Le Labyrinthe, Balade entre les tombes, Samba, #Chef / Revue de films

Publié le 4 Novembre 2014

le-labyrinthe-affiche.jpg

 

Le Labyrinthe de Wes Ball

 

"Quand Thomas reprend connaissance, il est pris au piège avec un groupe d’autres garçons dans un labyrinthe géant dont le plan est modifié chaque nuit. Il n’a plus aucun souvenir du monde extérieur, à part d’étranges rêves à propos d’une mystérieuse organisation appelée W.C.K.D. En reliant certains fragments de son passé, avec des indices qu’il découvre au sein du labyrinthe, Thomas espère trouver un moyen de s’en échapper."

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

 

Tout comme Thomas balancé dans un monde inconnu, on est paumé. Pourquoi, comment, qui tire les ficelles de cette situation qui semble être une mise en scène maléfique. Forcément intrigant on pense à un jeu mais lequel ?

On entre avec Thomas dans un groupe soudé, une fraternité qui a accepté son sort et qui a créé une nouvelle société avec ses règles et ses lois. Vouloir sortir du groupe et se faire remarquer n'est pas bien vu des autres. Montrer des capacités de survie supérieures est considéré comme louche.

Qui est Thomas, pourquoi est il le plus doué ?

Beaucoup de questions, peu de réponses mais il y en aura suffisamment pour nous faire patienter jusqu'à la suite en 2015 !

 

Encore une saga adaptée de l'univers des romans pour adolescents. Mais qui sont ces auteurs qui imaginent des scénarios où les ados sont la cible d'expériences dangereuses et mortelles ? Qui sont ces sadiques ?!

Je n'ai lu aucun livre mais j'ai ressenti la même fascination que pour Hunger Games, saga que j'adore au cinéma. Je n'ai pas l'âge mais pourtant je suis à fond la cible de ce genre d'histoires.

 

Le Labyrinthe, un film haletant qui ne nous laisse pas de repos, j'avais parfois mal au ventre en anticipant la peur mais au final ça s'est bien passé. Sympa aussi de voir des têtes connues de gamins (issues de séries TV) devenus adolescents.

Du suspense, des adolescents inventifs et courageux, de l'action et une petite dose de mystère pour bien nous tenir en haleine.

 

Pourquoi j'y suis allée : parce que je suis fan des sagas adolescentes comme Hunger Games ! Parce que ça n'avait pas trop l'air de faire peur, juste ce qu'il faut pour ma petite âme sensible.

 

 

 

balade-entre-les-tombes-affiche.jpg

 

Balade entre les tombes de Scott Frank

 

"Ancien flic, Matt Scudder est désormais un détective privé qui travaille en marge de la loi. Engagé par un trafiquant de drogue pour retrouver ceux qui ont enlevé et assassiné sa femme avec une rare violence, Scudder découvre que ce n’est pas le premier crime sanglant qui frappe les puissants du milieu… S’aventurant entre le bien et le mal, Scudder va traquer les monstres qui ont commis ces crimes atroces jusque dans les plus effroyables bas-fonds de New York, espérant les trouver avant qu’ils ne frappent à nouveau…"

Interdit aux moins de 12 ans

 

La scène du générique du début est dingue, une façon de filmer et de suggérer qui m'a bien fait entrer directement dans le film.

Matt Scudder est un ex flic baroudeur qui a pris ses aménagements avec la loi et qui pointe aux AA. Il se lance sur les traces de deux tueurs sanguinaires en loup solitaire qui mène son enquête avec professionnalisme. Sur sa route il va croiser TJ, un jeune noir SDF très futé et plein de ressources et se laisse émouvoir, sans en avoir l'air. Le film ne nous joue pas le pathos de la relation père-fils mais ces deux là se trouvent et s'apprécient.

 

Certains effets de mise en scène sont glaçants d'effroi, le réalisateur n'est pas dans la démonstration pure de violence, il nous suffit d'imaginer et c'est même pire. Je pense notamment à la scène où une jeune fille traverse la rue...

 

Balade entre les tombes est un polar sobre et efficace qui se laisse suivre facilement, un peu trop peut être. Dommage que le scénario soit un peu trop basique et ne révèle pas beaucoup de surprises avec un final tellement classique pour ce genre de films.

 

Pourquoi j'y suis allée : parce que j'aime aussi bien les polars en livres qu'au cinéma et que celui ci est basé sur un roman de Lawrence Block dont j'aime bien les écrits. 

 

 

Samba-affiche.jpg

 

Samba de Eric Toledano, Olivier Nakache

 

"Samba, sénégalais en France depuis 10 ans, collectionne les petits boulots ; Alice est une cadre supérieure épuisée par un burn out. Lui essaye par tous les moyens d'obtenir ses papiers, alors qu'elle tente de se reconstruire par le bénévolat dans une association. Chacun cherche à sortir de son impasse jusqu'au jour où leurs destins se croisent... Entre humour et émotion, leur histoire se fraye un autre chemin vers le bonheur. Et si la vie avait plus d'imagination qu'eux ?"

 

Le film nous entraine au coeur de la vie d'un sans papier constament sur ses gardes. On pourrait se dire que quelqu'un qui est resté 10 ans sans se faire remarquer est honnête et ok et qu'il pourrait être régularisé mais on sait bien que ça ne marche pas comme ça.

Je trouve ça bien que le cinéma populaire, ceci dit pas du tout péjorativement, s'intéresse à ce sujet sensible. On y voit la question de l'accueil des immigrés, l'univers des petits boulots à la soirée, la journée, la semaine, les centres de rétention, le travail des associations pas toujours facile...

Se mettre à la place d'un sans papier je l'ai fait quelques heures lors d'une exposition interactive et ça a été une expérience traumatisante parce selon le pays d'où on vient et le statut que l'on demande, il y a des différences de traitement et le parcours d'un sans papier est extrêmement difficile à tous les niveaux. Ce n'est pas de gaieté de coeur qu'ils quittent tout, c'est vraiment par nécessité de survie...

 

Mais c'est aussi une histoire d'amour, l'histoire d'une rencontre entre deux âmes perdues. Histoire crédible parce que les vraies histoires d'amour ne s'arrêtent pas aux papiers d'identité.

Il est beau l'échange de séduction entre Samba et Alice, ils sont émouvants et lourds de sens les regards qui se croisent.

Le sujet est grave mais le film ne manque pas d'humour notamment grâce au couple d'amis de galère formé par Omar Sy et Tahar Rahim très à l'aise dans la comédie. Il faut le voir dans le remake d'une célèbre pub Coca Cola !

 

Une jolie comédie romantique et sociale qui se déguste avec plaisir.

 

Pourquoi j'y suis allée : parce que Omar Sy et Charlotte Gainsbourg, parce que j'aime bien les films de Toledano/Nakache

 

 

-chef-affiche.jpg

 

#Chef de John Favreau


"Carl Casper, Chef cuisinier, préfère démissionner soudainement de son poste plutôt que d’accepter de compromettre son intégrité créative par les décisions du propriétaire de l’établissement. Il doit alors décider de son avenir. Se retrouvant ainsi à Miami, il s’associe à son ex-femme, son ami et son fils pour lancer un food truck. En prenant la route, le Chef Carl retourne à ses racines et retrouve la passion pour la cuisine et un zeste de vie et d’amour."

 

Un casting démentiel disproportionné pour ce film qui somme toute est un petit film. On sent que Jon Favreau, sympathique acteur et réalisateur des deux premiers Iron Man, a voulu se faire plaisir en réalisant et en se donnant le premier rôle de ce road movie culinaire.

La première partie est un peu longue et le film ne démarre vraiment que lorsque les héros se retrouvent sur la route avec leur food truck. On suit avec le sourire leurs péripéties et l'arrivée du succès auquel les réseaux sociaux, Twitter, Facebook et Vine sont largement associés.

C'est d'ailleurs l'intérêt du film qui surfe sur le succès des blogs culinaires et des avis instantantés des internautes sur ce qu'ils mangent. Le film montre comment une mauvaise utilisation de Twitter peut faire le bad buzz ou l'inverse, comment un blogueur influent peut faire et défaire le succès d'un restaurant.

Après on assiste à la classique histoire du père séparé pris par son travail, qui va renouer avec son fils à travers une passion commune. C'est gentil mais on a l'impression de l'avoir vu de cette manière des dizaines de fois. Tout comme l'histoire du mec qui se retrouve en faisant ce qui lui plait vraiment.

Si vous aimez la cuisine, les food trucks et les réseaux sociaux, ce film vous plaira peut être. Ceci dit c'est mon cas mais le film ne m'a tout simplement pas emballée plus que ça. Le sujet aurait pu être beaucoup plus fouillé.

 

Pourquoi j'y suis allée : en fait je n'y suis pas allée mais c'est le film que j'ai choisi de regarder dans l'avion lors de mon vol retour de New-York. J'ai choisi en fonction de la durée du film et de mon état de fatigue. Pas sûr que je serais allée le voir à la sortie ciné, j'aurais probablement attendu la diffusion sur Canal.

Rédigé par Carole Nipette

Publié dans #Sorties culturelles... de maman - critiques cinéma.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

selky 14/11/2014 11:13

Je suis allée voir Samba avec mon homme, j'ai bien aimé.
C'est mignon, charmant, drôle, oui le remake de la pub coca cola est tordant !! j'ai passé un bon moment.
Je serais bien allée voir Gone Girl, tu l'as vu?

Carole Nipette 26/11/2014 23:45



Oui je l'ai vu et chroniqué juste avant :)



Lily 07/11/2014 19:37

les 3 premiers me tentait beaucoup mais le dernier je connaissais pas du tout :)

Kid Friendly 04/11/2014 10:34

J’aime beaucoup tes revues de films (j’ai beaucoup aimé ta critique de Gone Girl –que j’ai vu aussi- au passage). J’avais bien envie de voir Le labyrinthe, tout en me disant que c’était peut-être
trop flippant, et je me demandais si Samba ne serait pas décevant (après Intouchables, pas évident…). Tes critiques m’ont apporté des réponses ;)
Bonne journée
PS : au plaisir de te croiser, peut-être, à la soirée de Sandraelle ;)

Carole Nipette 06/11/2014 22:08



Merci


Maintenant j'ai hâte de voir Hunger Games la suite :) et oui si tu viens à la soirée de Sandra, on se croisera !



Kid Friendly 04/11/2014 10:32

J’aime beaucoup tes revues de films (j’ai beaucoup aimé ta critique de Gone Girl –que j’ai vu aussi- au passage). J’avais bien envie de voir Le labyrinthe, tout en me disant que c’était peut-être
trop flippant, et je me demandais si Samba ne serait pas décevant (après Intouchables, pas évident…). Tes critiques m’ont apporté des réponses ;)
Bonne journée
PS : au plaisir de te croiser, peut-être, à la soirée de Sandraelle ;)

fabienne Lepicdelaglaviouse 04/11/2014 09:27

Le labyrinthe est tellement moins bien qu'Hunger Games comme bouquin que je ne pense pas aller le voir (non mais il FAUT que tu lises Hunger games, les films sont chouettes, les bouquins sont
fabuleux). Et pour Samba je pense que je vais attendre qu'il passe à la télé même si, comme toi, je pense qu'il était grand temps qu'on s'intéresse aux sans papiers (cela dit Souchon avait fait une
chanson magnifique il y a quelques années "c'est déjà ça" mais c'est à peu près tout). Merci mon petit 7 à Paris à moi (référence vintage) de m'avoir trié mes prochaines séances ;)

Carole Nipette 06/11/2014 22:20



un jour j'aurais le temps et je lirais la saga HG :) mais j'adore les films, j'adore ce qui s'en dégage dans le fond...


Ah 7 à Paris le meilleur mag culturel de tous les temps, jamais égalé depuis, un vide intersidéral !