Le sens de la fête, Happy End, Good Time, Demain et tous les autres jours / Revue de films

Publié le 15 Octobre 2017

Le sens de la fête, Happy End, Good Time, Demain et tous les autres jours / Revue de films

Le sens de la fête de Eric Toledano et Olivier Nakache

 

"Max est traiteur depuis trente ans. Des fêtes il en a organisé des centaines, il est même un peu au bout du parcours. Aujourd'hui c'est un sublime mariage dans un château du 17ème siècle, un de plus, celui de Pierre et Héléna. Comme d'habitude, Max a tout coordonné : il a recruté sa brigade de serveurs, de cuisiniers, de plongeurs, il a conseillé un photographe, réservé l'orchestre, arrangé la décoration florale, bref tous les ingrédients sont réunis pour que cette fête soit réussie... "

Une immersion totale dans la préparation d'une soirée de mariage, on répète avec le DJ, on angoisse avec le cuistot, on s'énerve avec l'assistante en chef, on plaint Max qui doit se coltiner le marié et son égo démesuré, on suit le bal des allées et venues incessantes, on est dedans ! On entre dans les coulisses d'un métier qui emploie différents corps de métiers, ceux qu'on déclare et les autres, les immigrés obligés de faire un métier qui n'était pas le leur dans leur pays d'origine, les gentils losers qui n'ont pas le choix... "Le sens de la fête" ne déroge pas à la chronique sociale qui est chère au duo Toledano-Nakache. Et encore une fois ils réussissent à traiter d'un vrai sujet de société avec humour et finesse.

Toutes ces vies qui défilent le temps d'une soirée, ces vies auxquelles on s'attache. Jean-Pierre Bacri, en fin de carrière blasé est juste comme il faut, Vincent Macaigne trouve un rôle qui lui ressemble et dans lequel il est parfait, Gilles Lellouche est très drôle en DJ survolté, Eye Haidara dépote en assistante-chef, Jean-Paul Rouve est à la fois touchant et énervant en photographe qui s'y croit ou Hélène Vincent décidément parfaite dans sa seconde peau de grande bourgeoise. Je ne peux pas les citer tous mais chaque rôle même petit est casté avec génie. Beaucoup de têtes connues (on ne connait pas toujours leur nom) mais ils sont tous géniaux : Alban Ivanov, Kevin Azaïs, William Lebghil, Antoine Chappey...

Et j'ai adore le regard décalé que portent les petites mains pakistaines sur la société française...

Un beau film à la fois drôle et émouvant dans lequel évolue une galerie de personnages comme je les aime...

Pourquoi j'y suis allée : parce que j'aime les films du duo Toledano Nakache et pour le casting aux petits oignons. Vu avec ma fille de 12 ans qui a beaucoup aimé aussi.

Le sens de la fête, Happy End, Good Time, Demain et tous les autres jours / Revue de films

Happy End de Michael Haneke

 

"Tout autour le Monde et nous au milieu, aveugles." Instantané d’une famille bourgeoise européenne.

Oui c'est tout à fait un instantané d'une famille bourgeoise, européenne je ne sais pas... On y trouve une famille de Calais qui vit ensemble ou presque, des diners froids, des non-dits, des drames familiaux, une entreprise qu'on se transmet avec la réputation d'un nom qui va avec...

Chez les Laurent l'atmosphère est pesante, l'amour ne se manifeste pas chaleureusement ni entre parents et enfants, ni entre mari et femme... Arrive Eve, 13 ans. Elle vient de perdre sa mère et déverse ses émotions en ligne, mettant en scène sa vie à travers son portable. On la sent attirée par le morbide. Elle va finalement être un grain de sable dans cet univers glacial dans lequel tout le monde se complait avec ses secrets.

J'ai suivi les histoires de cette famille avec détachement. Les Laurent ne sont pas des gens auxquels on s'attache. Il y un moment de grâce dans le film durant lequel un grand père apprivoise sa petite fille qu'il connaît à peine. Hormis cela il y peu d'émotions.

On est Calais, Michael Haneke nous sort les réfugiés, quand même... comme un cheveu dans la soupe de mariage... Un film sans intérêt au final...

Pourquoi j'y suis allée : pour voir le dernier Haneke et pour le casting

Le sens de la fête, Happy End, Good Time, Demain et tous les autres jours / Revue de films

Good Time de Ben Safdie et Joshua Safdie

 

"Un braquage qui tourne mal… Connie réussit à s'enfuir mais son frère Nick est arrêté. Alors que Connie tente de réunir la caution pour libérer son frère, une autre option s'offre à lui : le faire évader. Commence alors dans les bas-fonds de New York, une longue nuit sous adrénaline." Interdit aux moins de 12 ans

Le film démarre avec une scène de braquage surréaliste du début à la fin !

Nick se fait donc arrêter et il n'est clairement pas adapté à la prison. Connie fonce bille en tête pour le faire libérer. Connie agit à l'instinct, il est plein de ressources mais ne réfléchit pas à long terme. Il ne doute vraiment de rien, il est paumé mais avec un objectif, sauver son frère de la merde dans laquelle il l'a mise. Car avec Connie, les autres paient toujours pour ses conneries... que ce soit son frère, sa petite amie, ses rencontres de passage...

Good Time nous entraine dans une virée nocturne pour une nuit infernale dont on ne doute pas de l'issue... Une virée chez les paumés, dans les milieux sociaux défavorisés chez ces gens qui ont tout vu et que rien n'étonne... Robert Pattinson incarne Connie avec rage et urgence. Il prouve encore une fois qu'il est capable de tout jouer.

Un polar social qui ne nous laisse pas de répit, une fuite en avant noire et désabusée...

Pourquoi j'y suis allée : la bande annonce m'avait donné envie...

Le sens de la fête, Happy End, Good Time, Demain et tous les autres jours / Revue de films

Demain et tous les autres jours de Noémie Lvovsky

 

"Mathilde a 9 ans. Ses parents sont séparés. Elle vit seule avec sa mère, une personne fragile à la frontière de la folie. C'est l'histoire d'un amour unique entre une fille et sa mère que le film nous raconte. "

Mathilde a une mère complètement à l'ouest comme on dit et elle semble se faire à cette situation. Elle est une mère pour sa mère et en oublie souvent d'être une petite fille de 9 ans. Elle se réfugie dans un monde imaginaire. Mathilde semble complètement laissée à l'abandon et c'est là que ça m'a semblé trop. Comment est-ce possible que personne ne s'occupe d'elle et que son père, au courant de la situation n'intervienne que trop tardivement ?

Un amour unique entre mère et fille oui mais je m'attendais à ce que cet amour soit plus montré, pour moi c'est plutôt l'histoire d'une non relation même si la fin montre le contraire...

Je n'ai pas trop aimé au final, je ne me suis pas laissée entrainée dans la poésie et la magie que peut dégager le film et j'ai détesté l'oiseau de malheur (pour moi !). Je ne m'attendais vraiment pas à ma réaction car je pensais que c'était tout à fait le genre de film que j'aime... J'y allais presque convaincue d'avance...

Pourquoi j'y suis allée : parce que j'aime beaucoup Noémie Lvovsky en général et pour le sujet

Rédigé par Carole Nipette

Publié dans #Sorties culturelles... de maman - critiques cinéma.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Sandra 16/10/2017 14:51

Le sens de la fête, j'espère pouvoir aller le voir pareil le duo Nakache Toledano <3 J'avoue n'avoir jamais entendu parler des autres films que je découvre avec ta critique

Natacha Sans Gluten 16/10/2017 07:45

Hello,
J'aime toujours autant tes chroniques ciné. Même si je n'ai pas le temps d'y aller....
Je vais essayer d'aller voir le Sens de la Fête et ce que tu en dis me donne encore plus envie d'aller voir ce film!
Merci!

Lily 16/10/2017 07:31

Alors ici j'ai vu good time pour Robert if course et j'ai été séduite aussi je l'aime dans ses rôles décalé pas propre sur lui il est dans son élément. Par contre le sens de la fête je veut le voir et te lire me donne envie de nouveau. Bisous