film commence les filles sont adultes et leur petit manège semble marcher. Pourtant on voit bien que les jumelles n'en peuvent plus de devoir se faire passer pour une autre, chacune a son caractère, ses aspirations et leur avenir ne peut être changé.

Le film part vite dans dans des courses poursuites, traques etc et j'aurais préféré qu'on s'arrête plus sur les filles. Il y a un côté "Orphan Black" mais à mon humble avis, Tatiana Maslany est meilleure à ce petit jeu des jumelles que Noomi Rapace.

J'ai bien aimé mais je m'attendais à plus fort, le fin est trop dans la surenchère... dommage

 

Pourquoi j'y suis allée : la bande annonce m'avait tout de suite donné envie ! et pour le casting

Wind River, Petit paysan, Seven Sisters, Le prix du succès, Hitman & Bodyguard / Revue de films

Le prix du succès de Teddy Lussi-Modeste

 

"Brahim est un humoriste en pleine ascension. Sa réussite, il la doit à lui-même et à l'amour qu'il porte à Linda. Bon fils, il soutient les siens depuis toujours. Mais pour durer, Brahim doit sacrifier son grand frère, manager incontrôlable. Si l'échec peut coûter cher, Brahim va payer un tribut encore plus lourd au succès."

 

Les deux frères travaillent ensemble depuis toujours et Mourad est omniprésent dans la vie de Brahim alors qu'il a une famille. C'est un frère assez envahissant mais Brahim ne se pose pas trop de questions, comme une situation installée qu'on n'ose jamais remettre en question. Le succès de Brahim profite à toute la famille à commencer par Mourad qui a un peu la grosse tête, qui croit tout savoir mieux que tout le monde. C'est un sanguin qui fonce tête baissée avant de réfléchir.

Brahim ne décide pas du jour au lendemain de se séparer professionnellement de son frère; c'est une décision qui s'impose petit à petit quand il se rend compte que Mourad est devenu un frein. Il se sent néanmoins responsable de Mourad et va essayer de faire les choses en douceur mais comme d'habitude quand on commence à mentir, les choses nous échappent...

Le Prix du succès est une chronique sociale sur le poids de la famille, sur le succès et la manière de le gérer, sur le rapport malsain qui peut s'instaurer quand on bosse en famille.

Les deux acteurs sont parfaits et Roshdy Zem est carrément flippant, il m'a scotchée...

 

Pourquoi j'y suis allée : pour Tahar Rahim et Roschdy Zem

Wind River, Petit paysan, Seven Sisters, Le prix du succès, Hitman & Bodyguard / Revue de films

Hitman & Bodyguard de Patrick Hugues

 

"Un redoutable tueur à gages est contraint de témoigner contre son ancien employeur devant la Cour internationale de justice de La Haye. Interpol est alors chargée de l’escorter jusqu’aux Pays-Bas et engage le meilleur garde du corps du métier pour mener à bien cette mission. Mais c’était sans savoir que depuis des années, les deux hommes s’opposent : les voilà désormais obligés de s’associer pour tenter de survivre aux pires épreuves… De l’Angleterre à La Haye, ils vont vivre une aventure délirante, une succession infernale de tentatives de meurtre, de courses-poursuites pour échapper à un dictateur d’Europe de l’Est prêt à tout pour les éliminer." Interdit aux moins de 12 ans
 

Je ne vais pas en faire des tonnes, j'ai passé un bon moment, j'ai ri, j'ai kiffé Ryan et Samuel. Après, il y a trop de bastons et parfois c'est téléphoné mais ça reste un bon divertissement !

Je l'avais vu juste avant 120 battements par minute et c'était facile d'enchaîner avec un film plus grave...

Pourquoi j'y suis allée : je ne sais pas résister à Ryan Reynolds

Rédigé par Carole Nipette

Publié dans #Sorties culturelles... de maman - critiques cinéma.

Commenter cet article

gazelle26 14/09/2017 15:10

Pour ça, je te donnerai mon avis après l'avoir vu ;) Mais ce qui me fait surtout peur c'est qu'il va sûrement y avoir des gens déguisés en clown, il y aura aussi un chauffeur de salle qui a préparé des trucs donc bon je ne suis plus très rassurée d'y aller ! lol

Carole Nipette 15/09/2017 08:24

aïe :) en tout cas les critiques sont archi mauvaises, je ne m'y attendais pas...

gazelle26 11/09/2017 11:36

Merci pour ces review toujours très détaillées ;) Le prix du succès me tente bien, j'adore Tahar Rahim et Roschdy Zem :) Mais surtout, j'attends Mother qui à l'air bien flippent et Mon Garçon avec Canet qui est l'air pas mal non plus.
Ce vendredi, je vais en avant première au grand Rex voir Ca !! J'espère ne pas être déçue ! Mais les critiques sont plutôt bonnes et il fait un carton aux US donc à voir....

Carole Nipette 13/09/2017 10:22

La bande annonce de Mother est carrément flippante, j'espère que je tiendrais le coup :) j'ai peur de voir Ca par contre mais on verra !