De rouille et d'os, Moonrise Kingdom, Dark Shadows, Indian Palace, Margin Call, Babycall / Revue de films [Avis]

Publié le 19 Mai 2012

Une revue de films plus importante que d'habitude due à une absence d'enfant prolongée !

 

De-rouille-et-d-os_affiche.jpg

 

De rouille et d'os de Jacques Audiard

"Ça commence dans le Nord. Ali se retrouve avec Sam, 5 ans, sur les bras. C’est son fils, il le connaît à peine. Sans domicile, sans argent et sans amis, Ali trouve refuge chez sa sœur à Antibes. Là-bas, c’est tout de suite mieux, elle les héberge dans le garage de son pavillon, elle s’occupe du petit et il fait beau.
A la suite d’une bagarre dans une boîte de nuit, son destin croise celui de Stéphanie. Il est pauvre ; elle est belle et pleine d’assurance. C’est une princesse. Tout les oppose.
Stéphanie est dresseuse d’orques au Marineland. Il faudra que le spectacle tourne au drame pour qu’un coup de téléphone dans la nuit les réunisse à nouveau. Quand Ali la retrouve, la princesse est tassée dans un fauteuil roulant : elle a perdu ses jambes et pas mal d’illusions.Il va l’aider simplement, sans compassion, sans pitié. Elle va revivre."

 

Magnifique histoire d'amour sans pathos entre deux écorchés de la vie, deux tempéraments pas si opposés qu'on pourrait le penser, deux destins qui finissent par se rejoindre. Chacun se fait du bien même s'il faudra du temps pour s'en rendre compte. Le film de Jacques Audiard est une réussite qui m'a fait passer par des émotions intenses entre peur, rire et tendresse. Aucun pathos, juste une réalité plus dure que l'ordinaire et pourtant l'ordinaire qui entoure Ali est déjà bien déprimant. Jacques Audiard aborde aussi ce sujet de la précarité et du traitement des salariés dans les hypermarchés par le biais de la soeur d'Ali, intérprétée par la grande Corinne Maserio (Louise Wimmer).

Matthias Schoenaerts, pour lequel j'avais fait part de mon admiration dans Bullhead, est tellement parfait dans le rôle de ce Ali, homme brut et brutal parfois même avec son fils, qui ne prend jamais de gants pour dire et faire ce qu'il pense même quand il boxe. Il crève l'écran c'est indéniable. Peut être un prix d'interprétation à Cannes ?

Quand à Marion Cotillard elle est toute en finesse et en énergie retenue, excellente elle aussi.

Il y aurait tant à dire sur le film mais je vais finir par ma scène préférée, celle où Stéphanie revient à Marineland et parle avec une orque, un ballet humain/animal sublime, je suis émue rien que d'y penser... Une scène de cinéma à inscrire au panthéon des plus belles scènes jamais tournées...

 

affiche-Moonrise-Kingdom.jpg

 

Moonrise Kingdom de Wes Anderson

"Sur une île au large de la Nouvelle-Angleterre, au cœur de l’été 1965, Suzy et Sam, douze ans, tombent amoureux, concluent un pacte secret et s’enfuient ensemble. Alors que chacun se mobilise pour les retrouver, une violente tempête s’approche des côtes et va bouleverser davantage encore la vie de la communauté."

 

Un joli conte d'amour entre adolescents de 12 ans ou les premiers émois sont encore plus exacerbés chez les enfants qui se sentent différents. Un conte initiatique où comme toujours chez Wes Anderson, l'absurde et la folie douce se côtoient pour rendre compte d'une réalité pas si éloignée de celle qu'on connait.

Un film plein de charme à l'humour caustique et un coup de coeur pour Edward Norton qu'on découvre dans un nouveau registre dans le rôle d'un chef boy scout au grand coeur.

Un film plaisant mais au final je n'ai pas été transportée comme je m'y attendais. Malgré quelques émotions par-ci par-là, j'ai l'impression d'être restée assez passive durant le film, d'avoir été plus spectatrice attentive qu'autre chose. Ce qui n'enlève rien au fait que Moonrise Kingdom est un bon film.

 

 

Dark-Shadows-Affiche.jpg

 

Dark Shadows de Tim Burton

"En 1752, Joshua et Naomi Collins quittent Liverpool, en Angleterre, pour prendre la mer avec leur jeune fils Barnabas, et commencer une nouvelle vie en Amérique. Mais une terrible malédiction s'est abattue sur leur famille. Vingt années passent et Barnabas a le monde à ses pieds, ou du moins la ville de Collinsport, dans le Maine. Riche et puissant, c'est un séducteur invétéré... jusqu'à ce qu'il commette la grave erreur de briser le coeur d'Angelique Bouchard, une sorcière qui lui jette un sort bien plus maléfique que la mort : celui d'être transformé en vampire et enterré vivant.
Deux siècles plus tard, Barnabas est libéré de sa tombe par inadvertance et débarque en 1972 dans un monde totalement transformé..."

 

Un Tim Burton + un film de vampire + un casting au poil, tiercé gagnant pour moi ! J'ai aimé retrouvé cette ambiance burtonienne délirante à tous les niveaux, histoire, interprétation, costumes, maquillages, effets spéciaux et décors. Même si je ne crie pas au génie pour ce film j'ai passé un très bon moment et je pense que j'avais le sourire pendant la majeure partie du film.

Eva Green est incroyable, elle m'a scotchée tellement je l'ai trouvée excellente dans ce rôle de méchante sorcière jalouse. Quand à Michelle Pfeiffer, un vrai plaisir de la retrouver dans un bon film et pour un vrai rôle. Elle est merveilleuse et toujours sublime. Et Johnny Depp, toujours aussi à l'aise dans des rôles au pouvoir comique certain. Même Helena Bonham Carter qui me tape sur les nerfs d'habitude a réussi à m'accrocher.

Et puis un détail mais avec lequel j'adore m'amuser dans les films de Tim Burton : les coiffures ! On pourrait reconnaître un film de Tim Burton rien qu'aux coiffures des comédiennes. Avec celles de Dark Shadows on pense inévitablement à Mars Attack mais aussi à Edward aux Mains d'Argent.

Pour résumer, une comédie à l'humour noir qui dépote, pas le meilleur de Tim Burton mais un bon cru tout de même.

 

Indian-palace_affiche.jpg

 

Indian Palace de John Madden

"L'Angleterre n’est plus faite pour les seniors, même la retraite se délocalise ! Plusieurs retraités britanniques coupent toutes leurs attaches et partent s’établir en Inde, dans ce qu’ils croient être un palace au meilleur prix. Bien moins luxueux que la publicité ne le laissait entendre, cet hôtel délabré au charme indéfinissable va bouleverser leurs vies de façon inattendue."

 

La comédie anglaise par excellence, acteurs et dialogues savoureux avec ce flegme et cet humour so british.

L'ambiance en Inde est bien rendue si j'en crois toutes les discussions que j'ai pu avoir avec des personnes y ayant habité, que ce soit au niveau de l'administration ou de la ville qui fourmille jour et nuit.

Un film qui met de bonne humeur et qui remonte le moral et c'est déjà une excellente raison d'y aller !

 

 

Affiche_margin-call.jpg

 

Margin Call de J.C Chandor

"Pour survivre à Wall Street, sois le premier, le meilleur ou triche. La dernière nuit d’une équipe de traders, avant le crash. Pour sauver leur peau, un seul moyen : ruiner les autres…"

 

Le film débute par une scène de licenciement à l'américaine d'une violence incroyable bien que seule la parole soit utilisée. Le ton est donné pour la suite... Margin call est un exercice de style bien ficelé même si je n'ai pas saisi toutes les subtilités financières expliquées dans le film. Une chronique d'une mort annoncée, celle d'autres financiers ou de salariés, menée avec un suspense haletant. Un casting impeccable avec mention spéciale à Kevin Spacey. Un univers impitoyable dont le seul attrait est l'argent, description sans concessions qui fait froid dans le dos.

 

 

babycall-affiche.jpg

 

Babycall de Pal Sletaune

"Anna fuit son ex-mari violent, avec son fils de 8 ans, Anders. Ils emménagent à une adresse tenue secrète. Terrifiée à l’idée que son ex-mari ne les retrouve, Anna achète un babyphone pour être sûre qu’Anders soit en sécurité pendant son sommeil. Mais d’étranges bruits, provenant d’un autre appartement viennent parasiter le babyphone. Anna croit entendre les cris d’un enfant..."

 

Pour la petite histoire, je suis allée voir ce film parce que quand Nina était bébé nous allions souvent à la campagne. Plusieurs nuits durant j'entendais des pleurs d'enfant dans le babyphone et pourtant il n'y avait pas de bébés chez les voisins proches. Je m'imaginais que la maison était hantée par un bébé à l'histoire terrible, bref je me faisais des films et je me suis dit que ça ferait une idée géniale de scénario ou de roman. Babycall ne raconte pas du tout cette histoire mais j'étais troublée...

L'occasion de revoir Noomi Rapace, la géniale Lisbeth Salander de Millenium. Un film angoissant dans lequel on se demande tout le temps si ce qu'on voit à l'écran est la réalité ou le produit de l'imagination des différents protagonistes. Elle porte le film sur ses épaules cette mère poule puissance mille qui ne peut laisser son fils faire un pas sans passer par de terribles angoisses et questionnements et qui tremble devant les services sociaux. Le film aurait pu être bien juste en restant sur cette histoire mais la dimension un peu épouvante qui en découle avec l'histoire du Babycall vient parasiter le film. C'est dommage car l'idée de départ était bonne.

 

NouveauDepart Affiche                                         l-enfantd-en-haut.jpg

J'ai vu d'autres films plus tôt dans le mois et dont j'ai oublié de parler. Un nouveau départ de Cameron Crowe, le film sympa mais vraiment pas original, l'impression d'avoir vu cette histoire des milliers de fois. Par contre L'Enfant d'en haut d'Ursula Meier, j'ai beaucoup aimé. Une chronique familiale puissante sur fond de drame social, très bien interprétée par Léa Seydoux et un jeune gamin impressionnant Kacey Mottet Klein. Un très bon film qui remue.

Rédigé par Carole Nipette

Publié dans #Sorties culturelles... de maman - critiques cinéma.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

frieda 20/05/2012 23:24


Je pense emmener mon fils voir Moonrise Kingdom, le seul que je n'aie pas vu des fims que tu cites, avec Babycall. Je l'avais emmené aussi pour Margin Call, même si je craignais que ce soit un
peu ardu (14 ans dans une semaine) et finalement il a accroché, peut-être sensibilisé aux questions économiques par la campagne électorale, qu'il a un peu suivie, de lui-même. J'ai beaucoup aimé
Indian Palace et cet humour anglais qui a toujours l'air de ne pas y toucher. Quant à De rouille et d'os il m'a fait aimer Marion Cotillard. J'imagine qu'il récoltera quelque chose à Cannes, me
suis un peu agacée à lire Libé qui y voit un film qui se regarde être un chef d'oeuvre ou truc dans le genre. Si tous les films étaient de ce niveau, si seulement...


@Léoetlisa : l'orque ne lui mange pas les jambes. Moi aussi je l'ai vu écrit quelque part et ça m'a interpellée. Semblerait plutôt que dans l'accident lié à une "manoeuvre" de l'orque, elle ait
eu les jambes endommagées...

Carole Nipette 28/05/2012 09:43



Bon ben rien pour le film d'Audiard à Cannes... on attend les Césars... :)



danslapeaudunefille 20/05/2012 23:09


Très motivée par le film d'Audiard et celui sur l'Inde ! Merci pour tes critiques

Carole Nipette 28/05/2012 09:41



Tu vas encore au ciné ? :)



LMO 20/05/2012 12:49


Moonrise Kingdom, j'ai eu le même sentiment de passivité que toi. Bon film, bon moment, mais je n'ai été que spectatrice!


De rouille et d'os, j'aimerais beaucoup le voir aussi.


Et Dark shadows je vais y emmener Mouflette! :-)

Carole Nipette 20/05/2012 21:52



ça me rassure pour Moonrise, plusieurs ont pensé comme moi... oui ça lui plaira à Mouflette ! je pense que pour Nina ce sera en dvd...



madeleine 20/05/2012 08:44


Perso,; je ne peux pas aller au ciné (des pbs physiques).


Mais j'aime bien lire cette chronique, ça me donne envie ou pas de regarder les futurs dvd!


 

Carole Nipette 20/05/2012 21:52



Désolée pour toi :( et merci de me lire et commenter !



Solène 20/05/2012 00:32


Et bien je suis allée voir Moonrise Kingdom avec ma grande de 11 ans... et je suis resté comme toi un peu perplexe... finalement j'ai trouvé toute cette histoire un peu... froide ? difficile à
dire, dison que j'ai mis du temps à m'attacher. Ma fille, elle, a bien aimé, surtout que les morceaux musicaux (très présents) elle les a étudié en classe et les adore ! (britten par purcell, le
carnaval des animaux). Les enfants sont plus adaptable je crois, elle n'a pas du tout été déstabilisée par le style !


Bon, prochaine fois on se fait le Burton, c'est plus balisé pour moi !! A bientôt !

Carole Nipette 20/05/2012 21:54



C'est vrai que la musique choisie de Moonrise est top ! merci pour tes retours j'aime partager les avis ciné !



leoetlisa 19/05/2012 22:11


Tu confirmes les critques que j'ai entendues sur De rouille et d'os, pourtant, avec un scénario tellement improbable, j'étais pas sûre (se faire manger les jambes par un orque quoi !!!)

Carole Nipette 20/05/2012 21:54



si tu vas le voir tu verras que ce n'est pas du tout improbable...



Michèle 19/05/2012 19:43


Baby call sans hésiter, suis super intriguée par ce genre de film !

Carole Nipette 20/05/2012 21:55



tu me diras si tu y vas mais vite parce qu'il ne joue presque plus...



Cambroussienne 19/05/2012 14:29


Même si je sais que je ne verrais pas tous les films que tu présentes, c'est toujours avec un grand plaisir que je lis tes chroniques ciné, toujours bien renseignées et utiles quand on a un dîner
avec des cinéphiles...

Carole Nipette 20/05/2012 21:55



Merci de lire et de commenter :) j'aime bien aussi connaître un peu des films quand je ne les vois pas !



filou49 19/05/2012 13:58


eh ben ca en fait un paquet de films vu en un mois...bon moi j'ai fait pareil, mais j'ai l'excuse d'avoir un blog consacré au cinéma :o) dans ta liste j'ai vu margin call et moonrise kingdom et
j'ai bien plus accroché au premier ( bien que je ne sois pas du tout un de ces types fanas de bourse et d'économie), car il ya un tempo et une intensité dramatique totalement absente du film de
Wes Anderson, que j'ai trouvé joli, mais vain et maniéré... cela dit, pour répondre à solène, le film peut parfaitement être vu avec une adolescente, j'ai d'ailleurs pensé que j'uarais pu y
emmener ma nièce de 13 ans... "de rouille et d'os" c'est évidemment prévu au programme mais comme choco veut y aller aussi, on va attendre de trouver une baby sitter :o) très bon we à toi

Carole Nipette 19/05/2012 14:24



Les 6 premiers c'est en 8 jours :)


Moonrise Kingdom j'ai eu l'impression d'avoir manqué quelque chose... merci et bon ciné à vous !



le-monde-de-lali.over-blog.fr 19/05/2012 13:47


J'ai très envie de voir de Rouille et D'os et Dark Shadow ! :)


 

Carole Nipette 19/05/2012 14:24



Bon films !



Solène 19/05/2012 13:29


Merci !! j'avais repéré les 3 premiers, je vais essayer de caser ça dans mon emploi du temps ! pour finir, le Burton semble accessible aux 10-11 ans, non ? et le Wes Anderson, pour une
collégienne, t'en penses quoi ? Décidemment, j'adore tes chroniques ciné !

Carole Nipette 19/05/2012 14:26



Oui pour le Burton sans souci et pour le Wes Anderson je me suis même dit que Nina pourrait le voir dans pas longtemps... et merci d'être toujours là pour mes chroniques ciné, j'aime bien que les
mamans s'intéressent à mes articles qui ne sont pas "maman" :)