Génération perdue dans notre système scolaire

Publié le 6 Décembre 2013

Generation-perdue-affiche.jpg

 

Quand j'étais beaucoup plus jeune, je kiffais ce film "Génération Perdue" de Joel Schumacher. Le bon petit film de vampire avec tous les ingrédients des teen movies comme j'aime. Et maintenant à chaque fois que j'entends cette expression je ne peux m'empêcher de penser à la génération de ma fille.

Elle a 8 ans en 2013, fait-elle partie d'une génération perdue ? Essuie t'elle les plâtres d'un système scolaire à bout de souffle ?

 

Entre la réforme des rythmes scolaires qui semble capoter et la publication du Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) qui place la France à la 25e place du classement, je m'inquiète et je me pose des questions.

En une du Monde daté du 4 décembre, on peut lire "Loin de les corriger, l'école française ne fait qu'accentuer les inégalités sociales entre élèves". Cet article du Monde.fr résume les points faibles montrés du doigt par l'OCDE qui dirige le PISA.

 

Depuis que ma fille est entrée dans le système scolaire public en 2008 ces histoires d'inégalités m'ont sautées aux yeux surtout dans une grande ville comme Paris.

Après je ne suis pas pour la critique uniquement de l'école car les parents font partie du système et sont parfois eux mêmes perdus. Il y a des questions à se poser sur la façon dont on peut impliquer, dont on doit impliquer plus les parents dans le suivi scolaire de leurs enfants.

 

Ma fille a commencé sa scolarité dans des écoles normales mais classées en zone ZEP, dans Paris 12, oui ça existe. Et force est de constater que l'école ne peut répondre aux problèmes d'apprentissage de tous les enfants.

 

Comment un enfant peut il faire correctement ses devoirs quand la famille (où plutôt la maman solo) habite une chambre d'hôtel ou un foyer ? Comment l'enfant peut il se faire aider dans la lecture quand ses parents ne savent pas lire ou ne parlent presque pas le français ?

Comment une maitresse peut réellement s'occuper de 6 ou 7 enfants qui sont à la traîne dans une classe de 28 alors qu'elle a un programme de dingue à enseigner ? Ah le mois de juin où l'on voit apparaître une nouvelle notion chaque jour dans les cahiers pour finir ce sacro-saint programme... les enfants n'ont même pas le temps d'assimiler ! Et des enseignants se plaignent de ne plus avoir le temps de discuter avec les élèves, tout simplement.

 

Alors oui on peut rester chacun dans son coin et se dire que nous on a de la chance parce qu'on est là pour aider, parce que s'il le faut on pourra lui faire prendre des cours de soutien. Mais la génération future qui fera le pays de demain n'est pas que composée des élites...

 

Est ce que commencer par réformer les rythmes scolaires sans préparation était la meilleure façon de s'y prendre ? Est ce que toucher à l'emploi du temps des maternelles était justifié ? Est-ce qu'il n'aurait pas fallu commencer par alléger les programmes et ensuite réformer la journée ?

Comment a t'on pu penser que la réforme serait égalitaire alors qu'elle touche à la gestion personnelle de chaque commune ?

Est-ce que cette année rythmée par les grèves incessantes des profs depuis la rentrée ne va pas pénaliser les élèves qui devront faire encore plus d'efforts pour arriver à la fin du programme début juillet ?

Est ce que vraiment les syndicats de profs ont envie que ça change en profondeur ? Je ne parle pas que des rythmes mais chaque réforme aussi bonne soit-elle dans le fond se heurte aux syndicats.

 

Et je ne parle même pas des problèmes de discipline et de respect, notions qui semblent avoir disparues du paysage scolaire. Quand j'étais gosse on respectait les profs, les parents ne s'opposaient pas à eux pour une mauvaise note ou une réprimande justifiée, là aussi un gouffre s'est creusé qui semble sans retour...

 

Je me pose des tas de questions sur la génération de ma fille qui évolue dans un système qui favorise les élites et dont toute la primaire va se faire sur fond de réforme et de révolte. Je n'ose même pas penser au collège et au lycée si rien de sérieux et de concret n'est fait d'ici là. Les systèmes de notation ont changé des dizaines de fois depuis que j'ai quitté l'école, les appellations de Bac aussi de même que les programmes, les méthodes d'apprentissage de lecture avec les dégâts que l'on connait, de calcul, les évaluations sont apparues dès la maternelle...

 

Je me pose des questions sur un enseignement qui n'évolue pas avec son temps. Où sont vraiment les cours de langues vivantes en primaire, les cours d'informatique qui sont limités faute de temps, de formation et de moyens ?

 

Je me pose des questions et je n'ai pas toutes les réponses mais quelqu'un les a-t'il vraiment ?

 

Je leur souhaite bon courage à nos enfants et j'espère que les dirigeants et le corps enseignant réussiront un jour à s'entendre pour trouver la solution qui rendra à notre école ses lettres de noblesse.

 

Rédigé par Carole Nipette

Publié dans #Les réflexions existentielles d'une maman

Commenter cet article

OhOcéane 13/12/2013 13:02


Les questions sont bonnes, les réponses multiples... Je suis un peu réac, question école: j'ai avis qu'on devrait se reconcentrer sur des bases simples et solides, que les enfants sortent du CP
en sachant lire, écrire et compter, avec une belle confiance en eux que même avec des capacité différentes on peut y arriver, avec les notions de respect, d'effort et de discipline bien ancrées
et surtout l'amour du savoir, et l'envie d'apprendre. Mais je rêve  :)

Carole Nipette 16/12/2013 23:00



Non tu n'es pas réac ! je suis d'accord avec toi et surtout leur laisser le temps de digérer ce qu'ils apprennent, ça va trop vite...



Lily 09/12/2013 12:59


En te lisant je me dit qu'au fond c'est une vrai chance que de les avoir mùis dans le privé ... Il ets sur que cela empute mon budget de 120 euros au final mais vu que je les recupere tout ls
midis je me dit que c'est l'economie de la cantine si je bossais pas a la maison. Içi pas de greve des profs un programme finit dans les temps mais pas bourrés a la va vite. Des evaluations en
fin de trimestre et la mise en place du soutien quand cela est necessaire. Des cours d'initiation a l'anglais des la maternelle . Des cours de base sur l'informatique mais aussi sur ses mefaits
tel facebook tres jeune. Et en bonus des cours de politesse et savoir vivre en groupe que je pensais vieille france mais qui au final recadre les enfants en ses temps difficile le partage de Noel
est en ce moment evoqué et mis en place avec une collecte de jouets je trouve ca si important ... Mes enfants sont chanceux et j'espere qu'ils en ont conscience

Carole Nipette 16/12/2013 23:01



Oui c'est une chance ma belle et ils le valent bien !



les fruités 07/12/2013 08:36


qui aura le courage de mettre un vrai coup de pied dans la fourmiliere, d'instaurer une heure d'etude obligatoire pour que les enfants dont les parents ne peuvent s'occuper puissent faire leurs
devoirs tout simplement. D'autre autre coté dans notre village, une 10 ene de retraités s'etaient proposés pour faire du soutien scolaire aux enfants qui le desiraient et sur 300 primaires, ils
ont eu 1 reponse positive d'eleve...une seule ! alors effectivement les parents ont aussi leur part de responsabilité....c'est simple eN France pour reussir il faut etre dans la norme, sinon t'es
perdu....c'est triste ! de plus toutes les filieres techniques (manuelles) sont devaloriseés alors qu'elles presentent de beaux debouchés pour nos jeunes. Le "80%" de bacheliers est une
vaste connerie qui accentue les differences sociales et devalorise le bac...


ceci dit la critique est facile, et la solution n'est pas evidente, ceci dit je reve d'un politique qui aura le courage de faire de vraies reformes et tenir bon face aux oppositions qui cela
entrainera forcement


bises

Carole Nipette 16/12/2013 23:02



la critique est facile oui mais ça fait mal au coeur quand on voit nos enfants essuyer des plâtres de réformes successives sans queue ni tête parfois :(



une parisienne à Vincennes 06/12/2013 17:13


Ce qui est bien malheureux c'est que les instits/profs ne font que subir tout ça aussi.


Je suis bien loin de tout ça avec mes 2 petites, je sais qu'avant leurs entrées dans les classes supérieures il se passera plusieurs réformes (et oui ils aiment ça au gouvernement) mais cette
histoire des 5 jours de l'an prochain m'angoisse déjà ...

Carole Nipette 16/12/2013 23:03



les 5 jours ne m'angoissent pas plus que ça, c'est vraiment le programme et tout ce qu'on leur demande de savoir en si peu de temps qui me cause le plus de souci...



Lisbei 06/12/2013 14:06


Ah oui, et le truc qui fait rêver : nous étions chez des amis à Thoiry, à le frontière avec la Suisse ce week-end. La copine me dit que pour la réforme, chez eux, la mairie a déjà prévenu les
parents qu'il n'y aurait pas d'activités périscolaires ... et pourtant, cette commune est très riche ... le hic : ils n'ont trouvé personne pour venir assurer ce boulot, parce que là-bas, les
gens préfèrent aller travailler en Suisse, ça paye bien mieux ... on marche sur la tête, non ?

Carole Nipette 16/12/2013 23:03



tu m'étonnes :(



Lisbei 06/12/2013 14:03


Hello Carole !


Ah la la ... si ça peut te rassurer, je pense que cela fait une bonne quarantaine d'année que l'on considère chaque génération comme sacrifiée pour l'école ... je ne sais pas de quelle année tu
es, mais les changements de dénominations, de systèmes et de notations ne datent pas d'hier ... pas plus que les réformes et les révoltes ...


Le problème, je vais te le résumer en deux mots : il faudrait que les gens acceptent l'idée que pour une éducation de qualité, il faut des moyens .. de gros moyens ! C'est-à-dire qu'il ne
faudrait plus compter faire la moindre économie sur le dos de l'enseignement, embaucher de nouveaux profs, construire de nouvelles écoles, agrandir les locaux un peu partout ... décharger les
classes, imposer un maximum de 20 élèves de partout, et 15 élèves dans les zones difficiles ... et évidemment, renationaliser toutes les dépenses liées à l'éducation, ça serait la seule garantie
de l'égalité ... ça ne résoudrait pas tout, mais ça aiderait bien, je crois ...


Après, pour ce qui est de la réforme des ryhtmes, il me semble quand même que si, c'était la première chose à faire. Pas en déléguant le choix et la gestion de la chose aux communes, ça c'est
clair, mais en terme de charge de travail, les écoliers français font partie de ceux qui ont une concentration maximum d'heures de cours sur un nombre de jours de classe minimum ... il y a
forcément quelque chose qui cloche ... surtout que depuis 2008, date à laquelle on a fait la dernière réforme des rythmes, qui a purement et simplement supprimé une demi-journée de cours, tous
les spécialistes pointent du doigt la stupidité de la chose.


Après, je suis d'accord avec toi, ce n'est pas que l'école qu'il faut réformer ... la société dans son ensemble à besoin d'un petit coup de neuf ... mais faut-il reprocher à notre école d'avoir
des idéaux ? Amener 80% d'une classe d'âge au bac, c'est utopique, certes, mais c'est un reflet de cet idéalisme qui nous anime. Certains pays font d'autres choix, favorisant les filières
techniques pour les moins "doués" dirons-nous ... comme l'Allemagne ... mais si l'Allemagne est un modèle économique performant, est-ce que c'est un modèle social qui nous fait envie ?


Tu n'es pas la seule à te poser des questions, moi aussi je m'en pose plein, mais au moins, c'est rassurant, cela signifie qu'il y a un peu partout des personnes qui réfléchissent plus loin que
le bout de leur nez, sans se contenter de râler simplement contre tout et rien, contre le moindre changement qui touche à leur quotidien, sans se demander si ce changement peut être ou non
bénéfique à leur enfant ...


Allez, je te laisse, tu as l'art de me faire bavarder alors que j'ai un timing serré aujourd'hui !


Bises et bonne journée !

Carole Nipette 16/12/2013 23:06



je ne sais pas si ça me rassure :) je suis de 67 et j'ai un super souvenir de la primaire, j'ai eu le sentiment d'avoir eu le temps d'apprendre...


je suis d'accord avec toi pour les rythmes mais vu la façon dont ça a été fait, ça crée encore plus d'inégalités, le principe était bon...


:)



Madame 06/12/2013 12:49


Je pense que la chance de nos enfants repose sur le soutien parental, pour les accompagner, les aider. Pour x raisons, comme tu l'as évoqué, certains ne peuvent pas soutenir leurs enfants au
niveau scolaire l'école, aujourd'hui, n'a aucune solution à apporter. J'espère seulement que l'état va arriver à protéger un minimum 'l'école', qu'elle ne va pas imploser.

Carole Nipette 16/12/2013 23:07



je l'espère aussi... quand tu vois que dans certaines écoles de certains quartiers c'est juste l'enfer...



Val1603 06/12/2013 12:05


Je suis tout à fait d'accord avec ce que tu dis...


Avec des classes, mais en école maternelle, à 30 élèves, comment respecter le rythme de chacun, apporter de l'aide à ceux qui en ont besoin, un petit coup de pouce, voire parfois juste un peu
d'attention pour re-booster un élèver : impossible dans le système actuel !


Il faut une bonne dose d'énergie à nos enfants pour réussir à entrer dans le moule... Et trouver la voie qui leur permettra de s'épanouir plus tard dans les études qu'ils auront choises...


Pas facile-facile...

Carole Nipette 16/12/2013 23:07



c'est clair, une énorme dose d'énergie pour certains...



madeleine 06/12/2013 10:59


le décalage par rapport à ma génération tient surtout au nombre plus important d'écoliers par classe, à la diminution des moyens pour l'école et à la paupérisation; tout ça, je suis parfaitement
d'accord avec toi, renforcent considérablement les inégalités même si pour l'avoir vécu dans ma génération, elles étaient déjà très présentes.


Sinon je tiens à dire que ma fille est dans une chouette école maternelle, ils font plus de choses que je ne le pensais; alors que toutes copines rentraient dans le privé, je culpabilisais un peu
et bien je suis très contente qu'elle soit entourée de personnes toutes différentes. Maintenant elle a des parents qui savent lire, qui ont fait de longues études sup etc.

Carole Nipette 16/12/2013 23:08



j'aimais aussi beaucoup la maternelle de ma fille :)



Sophie Kune 06/12/2013 10:37


Je me pose les mêmes questions que toi Nipette, exactement les mêmes et pourtant nous sommes placées du bon côté de la barrière si je puis dire. Est-ce à nous de demander des comptes, voire même
de prendre le taureau par les cornes ? Tu as entièrement raison de dire que nos enfnats feront le pays de demain, c'est ce que je disais aussi mercredi. Une prise de conscience doit être faite,
vraiment ! Et je ne pense pas que la réforme du rythme scolaire soit l'exacte réponse face au problème. Malheureusement pas...

Carole Nipette 16/12/2013 23:10



ah j'en peux plus de me poser des questions tu sais ;)



Déli 06/12/2013 09:24


Tu as tout dit.
Ici, les grèves s'enchainent, nous ne savons même pas si c'est pour contrer la réforme ou pour manifester l'envie de l'encadrer différemment. Ce sont toujours les mêmes maîtresses qui sont en
grève, donc toujours les mêmes élèves pénalisés, j'ai l'impression qu'il n'y a aucune perspective de ces enseignants sur les apprentissages de leurs classes, ne pourraient-il pas au moins
alterner entre eux pour ne pas creuser des journées d'absence dans le programme à assimiler?
La réforme s'appliquera l'année prochaine chez nous, je n'entends que des retours négatifs, j'étais pourtant plutôt pour au début, sur le papier, mais je sais déjà que rien n'est prévu de 15h45 à
16h30 et du coup je ne comprends plus l'intérêt!
Quant à l'avenir de nos enfants, je passe de longues, nombreuses nuits d'angoisse, à me demander de quelle façon assurer au mieux un équilibre dans leur vie, des promesses de bonheur, de
possibiltés..

Carole Nipette 16/12/2013 23:14



ici j'hallucine sur tout ce qu'on a demandé d'apprendre aux élèves de CE2, c'est délirant, ils n'ont pas le temps d'assimiler et pourtant je travaille avec ma fille, beaucoup car pas le choix et
la maitresse a déjà fait 3 fois la grève... je ne sais pas ce que nous réserve l'an prochain, je me dis qu'ils auraient plutôt du mettre le sport tous les jours en fin d'après midi et voilà, ça
défoulerait les enfants au moins !


l'avenir me fait peur c'est vrai et pourtant je suis une optimiste !



nessa 06/12/2013 07:54


Ils sont entrain de tuer l'Ecole Publique; c'est peut-être ce qu'ils cherchent d'ailleurs ...