L'adoption par des parents homosexuels, mon avis...

Publié le 24 Octobre 2012

Nina-2009autres-que-nina_7240.jpg

 

La famille, le couple. Un sujet dont on parle beaucoup en ce moment avec le projet de loi sur l'adoption par des couples homosexuels.

Je ne vais pas faire un cours magistral appuyé de références historiques, scientifiques ou médicales, juste donner mon ressenti de maman, de femme en couple avec un homme.

J'avoue que j'ai du mal à voir ce qui choque aujourd'hui une partie de la population. L'adoption d'un enfant par un couple homosexuel serait le mal incarné, ce qui va provoquer un cataclysme dans le monde, le pire truc qui pouvait nous arriver en 2012. La fin du monde à côté c'est peanuts.

Pourtant moi ce qui me fait le plus peur en ce moment ce n'est pas qu'un enfant sans parent puisse trouver de l'amour dans un foyer de parents aimants du même sexe, non moi ce qui me fait vraiment peur c'est la situation en Syrie, celle du Mali, celle de l'Afghanistan, celle de tous les pays qui petit à petit sombrent dans des guerres obscurantistes sans fin, celle de tous les pays privés de libertés individuelles. Peur parce que ces pays là, ils seront peut être les nôtres un jour. Sans parler de la violence à laquelle on a droit, la violence quotidienne que personne n'arrive à endiguer, meutres, viols, violences conjugales. Voilà mes raisons d'avoir peur de l'avenir... Désolée d'être si terre à terre...

 

 

Si l'homosexualité n'avait pas été condamnée, punie, interdite et que depuis toujours tous les êtres humains vivaient selon leurs désirs sans subir les foudres des intégristes, de la loi ou de la religion (ah le bordel que ça a mis dans le monde...), aujourd'hui cette question ne se poserait peut être même pas. Peut être que tous les êtres humains seraient égaux en droits... Mais non, l'histoire s'est trompée de route. Le monde a préféré l'intolérance et la haine de la différence, toutes les différences.

 

Puisque la société a permis l'adoption d'enfants abandonnés ou orphelins par des gens qui ne sont pas les parents biologiques, pourquoi cette adoption ne devrait être réservée qu'à des couples hétérosexuels ? Où c'est écrit que le bonheur d'un enfant ne dépend que du fait qu'il ait un papa et une maman ? Si c'était le cas, le monde irait bien, tout le monde serait équilibré et la psychanalyse serait une profession de science-fiction.

Dire ça, c'est avoir des oeillères bien scotchées et ne pas regarder le monde dans lequel on vit. Dans notre monde réel donc, un enfant peut avoir deux parents du même sexe, peut être orphelin, peut n'avoir qu'un seul parent (les familles monoparentales sont de plus en plus nombreuses), peut faire partie d'une famille recomposée et changer de famille toute les semaines, peut être élevé par des grands-parents ou un oncle ou une tante, peut être en pension, en famille d'accueil ou carrément vivre seul dans la rue. Et pourtant aucune de ces structures ne lui garantit d'être heureux, aimé et équilibré. Aucune. Etre parent et élever un enfant ce n'est pas une science exacte.

 

Un couple hétérosexuel ne sera pas meilleur parent qu'un couple homosexuel, ce n'est écrit dans le marbre nulle part.

Des parents qu'ils soient hommes ou femmes peuvent être stupides, méchants et ne rien valoir comme parents. Il suffit de lire la presse du monde entier tous les jours pour s'en apercevoir. Les enfants ne seront ni mieux ni pire avec un couple homosexuel qu'avec un couple hétérosexuel.

 

 

Du coup les homosexuels adoptent souvent à l'étranger, font appel à des mères porteuses ou se font inséminer. L''enfant n'a légalement qu'un seul parent et c'est là que ça peut devenir triste parce que les homosexuels comme tout le monde, ont des problèmes de couple et se séparent. Le parent qui n'a pas l'autorité parentale n'a plus aucun droit sur l'enfant qu'il a élévé, plus aucun droit sur son enfant. C'est de la justice ça ? Pourquoi ces enfants là devraient être traités différement des enfants des couples hétérosexuels ?

 

photo2.jpg

 

Adopter un enfant par les voies légales c'est un véritable parcours du combattant, semé d'embûches, de désillusions, d'espoirs parfois vains. Et qu'on soit homme ou femme, il faut être un couple solide et sûr de soi pour se lancer dans l'aventure. Ce n'est pas une décision qu'on prend en cinq minutes mais le résultat d'un long cheminement personnel motivé par l'amour que l'on se sait capable de donner à un enfant qui pourrait en avoir besoin, à un enfant à qui on aurait envie de donner l'amour de la vie... Et même lui donner une famille avec des grands-parents, des oncles, des tantes, des cousins et cousines, quelle idée saugrenue tiens...

C'est long, épuisant et je veux croire que les personnes qui oeuvrent à donner les agréments font bien leur travail. Evidemment rien ne garantit que le parent sera à la hauteur mais on en revient à ce que je disais plus haut.

Moi même je n'aurais pas eu d'enfant par les voies naturelles, je ne sais pas si j'aurais été capable de faire une démarche d'adoption.

 

Il va en falloir du temps avant que les mentalités bougent, avant que les être humains considèrent leurs prochains simplement comme d'autres êtres humains et non pas en fonction de leur sexualité, couleur de peau, religion, apparence vestimentaire, handicap et j'en passe. La société évolue lentement mais elle n'est plus la même qu'il y a des siècles. Nous acceptons des énormes changements technologiques, biologiques, pourquoi pas des changements de définition de la famille...

 

Avec la naïveté qui me caractérise parfois, j'ai envie de dire que ce qui compte c'est l'amour à donner et à prendre, c'est donner le sens que l'on veut à sa vie et si ce sens passe par le désir d'enfant, laissons les gens réaliser des rêves qui vraiment ne sont pas dangereux pour l'avenir du monde...

 

Voilà mon sentiment, désolée si ça semble désordonné ou incomplet, il y aurait encore tant à dire sur le sujet.

 

 

 

Rédigé par Carole Nipette

Publié dans #Les réflexions existentielles d'une maman

Commenter cet article

ES 31/10/2012 18:35


Je suis en bonne partie d'accord avec vos commentaires, mais il me semble qu'il faut tout de même prendre en compte une réalité: en pratique, dans les autres pays européens qui ont ouvert les
adoptions aux couples de même sexe, il n'y a eu quasiment que des cas d'adoption par un beau-parent (soit pour des enfants élevés par un couple de lesbiennes et nés d'une insémination avec
donneur, soit pour des enfants nés d'une union hétérosexuelle où l'un des membres du couples s'est remis en couple homo, dans le cas où l'autre parent biologique serait décédé ou consentirait à
une adoption simple par le beau-parent). En particulier, il me semble bien avoir lu qu'il n'y a eu aucune adoption internationale: tous les pays du monde ayant des enfants à faire adopter, sauf
deux (Brésil et Afrique du Sud) interdisent l'adoption par des couples de même sexe (et beaucoup n'acceptent par exemple que les couples mariés, pas les couples en concubinage, certains rajoutent
d'autres restrictions comme par exemple le fait que les parents doivent être stériles, ou ne pas avoir d'enfant déjà au foyer...) Et il y a déjà beaucoup plus de couples voulant adopter que
d'enfants adoptables (hormis pour certains cas particuliers: enfants handicapés, ou de plus de 6 ans par exemple...).


On peut supposer qu'il en sera probablement de même en France: le nombre d'adoptions à l'étranger a fortement chuté ces dernières années (en particulier parce que plusieurs pays du Tiers-Monde
ont arrêté les adoptions internationales, ou ont encouragé les adoptions internes à leur pays) et risque de baisser encore, les organismes agréés d'adoption sont submergés de demandes et il est
déjà quasiment impossible pour une femme célibataire d'adopter (et impossible pour un homme célibataire), et très difficile pour un couple marié avec un agrément "standard" (pour un enfant de
moins de 3 ans en bonne santé). Donc on peut supposer que les couples homosexuels pourront peut-être obtenir l'agrément, mais ne seront probablement pas choisis...


Par ailleurs, pour adopter un enfant né en France (bébé pupille de l'état), les listes d'attente sont très longues (environ 5 ans dans la plupart des départements), et même si en théorie les
célibataires peuvent les adopter, en pratique les conseils de famille ne choisissent que des couples mariés et stériles.  Je doute un peu que les conseils de famille choisissent de confier
un bébé à un couple de même sexe si cela signifie qu'un couple hétérosexuel stérile de plus restera sans enfant...


Bref, ouvrir l'adoption aux couples homosexuels ne servira sans doute en pratique qu'aux cas évoqués ci-dessus, où l'enfant a déjà un parent légal... Ce qui aura le mérite de clarifier la
situation de ces enfants, et de mieux les protéger en cas de décès de leur parent biologique. Mais je crains que certains couples homos ne se fassent des illusions sur la possibilité d'adopter
dans les autres cas de figure (ce qui veut peut-être dire que cela ne mettra pas fin aux "business" douteux du type mères porteuses à l'étranger). La situation n'est pas comparable à celle d'un
pays comme les Etats-Unis, où les bébés adoptables sont beaucoup plus nombreux (grossesses non désirées beaucopu plus fréquentes, IVG diabolisé...) et où il est légalement possible pour un couple
voulant adopter de s'entendre directement avec la mère biologique.

Carole Nipette 04/11/2012 00:24



Je connais un peu tout ça et oui vous avez raison, c'est de toute façon extrêmement difficile pour une personne célibataire d'adopter même à l'étranger et avec l'agrément. c'est pourquoi je dis
que les couples homos qui se lancent dans cette démarche sont plus que motivés et savent dans quoi ils s'embarquent... si jamais tout se concrétise pour l'adoptant, ce sera d'autant mieux si la
loi permet l'autre d'avoir des droits sur l'enfant du couple...


par ailleurs pour beaucoup de couples hommes la solution de la mère porteuse n'est même pas envisagée, convictions personnelles... oui ce business existera mais personnellement ça ne me choque
pas si tout le monde est d'accord... les histoires de mère de 60 ans grâce à la médecine me choquent tellement plus par exemple...


le chemin est très difficile, j'ai envie de croire que le désir très fort et motivé puisse aboutir de temps en temps...



DOMINIQUE 31/10/2012 11:57


Merci pour cet article, que j'ai lu en passant par chez Caroline. C'est EXACTEMENT le raisonnement que je tiens. Rien à retrancher ou à ajouter. Cela fait plaisir de savoir qu'il y a des
personnes qui pensent comme moi...


 

Carole Nipette 04/11/2012 00:51



Merci à toi



Fmior03 31/10/2012 11:26


Lecture intéressante, tant le post que les commentaires.


Je rejoins plutôt MissMio et Aurore, et je trouve le commentaire d'Agnès très juste.


Il y a pour moi deux situations différentes pour les enfants: enfant conçu par un des parents (une des mamans en l'occurence) et enfant adopté "à l'extérieur".


Dans le premier cas, il est essentiel à mon sens de protéger l'enfant et que l'autorité parentale soit partagée.


En revanche, je plussoie sur la difficulté en plus pour un enfant adopté, à la lecture de MissMio et face à l'expérience d'amis qui ont adopté deux enfants en Afrique.


L'amour ne fait pas tout même s'il est évidemment essentiel (couple homo, hétéro ou famille monoparentale). Je vous recommande l'excellent article de Claude Halmos à ce sujet: http://www.psychologies.com/Famille/Education/Autorite-Transmission/Interviews/Claude-Halmos-Aimer-ne-suffit-pas

Carole Nipette 04/11/2012 00:53



Non aimer ne suffit pas, après il faut savoir être un vrai parent mais c'est un bon début...



Aude Nectar 29/10/2012 18:06


Tu as raison. Il y a juste un problème de tolérance (et de peur de la différence) plus général à surmonter, j'espère que nous y arriverons...

Carole Nipette 29/10/2012 23:52



oui espérons...



Sandra 28/10/2012 08:26


Merveilleuse Carole, juste une phrase parce qu'on a déjà parlé : Je t'aime très fort!!!!

Carole Nipette 29/10/2012 23:52



Merci ma Sandra, me too :)



Anne-Laure 28/10/2012 00:44


Oui, oui, oui pour la tolérance et l'ouverture d'esprit! Parce que dans la vraie vie, ils sont déjà autour de nous, ces enfants de couples homo, soit parce que leur maman a refait sa vie avec une
femme, soit parce que 2 mamans ont eu recours à la PMA... Le reste, c'est comme pour le PACS par exemple, une reconnaissance des droits de chacun... Mais à côté de ces causes idéologiques, il y a
aussi malheureusement la réalité: l'adoption est de plus en plus difficile, il y a toujours autant d'enfants qui ont besoin de parents, mais les délais d'attente sont monstrueux... Idem pour la
PMA, le don de sperme ou d'ovocyte: c'est un véritable parcours du combattant... Il y aurait tant de choses à faire dans ces domaines là pour améliorer les choses... pour tout le monde!

Carole Nipette 29/10/2012 23:51



Je suis d'accord oui et c'est tellement difficile d'adopter, d'où le fait que je me dise que ceux qui s'y lancent sont vraiment motivés...



Agnès 26/10/2012 16:17


Bonjour,


je pourrais vous faire un joli pavé de réponse sur "le bordel que les religions ont mises dans le monde, je ne vais pas le faire. Beaucoup de croyants sont tellement loin du message originel de
leur religion... Je pourrais argumenter sur ce qui serait le mieux pour les enfants dans un monde rempli de poneys qui pètent des paillettes, mais la réalité est toute autre, je le sais bien.


Alors je vais simplement souligner un petit fait : beaucoup de lois sont tombées en désuétude avant d'être abolie -parfois même elles ne le sont pas. D'autres lois ne sont toujours pas
appliquées... par l'état lui-même. Deux exemples :


- il n'y a pas si longtemps, le concubinage était interdit par la loi, et réprimé. Aujourd'hui, le "certificat de vie commune" n'est pas un document officiel mais nombre d'organismes (mutuelles
de santé, assurances...) acceptent une déclaration sur l'honneur de vie commune pour couvrir le conjoint ni marié ni pacsé de son client. Je ne suis même pas sûre que la loi interdisant le
concubinage ait été abolie. Mais elle n'est plus appliquée.


- Depuis 1967 une femme peut demander à être appeleé "madame" et non "mademoiselle" sans avoir à fournir aucun justificatif. Pourtant, il a fallu qu'un collectif se monte pour réclamer que la
case "mademoiselle" soit supprimée des formulaires officiels de l'Etat... 


Alors, je ne pense pas qu'une loi autorisant l'adoption par des couples homosexuels fera vraiment évoluer les mentalités. Elle permettra sans doute de résoudre des situations absurdes déjà
existantes (donner les droits parentaux au conjoint qui n'est pas parent biologique par exemple), et ce serait bien. Mais les commissions chargées d'accorder un agrément pour l'adoption semblent
déjà bien souvent constituées de gens obtus, et ils n'ont pas forcément à justifier leur "non", alors ce n'est pas la loi qui les empêchera de refuser.


Si cette loi ne passe pas cette année, les mentalités évolueront, ceux qui le peuvent se débrouilleront pour la contourner en passant par des pays voisins... Un jour sans doute, ce sera entré
dans les moeurs, les choses se feront sans loi. Et alors, la loi changera.

Carole Nipette 29/10/2012 23:50



Le message originel a malheureusement été très vite dénaturé "guerres de religion" croisades etc...


ce sera quand même bien si déjà la loi permet aux situations existantes d'être réparées...



louvero 26/10/2012 13:26


@ Aurore M. : tu écris " ce que je veux dire, c'est que l'on ne peut étendre indéfiniment le mariage sans lui faire perdre toute sa valeur."Je veux juste revenir là-dessus pour étendre ;) l'angle
suggéré :)))


Est ce qu'une loi, une tradition, une règle doivent se limiter ? Soit il faut les ouvrir aux changements des mentalités et aux nouvelles réalités socio-culturelles, pour les assouplir ou les
préciser, ce qui me parait le propre de toute évolution micro ou macro... soit les assortir d'autres lois, tradi ou règles et cela finit au mieux par revenir au même ou au pire par tout rendre
ingérable. Pour moi, tout est de passage dans la vie, figer c'est mourir un peu ou vieillir d'un coup ;) et la valeur d'une chose ne vaut que par le regard qu'on lui accorde. A fore ce 
sacraliser l'argent on a crée un monde ultra libéral, à force de sacraliser le mariage on a toujours exclu ceux qui rentraient pas dans les cases (celib sur le tard, batards, divorcés et leurs
enfants, mères seules, orphelins... chacun a eu droit à son ère d'intolérance, non ?)... Le mariage n'est qu'une forme de contrat d'union, pas une fin en soi. Et c'est une invention des humains,
pas un organe naturel ;) ! Et les enfants ne sont plus élevés dans des cocons, des référents des deux sexes ils en ont très vite, chez la nounou, en crèche, en maternelle... Les enfants savent
accueillir naturellment la différence de leurs parents mais en souffrent si la société les pointent du doigt. Donc c'est la société le pb, pas les parents différents. Comme d'hab... Belle journée
!

Carole Nipette 29/10/2012 23:46



merci pour cette réponse, pas mieux :)



Laurent 26/10/2012 12:17


J'ai mis ton billet dans mon billet. Bises.

Carole Nipette 29/10/2012 23:46



oh merci...



Missmio 26/10/2012 08:43


Aurore je suis entièrement d'accord avec toi ! Ce n'est pas si facile d'avoir été adopté ! 


 


 

Carole Nipette 29/10/2012 23:45



évidemment ce n'est pas facile, mais est ce plus facile d'avoir été abandonné où d'être orphelin ? quand on a une enfance difficile hors du commun toutes les situations sont dures...



Aurore 26/10/2012 01:18


Concernant l'adoption par les couples homosexuels, l'argument que je voudrais faire valoir est celu de la nécessité pour l'enfant adopté de bénéficier d'une structure, d'un cadre formel. Je pense
- j'espère - que personne aujourd'hui ne remet en cause la capacité de deux hommes ou deux femmes d'aimer un enfant comme un couple hétérosexuel. Mais plaçons-nous du côté de l'enfant. Abandonné,
il vit ses premiers mois voire années sans ses parents, ce qui est déjà une déchirure. Une fois adopté, il est accueilli, dans la très grande majorité des cas par une famille aimante et prête à
lui accorder tous les soins nécessaires. Il n'empêche que cette adaptation, aussi précoce soit-elle, n'est pas anodine et rarement facile. A l'école, dans ses jeunes années, l'enfant apprend que
les parents qui l'aiment et l'éduquent ne sont pas ceux qui l'ont conçu, que d'autres avant lui n'ont pas pu lui donner l'amour et les moyens de subsistance nécessaires. Il est ainsi confronté à
sa propre différence à l'égard des autres enfants : "j'ai été adopté", "mes parents ne sont pas mes 'vrais' parents..."
L'homoparentalité reste aujourd'hui de fait une situation plus que marginale, parfois difficilement acceptée par les autres. 


Ouvrir l'adoption aux couples homosexuels, c'est potentiellement priver un enfant d'un père et d'une mère qui seuls peuvent lui permettre de reconstruire une filiation, un arbre généalogique.
Sans mentir à l'enfant, les parents lui expliquent que sa mère a un papa et une maman tout comme son père, que c'est ainsi que naissent les enfants. Certes, lui n'est pas né de ce père et de
cette mère, mais la croissance dans un cadre traditionnel de la famille permet à l'enfant de retrouver des repères (biologiques, affectifs) perdu dans sa prime enfance.


Un enfant abandonné a déjà vécu une grande perte ; lui donner des parents ne représentant pas le schéma dont il est issu le confronte à une nouvelle différence à l'égard de la majorité des
enfants.

Carole Nipette 29/10/2012 23:43



Tu n'en sais rien du tout à moins que ce ne soit ton cas et ton expérience mais rien dans le commentaire ne le laisse penser...


http://tempsreel.nouvelobs.com/mariage-gay-lesbienne/20121024.OBS6813/enfants-d-homos-j-ai-ete-eleve-par-deux-papas.html


 



miss Julie 25/10/2012 22:11


Ton article résume parfaitement la situation dramatique dans laquelle le conjoint n'ayant aucun droit  se trouve. Rien que pour ça, il serait + que temps que les choses bougent...On nous en
parle depuis des années et rien ne change. Je trouve ça consternant!!


 

Carole Nipette 29/10/2012 23:39



rien que pour ça oui et je l'avais bien en tête en l'écrivant...



Océane 25/10/2012 21:06


Tu n'es pas si désordonnée, et je n'ai rien à dire de plus à part que j'approuve tes propos, je les partage complètement !

Carole Nipette 29/10/2012 23:39



Merci



Karya 25/10/2012 18:34


J'ai aimé lire ton message. Comme tout débat de société, ce serait bien que tout le monde s'écoute - des deux côtés, j'insiste - et fasse preuve de tolérance mais sur ce point-là je suis sans
doute très naïve aussi ...

Carole Nipette 29/10/2012 23:39



la tolérance est quelque chose de tellement dur pour certains et quel que soit le sujet...



Soma 25/10/2012 07:13


Joli billet !
Je suis d'accord !!!!

Carole Nipette 29/10/2012 23:38



:)



angélique 24/10/2012 23:08


Sujet on ne peut plus sensible!...Bel article,bien construit,bien écrit!Pour ma part,je n'ai pas d'avis parce que justement,je ne vois pas où es le malaise!?J'ai un cousin homo,qui vit sa vie,qui
ne veut pas se marier(choix perso!)et pour les enfants,comme il le dit,des bons et des mauvais parents il y en a partout hétéros ou homos...,la boucle est bouclée quoi!

Carole Nipette 29/10/2012 23:37



Merci... et voilà après il y a le choix de chacun aussi !



missbrownie 24/10/2012 22:00


Un billet bien écrit qui dit des vérités qu'on oublie parfois.

Carole Nipette 29/10/2012 23:36



merci



Mme Statler 24/10/2012 21:23


je partage la même naïveté que toi, que le plus important c'est le bonheur d'un enfant, l'amour et l'attention qu'on lui porte


la notion de famille a beaucoup evolué ces dernières années, on n'est moins dans le traditionnel papa qui rencontre maman et font des enfants. nombres familles sont recomposées, mono parentales,
mixte, parents non mariés... elles n'en sont pas moins famille

Carole Nipette 29/10/2012 23:36



c'est clair, la famille de nos grands parents n'est déjà plus la même



LMO 24/10/2012 20:49


@MissMio, je pense qu'un enfant abandonné, plus que tout autre, a besoin d'affection, d'amour et la sécurité d'un foyer.


Si un couple homosexuel représente une "particularité" qu'il faut prendre en compte pour une adoption, alors il faut aussi se poser la question pour les couples noirs (encore en minorité en
France et malheureusement encore victimes de discriminations), pour les parents souhaitant adopter seuls (l'uniparentalité restant aussi marginale), ou encore les couples de parents portant des
lunettes, ou roux, ou frisés...


C'est notre société qui voit en les minorités des "différences" à pointer du doigt. A chacun de faire changer les mentalités.


 

Carole Nipette 29/10/2012 23:35



oui c'est clair, si ce n'est pas ça ce sera autre chose, il y a toujours matière à être méchant quand on est intolérant et il faut que les mentalités changent



Aurore Minhuit 24/10/2012 17:41


Je partage un sentiment évoqué tant dans les commentaires que dans votre billet : une forme d'incompréhension, couplée à une lassitude devant la violence verbale qui apparaît parfois dans le
débat.


Pourtant, je ne suis pas favorable au pré-projet de loi autorisant l'ouverture du mariage (et par extension de l'adoption) aux couples du même sexe.


Je ne dis même pas "les couples homosexuels", car certains pourraient croire que l'on vise ici directement, que l'on accuse même, leur orientation sexuelle. Je ne veux pas être amalgamée à
ceux-là, ceux qui parlent encore de "déviance", etc. Ils existent, mais sont désormais minoritaires. Ceux qui défendent le mariage homosexuel le font la plupart du temps au nom de l'Egalité qui
doit prévaloir entre tous les hommes (au sens non sexué), et d'autant plus en France qui la place au sommet de ses principes. C'est évidemment louable.


Mais un autre principe existe et doit être défendu : celui de la différenciation. Le projet tel qu'il est énoncé occulte les différences entre un couple d'homme et de femme et un couple de
personnes du même sexe. En ouvrant le mariage à tous les couples, on le dénature. Il suffit de prendre l'article 203 du Code civil, relatif aux obligations qui naissent du mariage. La première
d'entre elles : "l'obligation de nourrir, entretenir et élever leurs enfants". La première obligation du couple marié est directement liée au soin et à l'attention à accorder à leur descendance.
Il est donc (et à peine implicitement) contracté entre un homme et une femme, seule association naturellement apte à concevoir.
Bien sûr, cet argument est réfutable, puisque des couples stériles, âgés ou n'ayant pas le désir d'avoir des enfants se marient. Mais cela n'est pas un exemple suffisant : ce que je veux dire,
c'est que l'on ne peut étendre indéfiniment le mariage sans lui faire perdre toute sa valeur. Il ne s'agit pas ici de valeur symbolique, morale, voire religieuse, mais bien juridique. Le droit
dans bien des situations distingue les situations et les traitements à leur appliquer. Reste à le faire en matière d'union, car celui d'un homme et d'une femme est de deux hommes ou deux femmes
n'est pas semblable, s'il peut être égal.


La société, les moeurs évoluent, et rien ne peut ni ne doit même l'en empêcher.
Mais le débat, le vrai débat, apaisé, à l'écoute, sans haine ni connotation religieuse dans le champ public, doit avoir lieu. On ne peut pas accepter cette loi, encore à l'état de pré-projet,
sans en prendre la mesure. Elle changerait - en droit plus qu'en fait, mais l'importance est grande ! - la donne de notre société. N'oublions pas que la France, où sont nés les droits de l'Homme,
reste un modèle pour beaucoup de pays : en acceptant une loi sociétale d'une telle envergure sans concertation aprofondie, on met le doigt dans un engrenage qui pourrait s'avérer dangereux (je ne
parle pas ici de cette loi précisément mais de son mode d'adoption).


J'espère que cette question cruciale fera donc l'objet d'un vrai débat, sur le champ politique et pas uniquement médiatique. Confronter nos points de vue permettra non seulement d'adopter une loi
considérée juste par le plus grand nombre, mais serait aussi susceptible de redonner confiance en la politique à tous ceux qui ne voient en elle qu'une manipulation de l'opinion pour la défense
des intérêts de groupes particuliers.

Carole Nipette 29/10/2012 23:34



Pour ce qui est de la nature du mariage je n'ai pas d'avis, pour moi le mariage reste juridique et tout le monde devrait avoir les mêmes droits... dans 100 ou 200 ans est ce que le mariage voudra
encore dire quelque chose ? le monde change et on ne sait pas ce qui restera, déjà même de l'être humain que nous connaissons aujourd'hui... les lois et institutions de l'époque ont été faites
dans des sociétés qui niaient toute différence justement...



lexou 24/10/2012 17:07


quel bel article!!!je suis vraiment d'accord avec toi, j'espère que le débat fera avancer les choses et que l'on pourra permettre a ces couples homosexuels d'aimer et d'elever des enfants autant
que nous ayons le droit, grâce à la nature, nous, hétérosexuels d'en avoir le bonheur!

Carole Nipette 29/10/2012 23:28



Merci... je l'espère aussi



Lisbei 24/10/2012 15:03


Je vais te dire, moi je trouve surtout que tant qu'on ne fait pas passer un test à tous les couples avant qu'ils aient des enfants, je ne vois pas trop comment on peut aller dire à un couple
cherchant à adopter, qu'il soit homo ou hétéro, en quoi ils seront ou ne seront pas de bons parents ... je vois tellement de tarés avec des enfants qu'ils ont eu naturellement et à qui ils
peuvent faire pratiquement ce que bon leur semble sans que personne ne dise rien, que je me dis qu'à côté de ça, les préférences sexuelles (entre adultes consentants, bien sûr) sont vraiment un
détail mineur quand il s'agit d'adopter un enfant et de lui donner un foyer, puisqu'il n'en a pas ... je parle là des adoptions, pas de mères porteuses, ce sujet me semblant par contre un peu
trop épineux et sujet à nombre de dérives ...


Merci pour ton article, je le trouve intéressant et pertinent !

Carole Nipette 29/10/2012 23:28



Merci à toi... oui pour ça je suis assez intolérante, certains ne devraient pas avoir le droit d'être parents...



Milie 24/10/2012 14:10


Je suis sûrement intolérante mais je ne comprends pas qu'on puisse être contre.


J'avais fait un billet dessus si ça t'intéresse ;)


http://cestquoicebruit.com/blabla-2/ladoption-homoparentale-bien-sur-que-je-dis-oui/


Bonne journée

Carole Nipette 29/10/2012 23:27



Merci pour le lien, désolée je n'ai pas eu le temps de répondre plus tôt mais j'irais voir



Solène 24/10/2012 13:25


Merci pour cet article : un peu d'air frais fait du bien, quand on voit certains commentaires nauséabonds (comme sur lemonde.fr par exemple...). La France tolérante, humaine, qui évolue et qui
s'adapte... ben c'est pas encore pour demain malheuseusement...

Carole Nipette 26/10/2012 08:04



Merci :) ça viendra mais on ne sera plus là, nos enfants ?



Aubergine Divine 24/10/2012 13:25


(oui je rajoutte un truc qui me vient) 


J'ai du mal à comprendre d'ailleurs comment on peut être pour ou contre, qu'on soit pour ou contre ça existe quand même. On a pas attendu des lois pour faire des enfants de "différentes façons"
Les personnes continuront à contourner ces lois débiles pour faire des enfants, et ces enfants là comme tu l'as si bien dis ne seront pas reconnus pas ses deux parents ! et c'est ça qui me
scandalise, on ne parle plus d'un droit A l'enfant mais d'un droit DE l'enfant ! Et un enfant doit être reconnu par ses deux parents nom d'une pipe, c'est le minimum ! 

Carole Nipette 26/10/2012 08:03



exact, le droit de l'enfant et aujourd'hui il y a des situations épouvantables...



Aubergine(divine) 24/10/2012 13:18


C'est un très beau billet, dont je partage le sentiment. Il y a une chose en France qui m'a toujours interloquée : Comment se fait-il que les couples du même sexe ne peuvent pas adopter, alors
qu'une personne célibataire le peut...


L'argument choque qu'on nous ressert à haute dose c'est qu'il faut un père et une mère pour l'équilibre d'un enfant et gniagniagnia par contre quand un personne seule peut adopter on ne parle
plus d'équilibre pour l'enfant, comme c'est étrange...


 

Carole Nipette 26/10/2012 08:03



L'argument de l'équilibre est pour moi le moins valable c'est clair... comme il n'y a pas de loi, je trouve ça pire que les gens aillent à l'étranger se faire inséminés etc... au moins dans
l'adoption il y a une lignée que tu peux connaître...



louvero 24/10/2012 12:55


Je te suis à 1 000 % et je trouve que tu as expliqué tout cela clairement et avec nuance et bon sens et bref j'ai partagé illico. Je hais la peur de la différence, c'est plus que de l'ignorance
ou de l'égoisme, c'est une forme de paresse aussi. Intégrer l'autre et sa différence à son propre contexte de vie demande un effort... Tu as raison l'humanité ne prend pas facilement la bonne
voie, elle se bat contre elle même surtout... et l'enfant trinque alors qu'il ne veut que de l'amour pour pourvoir faire le reste (apprendre, se securiser, se sociabiliser, s'exprimer...) et donc
grandir. L'amour n'a pas de sexe, de visage, de couleur de peau ou de nationalité et de religion. Il a besoin d'espace et de temps c'est tout !!! alors la definition du couple, de la famille
idéale etc, c'est un peu hors sujet ! :)) Bravo pour ton article !!! désolée pour mon comment hyper long mais le sujet me passionne :). bonne journée !

Carole Nipette 26/10/2012 08:00



Merci, et non ce n'est pas hyper long au contraire :)



anne 24/10/2012 12:22


tres bel article! Je pense que les mentalites changeront avec nos enfants... J'ai toujours dit a mes enfants qu'on pouvait avoir un papa et une maman, iu 2 papas, ou 2 mamans, ou qu'une maman...
etc. Aujourd'hui, je pense qu'ils ne se posent meme pas la question, et c'est tant mieux!

Carole Nipette 26/10/2012 08:00



Oui il faut le penser, nos enfants feront changer les mentalités et leurs enfants encore plus... mine de rien même si tout n'est pas rose, il y a eu des évolutions depuis le moyen âge...



Missmio 24/10/2012 11:36


Bonjour, 


Je suis entièrement d'accord avec ce que tu dis mais ayant adopté mes enfants, je me pose une autre question qui ne porte pas sur la dose d'amour ou la fiabilité du couple. Je me demandais juste
si on était obligé de rajouter une particularité à un enfant qui a déjà un passé pas toujours évident à porter...A voir...

Carole Nipette 26/10/2012 07:59



Je comprends ta question mais les particularités existent toujours... de mon temps les enfants illégitimes ou de divorcés étaient particuliers... les enfants de parents de couple mixte aussi,
bref tu auras toujours une particularité qui rencontrera intolérance et rejet... j'ose espérer que la société bouge et évolue toujours mieux...



Galinette 24/10/2012 11:33


Ce billet est vraiment très bien écrit!! (Merci à LMO pour le partage sur twitter d'ailleurs!)


Toute cette polémique me choque. Et les arguments utilisés aussi.


On refuse l'adoption aux homos sous prétexte qu'un enfant a besoin d'un papa et d'une maman. Hors, l'adoption est autorisée aux personnes célibataires!!!!! Où est là logique? Bon et dans ce cas
particulier, les hommes seuls ont plus de mal à aller au bout de la procédure que les femmes, c'est pas encore non plus très bien vu qu'un homme seul adopte ....


Je suis choquée par ces manifestations.


Merci pour ce billet!!!!

Carole Nipette 26/10/2012 07:56



merci de ta réaction



Lucile 24/10/2012 10:39


Bonjour Carole,


je ne commente jamais alors que je te lis souvent. Ce billet résonne en moi différemment puisque cette injustice me touche et me révolte. Avec des mots simples et sans polémiquer, tu as su dire
ce que beaucoup pensent (et heureusement), merci pour ça.

Carole Nipette 26/10/2012 07:56



Merci Lucile d'avoir commenté là...



Angélique 24/10/2012 10:23


Que j'aime cet article, il est plein de bon sens !


Et tellement d'accord avec tout ce qui est écrit, ce sont des êtres humains comme tous le monde ! Bravo pour cet article !!!

Carole Nipette 26/10/2012 07:52



Merci...



Selma 24/10/2012 10:14


Merci pour cet excellent article. Les photos des manifestations d'hier m'ont rendu malade, comment peut-on être fermé à ce point? Le bonheur d'un enfant et son équilibre ne dépend en rien du sexe
de ses parents mais de l'amour qu'on lui donne, et il n'y a aucune raison que des parents homosexuels ne puisse pas lui en donner autant que des parents hétéros. Je me doutais bien que les
projets de mariage homosexuel et d'adoption rencontreraient de l'opposition, mais à ce point... Je ne sais pas, je dois être trop naïve moi aussi :(

Carole Nipette 24/10/2012 23:37



je ne comprends pas non plus en quoi ça les dérange eux dans leur vie de tous les jours ? les sdf ça les dérange ? les handicapés ? les femmes battues ? ils font quoi pour changer la société
sinon ? rien...



madamezazaofmars 24/10/2012 09:49


Je partage et ta naiveté et ton avis. Argumenter, je ne sais pas faire mais je pourrai parler avec mon coeur, ce qui me frait partir dans de longues litanies qui ne feraient que rejoindre ton
point de vue.


 

Carole Nipette 24/10/2012 23:35



parler avec son coeur c'est déjà énorme...



Baisse ta culotte 24/10/2012 09:39


ton billet est très bien construit et je n'aurai rien d'autre à rajouter !


ça me sidère également...comme tu le soulignes si bien un parcours d'adoption est très long et bien difficile, et pour affronter tout cela il faut être un couple solide . de quel droit
pourrait-on refuser à un enfant le droit d'être aimé?


parce qu'à mon sens la problèmatique est là mais tout le monde 'là haut" ferme les yeux: o n n'interdit pas à un couple homo d'adopter, on interdit à un enfant d'avoir une chanced'être aimé...

Carole Nipette 24/10/2012 23:34



Merci... je pense malheureusement que c'est vraiment le côté homo qui pose le problème dans une société où la morale, l'obscurantisme et la religion sont encore très présentes chez certains...



LMO 24/10/2012 09:07


Ca n'est ni désordonné ni incomplet! Ta pensée est bien mieux structurée qu'en 140 caractères!


Je te rejoins en tout point, j'ai l'impression que tu as passé du temps dans ma tête cette nuit! ;-)


Je ne sais pas pourquoi ton billet me donne envie de pleurer. Peut-être parce que, naïve comme toi, je ne COMPRENDS pas où est le débat... J'ai des arguments, je comprends les arguments pour et
contre (je les comprends intellectuellement je veux dire, même si je reste hermétique au discours "contre"), mais j'ai beau chercher, je ne comprends pas que dans notre société, à notre époque,
le débat ait lieu.


Quand le gouvernement a commencé à parler du mariage homo, j'ai pensé que ça ne serait qu'une formalité. Qu'à part les extrêmistes, personne n'y trouverait rien à redire. Je tombe des nues qu'on
donne une si grande importance à ces gens là. Et surtout que cette pensée opposée touche une si grande partie de la population.


 


Bon, j'avais terminé mon billet dans ma tête, je ne sais pas si c'est utile de le publier après le tien vu que j'y dis, avec mes mots à moi, à peu près la même chose... Bah, je pense que je vais
le finir quand même, plus on en parle, plus on exprime nos avis "pour" et plus ça peut faire boule de neige, à notre petit niveau!

Carole Nipette 24/10/2012 23:31



Oui merci, difficile de bien dire les choses sérieuses en 140 ... si c'est utile pour ton billet, ça peut toujours faire
réflechir des gens...