Mon cinéma de janvier 2020

Publié le 2 Février 2020

Play de Anthony Marciano

"En 1993, Max a 13 ans quand on lui offre sa première caméra. Pendant 25 ans il ne s’arrêtera pas de filmer. La bande de potes, les amours, les succès, les échecs. Des années 90 aux années 2010, c’est le portrait de toute une génération qui se dessine à travers son objectif."

 

Ma madeleine cinématographique ce début d’année ! Je suis de la génération juste en dessous et pourtant je me suis totalement reconnue dans ce portrait d'une bande de potes et ce portrait des années 90-2000. Les amis, les amours, la famille, l'adolescence, les études, Barcelone, les sorties en boîte, les questions existentielles sur le boulot... quels adultes allons nous devenir...
Et toutes les musiques dans le film représentent quelque chose pour moi (Oasis, Estelle, Superfunk, NTM, Demon, Pixies... bon sauf Hélène et les Garçons, faut pas pousser)
J’ai été bluffée par le procédé, l’impression que les images VHS de famille avaient vraiment été filmées à l’époque et non juste pour le film. Comme si le film était en préparation depuis 30 ans ! Le lifting à l’écran du couple Alain Chabat et Noémie Lvovsky est dingue.
Tout le casting est top des enfants et ados aux adultes. Une alchimie entre tous qui fait qu'on se sent inclus dans la bande.
Un film tendre et très drôle, original et inventif. Une comédie romantique french touch réussie ! .

Les enfants du temps de Makoto Shinkai

"Jeune lycéen, Hodaka fuit son île pour rejoindre Tokyo. Sans argent ni emploi, il tente de survivre dans la jungle urbaine et trouve un poste dans une revue dédiée au paranormal. Un phénomène météorologique extrême touche alors le Japon, exposé à de constantes pluies. Hodaka est dépêché pour enquêter sur l'existence de prêtresses du temps. Peu convaincu par cette légende, il change soudainement d'avis lorsqu'il croise la jeune Hina..."

Après le sublime Your Name, le nouveau Makoto Shinkai était plus qu'attendu.
Même si Your Name reste numéro 1 dans mon coeur, ces Enfants du Temps m'ont transportée.
La ville de Tokyo est un personnage central du film tout comme la météo qui transforme le regard des habitants sur leur ville et sur leur vie. Le temps est déréglé, les vies sont déréglées... les images de la ville exposée à l'eau sont impressionnantes.
Hodaka et Hina sont deux ados qui essaient de changer la donne. Amener le soleil dans la vie des gens, leur donner un peu de bonheur et ainsi les rendre heureux eux aussi... La magie et le fantastique sont au rendez-vous et tout en répandant de l'amour, ils incarnent une jeunesse qui se rebelle contre une société trop conservatrice et conformiste. Le film est aussi une critique de la société japonaise contemporaine.
Une grande histoire d'amour appuyée par une fable écologique dans une mise en scène magnifique.

Swallow de Carlo Mirabella-Davis


"Hunter semble mener une vie parfaite aux côtés de Richie, son mari. Mais dès lors qu'elle tombe enceinte, elle développe un trouble compulsif du comportement alimentaire, le Pica, caractérisé par l'ingestion d'objets dangereux."

Beau, lisse, propre et design, c'est l'univers de Hunter qui vit seule avec son mari dans une immense maison. Elle est femme au foyer et passe son temps à préparer le dîner, décorer sa maison ou se faire belle. Les parents de son mari sont très présents, des vampires qui la traitent comme une pièce rapportée sans intérêt. Hunter est dans une cage dorée.
Lorsqu'elle est enceinte puis développe le Pica, on va enfin s'intéresser à elle. La face cachée de ce petit monde parfait se révèle. Le passé compliqué Hunter refait surface et le trio fils-parents montre son vrai visage.
Le personnage de Hunter bouleverse. Au début on se demande vraiment comment elle fait pour supporter cette famille qui ne cesse de la dévaloriser. Et comment elle peut se faire aussi mal et mettre en danger son bébé. Elle se rebelle à sa manière en fait, elle reprend le contrôle. Son passé apporte des réponses et c'est en l'exorcisant qu'elle pourra trouver la force de devenir elle-même. Une re-naissance... celle d'une femme qui décide de ne plus se laisser faire...
Un film glaçant et touchant qui met à mal le patriarcat, des moments magnifiques, une mise en scène artistiquement remarquable, une actrice incroyable (Haley Bennett), j'ai beaucoup aimé.

 

Selfie de Thomas Bidegain, Marc Fitoussi, Tristan Aurouet, Cyril Gelblat et Vianney Lebasque

"Dans un monde où la technologie numérique a envahi nos vies, certains d’entre nous finissent par craquer.
Addict ou technophobe, en famille ou à l’école, au travail ou dans les relations amoureuses, Selfie raconte les destins comiques et sauvages d’Homo Numericus au bord de la crise de nerfs… "


J'ai bien aimé l'ensemble mais comme souvent dans les films à sketchs, tous ne sont pas à la hauteur de l'attente.
Par contre actrices et acteurs sont tous bons et ça participe au plaisir du film. Pour ma part, mentions spéciales pour Elsa Zylberstein, Max Boublil et Finnegan Oldfield hilarant dans ses rendez-vous façon Tinder.
J'ai adoré l'histoire entre la prof de français réfractaire à la technologie et le comique idole des jeunes accroc aux réseaux. Idem pour le sketch sur la recherche de l'amour même si la fin moyenne.
J'ai trouvé très juste le cynique fil conducteur sur les parents youtubeurs qui s'acharnent à mettre en scène leur vie et utilisent leurs enfants pour des vues et des cadeaux. Pour avoir voyagé une fois avec des parents youtubeurs "stars" je peux vous dire que la réalité dépasse la fiction !!
Le film dénonce avec humour les dérives d'internet, le pouvoir des réseaux sociaux et le danger de confier nos vies et nos secrets online. Quand on baigne dans les réseaux et internet, plein de choses font tilt !
J'ai passé un bon moment même si tout n'est pas au même niveau. Un bon moment de détente !

 

1917 de Sam Mendes

"Pris dans la tourmente de la Première Guerre Mondiale, Schofield et Blake, deux jeunes soldats britanniques, se voient assigner une mission à proprement parler impossible. Porteurs d’un message qui pourrait empêcher une attaque dévastatrice et la mort de centaines de soldats, dont le frère de Blake, ils se lancent dans une véritable course contre la montre, derrière les lignes ennemies."

Un vrai tour de force quand on y pense, ces longs plans séquences. Mais justement il ne faut pas trop y penser et s'en détacher très vite sous peine de ne voir que la prouesse technique et d'être obnubilé par ça et en même temps c'est dingue !
J'ai vu le film en Imax et j'avais vraiment l'impression d'être dans les traces des soldats, en immersion, en apnée même...
Sam Mendes a bien rendu une des choses que je retiens de cette longue Grande Guerre, le gâchis de vies humaines dans un enlisement au propre et au figuré. La fameuse guerre des tranchées, la plus horrible et la plus vaine. Gagner 2m pour en reperdre 3, les conditions de vie atroces et tous ces jeunes soldats étrangers qui sont venus combattre pour un pays qui n'était pas le leur.
Schofield se révèle bien plus brave qu'il ne le pensait et veut aller au bout de sa mission coûte que coûte. On y croit avec lui... Suspense tout au long du film, va t'il se faire tuer avant de réussir ? J'avoue j'étais pas mal tendue d'imaginer souvent le pire dans les pas de Schofield et Blake.
J'ai vraiment aimé le film dans l'ensemble mais il m'a manqué quelque chose, des vibrations plus profondes à l'intérieur...
J'ai aimé la mise en scène sauf les apparitions trop calculées des acteurs secondaires "têtes connues" jouant les supérieurs, arrivant avec des effets de révélation mais en fait ça n'a pas fonctionné avec moi. Tout comme j'ai trouvé un peu lourde la scène du bébé...
Les deux jeunes acteurs sont par contre excellents (George MacKay et Dean-Charles Chapman) et visuellement ça claque.
Malgré ces bémols, 1917 reste un grand film sur la première guerre mondiale et un bel hommage au grand-père de Sam Mendes.

Jojo Rabbit de Taika Waititi

"Jojo est un petit allemand solitaire. Sa vision du monde est mise à l’épreuve quand il découvre que sa mère cache une jeune fille juive dans leur grenier. Avec la seule aide de son ami aussi grotesque qu'imaginaire, Adolf Hitler, Jojo va devoir faire face à son nationalisme aveugle..."

J'avais un peur que ça ne passe pas l'histoire de l'ami imaginaire qui n'est autre que Hitler. Heureusement le personnage interprété par le réalisateur himself est ridicule, pleutre et idiot, une vraie merde dont on se gausse avec délice, ça ne changera pas l'histoire mais ça peut faire du bien. L'autre chose qui me faisait peur c'est le traitement de l'Histoire par la satire et le rire. Mais, l'horreur nazie n'est pas occultée, jamais.

J'ai été touchée par ce petit garçon solitaire qui a désespérément besoin d'attentions. Il trouve dans les jeunesses nazies ce qu'il croit être une seconde famille, il cherche en Hitler un second père, quelqu'un qui pourrait le conseiller, le guider... Du haut de ses 10 ans, il va prendre conscience du tissu de mensonges propagés par le régime nazi. Il va découvrir que sa mère joue un double jeu dangereux et que Elsa, la jeune juive cachée dans le grenier n'est pas le monstre qu'on veut lui faire croire qu'elle est en tant que juive.

C'est à travers le regard de Jojo que le réalisateur a voulu raconter cette période. Un regard d'enfant crédule, qui veut bien faire, qui veut plaire, qui veut être comme les autres. Mais un regard d'enfant qui peut évoluer et se transformer si son entourage lui donne les moyens de le faire. J'ai vu dans le film un beau message sur l'éducation de la jeunesse, les ravages d'une propagande mensongère, l'embrigadement... Comment les adultes n'ont aucun scrupule à utiliser des enfants pour servir leurs minables desseins...C'est un sujet tellement contemporain finalement, la façon dont la jeunesse est confrontée au monde qui l'entoure et la façon dont les adultes leur dépeignent ce monde... J'y ai vu aussi un bel hommage à Anne Frank et à tous les résistants qui se battent pour défendre la liberté de tous...

 

Rédigé par Carole Nipette

Publié dans #Sorties culturelles... de maman - critiques cinéma.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

girls n nantes 05/02/2020 09:31

je t'envie tellement d'aller au ciné !
ici dans quelques années je pense que j aurais rattrapé mon retard
merci pour cette belle sélection

Carole Nipette 05/02/2020 10:15

C'est ma sortie culturelle préférée :) j'ai toujours ménagé du temps pour y aller...

sysyinthecity 03/02/2020 21:23

Une jolie sélection, Selfie me tenterait bien ♥

Julesetmoa 03/02/2020 13:28

Chouette sélection ! Play me tente bien :)

Carole Nipette 04/02/2020 20:54

J'ai envie de le revoir !

Une parisienne à Vincennes 03/02/2020 13:19

Play et selfie me tentent carrément !!

Carole Nipette 04/02/2020 20:53

De bonnes comédies françaises mais Play est un niveau au dessus !

Ka 03/02/2020 10:35

J'aime bien l'affiche du film "les enfants du temps" (mais je ne sais pas ce que ça raconte... oh! le retard que j'ai) (pas encore lu ton résumé) j'irai peut-être le voir sans connaître l'histoire à l'avance... ce sera une exception!...1917 semble être une nouveauté dans le genre "film de guerre"

Carole Nipette 04/02/2020 20:51

Je vais souvent au ciné sans savoir de quoi ça parle !

Mademoiselle Farfalle 03/02/2020 10:14

J'ai très envie de voir Les enfants du temps, j'avais tellement aimé Your name!

Carole Nipette 04/02/2020 20:50

Your Name reste dans mon panthéon !

Madame 03/02/2020 09:34

Je veux voir Play et les enfants du temps, je vais profiter de mes futures vacances pour aller au cinéma!

Carole Nipette 04/02/2020 20:49

Les enfants du temps tu peux y aller avec ton grand !

Féelyli 03/02/2020 08:41

J'ai envie de tous les voir avec un gros coup de coeur pour le premier...

Carole Nipette 04/02/2020 20:48

:D