Gangs of Wasseypur 2, Le Monde de Charlie, Les Touristes, Main dans la main / Revue de films

Publié le 15 Janvier 2013

GANGS+OF+WASSEYPUR-2 Affiche

Gangs of Wasseypur de Anurag Kashyap / Part 2

 

Résumé. "Les clans de Shahid Khan et Ramadir Singh continuent de s'affronter dans la région de Wasseypur. Et c'est maintenant au petit fils de Shahid, Faizal de reprendre la tête du clan Khan. Fumeur depuis son plus jeune âge et timide, personne, surtout sa mère, ne croient en son potentiel de chef de gang. Mais bientôt Faizal va marquer les esprits par son intelligence et son incroyable soif de vengeance qui ne semble pas trouver de fin. Aidé de ses frères et inspiré des héros de Bollywood, il va étendre le pouvoir du clan Khan comme jamais, combattre Ramadir sans relâche et enfin peut-être connaitre le repos du vainqueur ?"

Interdit aux moins de 12 ans

J'avais plus qu'adoré la première partie, j'étais dans un état fébrile à l'attente de la séance pour voir la suite et la fin de l'histoire des clans Khan et Singh.
Quel plaisir de retrouver les personnages connus et d'en découvrir de nouveaux issus de la grande famille laissée par Shahid Khan. C'est l'heure de Faizal Khan qui va surprendre tout le monde en reprenant le rôle du chef. Un Faizal au charisme intense et nonchalant qui va sa réveler tout aussi violent que les autres. L'apparition des "petits" frères Perpendiculaire et Définitif donne lieu à des scènes cocasses et toute l'ingéniosité et la créativité d'Anurag Kashyap est savoureuse.
Ce deuxième opus est toujours aussi violent oui et à la faveur des événements de l'actualité en Inde on voit à quel point ce film est ancré dans le réel et décrit mieux l'Inde contemporaine que tout ce qu'on peut voir habituellement. D'ailleurs le réalisateur en profite pour égratigner un peu Bolllywood et sa culture de masse qui n'éveille pas les consciences.
Le traitement grave et sérieux n'empêche pas l'humour et l'accompagnement par une musique toujours aussi présente qui se fond dans l'histoire avec brio. La mise en scène est parfaite et les acteurs au diapason.

 

Gangs of Wasseypur, un polar pas comme les autres qui restera dans mes annales du cinéma.

 

 

Le monde de-Charlie affiche

Le Monde de Charlie de Stephen Chbosky

 

Résumé. "Au lycée où il vient d’arriver, on trouve Charlie bizarre. Sa sensibilité et ses goûts sont en décalage avec ceux de ses camarades de classe. Pour son prof de Lettres, c’est sans doute un prodige, pour les autres, c’est juste un "loser". En attendant, il reste en marge - jusqu’au jour où deux terminales, Patrick et la jolie Sam, le prennent sous leur aile. Grâce à eux, il va découvrir la musique, les fêtes, le sexe… pour Charlie, un nouveau monde s’offre à lui."

 

D'après un roman culte que je n'ai pas lu donc pas de comparaison (souvent au désavantage du film) et tant mieux.

Mon adolescence est bien loin mais impossible de ne pas être touché par le propos du film. Une histoire de manque de confiance en soi et des ravages que ça peut faire. Ici les traumatismes de l'enfance ne sont pas loin mais même en ayant eu une petite enfance heureuse et sans accrocs personne n'est à l'abri d'un passage adolescent compliqué.

Le Monde de Charlie montre la dure réalité d'un jeune garçon qui ne trouve pas sa place ni en famille ni au lycée, la cruauté des ados entre eux qui renforce le sentiment qu'on a de ne pas exister.

Mais comme les failles rapprochent les gens, Charlie va se trouver la bande d'amis marginaux, celle dont on rêve parce que solide, tolérante et déjantée. En s'ouvrant petit à petit aux autres, son cheminement personnel va le faire s'ouvrir à lui même pour le faire renaître et avancer.

 

Une très belle chronique sur l'adolescence et le mal-être si particulier lié à cette période de notre vie. Cette période qui risque d'être déterminante pour le devenir de l'adulte qu'on sera et j'ai retenu cette phrase qui mériterait un cours magistral "On accepte l'amour qu'on croit mériter", adage qui gourverne nos vies amoureuses c'est évident...

Quelques clichés un peu facile dans le film mais qui n'altèrent en rien le plaisir procuré par un casting excellent à la complicité évidente. Que de bonnes surprises jusque dans les plus petits rôles (Dylan McDermott, Nina Dobrev, Kate Walsh, Paul Rudd...) et le duo Ezra Miller / Emma Watson est remarquable.

 

 

TOURISTES._affiche_filmJPG.JPG

Les touristes de Ben Wheatley

 

Résumé. "Tina a toujours mené une vie paisible et bien rangée, protégée par une mère possessive et très envahissante. Pour leurs premières vacances en amoureux, Chris décide de lui faire découvrir l’Angleterre à bord de sa caravane. Un vrai dépaysement pour Tina. Mais très vite, ces "vacances de rêve" dégénèrent: touristes négligents, ados bruyants et campings réservés vont rapidement mettre en pièces le rêve de Chris et de tous ceux qui se trouveront sur son chemin…"

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs.

 

 Le film commence gentiment mais prend très vite une tournure noire et inquiétante. Le spectateur comprend vite que ces "touristes" peuvent partir en vrille pour un simple détail et chaque étape devient dangereuse pour tous ceux qu'ils croisent. En ce qui concerne l'avertissement c'est le moins qu'on puisse dire. C'est carrément gore à certains moments, rien ne nous est épargné sur l'état des victimes de ce couple machiavélique qui ne paie pas de mine.

J'ai aimé le vrai contraste entre les faits morbides qui sont distillés tout au long du film et le rythme "normal", pas de caméra qui s'agite, pas de plans où c'est la course. Tout ça reste très "flegme britannique" dans un pur style d'humour british associé à un humour très noir.

 

Entre road movie et voyage initiatique bien déjanté, ces Touristes attirent et répulsent à la fois. On se prend à les comprendre pour ne plus les comprendre du tout. Un film drôlement macabre, une curiosité à découvrir mais âmes sensibles s'abstenir...

 

 

 

 

 

Main-dans-la-main-affiche

Main dans la main de Valérie Donzelli

 

Résumé "Quand Hélène Marchal et Joachim Fox se rencontrent, ils ont chacun des vies bien différentes. Hélène dirige la prestigieuse école de danse de l’Opéra Garnier, Joachim, lui, est employé d’un miroitier de province.
Mais une force étrange les unit. Au point que, sans qu’ils puissent comprendre ni comment, ni pourquoi, ils ne peuvent plus se séparer."

 

Une balade sentimentale vraiment sympathique et agréable à regarder. Un chouette casting et un couple de comédiens classe. Valérie Lemercier (je l'adule et elle montre ici encore l'étendue de ses talents de comédienne) et Jérémie Elkaïm nous entrainent dans leur jeu amoureux avec tendresse et humour.

A titre personnel, j'ai trouvé intéressant de voir dans un film français un aspect des rapports de tutelle entre une institution culturelle et son ministère, sujet très peu voire jamais abordé.

Le postulat de départ sur cette attraction irrésistible est un peu tiré par les cheveux, mais Main dans la main est un joli film qui donne le sourire même si je ne vais pas un garder un souvenir impérissable.

Rédigé par Carole Nipette

Publié dans #Sorties culturelles... de maman - critiques cinéma.

Commenter cet article

Xtinette 17/01/2013 17:18


Le Monde de Charlie me tente bien. J'avais lu le livre mais il y a si longtemps que je pense être incompable de comparer donc ça ira !

Carole Nipette 23/01/2013 19:25



alors tu l'as vu ?



Solène 15/01/2013 18:22


J'avais repéré "Le monde de Charlie" mais il n'est pas encore passé près de chez moi... ou ne passera jamais, je le crains... Et le "Gangs of Wasseypur 2" profitera peut être d'une sortie DVD en
coffret, parce que là aussi il me semble que la distribution est assez confidentielle : dommage !!


 

Carole Nipette 16/01/2013 22:12



Dommage... oui Gangs est sorti dans très peu de salles et avec des écrans petits, j'en étais verte quand je suis entrée dans la salle...



filou49 15/01/2013 13:14


salut nipette,


alors le second épisode du gang est aussi réussi que le premier? il paraitrait que celui ci a plus d'influences "tarantinesques" que le second, plus "coppolien"...tu as vu une différence toi ou
une continuité entre les deux volets? bon faut absolument que je voie le dvd du un meme si je pense que c'est vraiment à voir au ciné ces films la...


 quant à main dans la main, oui ca aborde à un moment le rapport de tutelle d'une institution sur le ministère mais ca fait une seule scène...c'est quand meme assez anecodtique je
trouve...en tout cas tu as bien plus adhéré au film que moi, moi je suis totalement passé à coté... il y a aussi un truc qui m'a géné et dont je n'ai pas parlé sur mon blog c'est, son regard sur
le fossé culturel entre les grands bourgeois forcément snobs et les petites gens forcément ploucs... je pense pas qu'elle ait voulu dire ca mais c'est maladroit, non?


 


 


 

Carole Nipette 16/01/2013 22:11



Au début j'ai trouvé que ça manquait un tout petit peu de rythme par rapport au premier épisode et puis avec le recul (film vu en décembre...) ce n'est pas un souci mais je n'ai pas comparé ça en
terme d'influences :) disons que le deuxième va avec le personnage principal de Fayzal qui n'a pas le même tempérament que son père...


Main dans la main c'est peut être parce que je suis de la partie que ce côté là m'a plus interpellée ;) tu sais je suis bon public pour les comédies sentimentales mais c'est juste un film sympa.
je ne sais pas si c'est maladroit, j'ai envie de dire que c'est peut être très parisien comme comportement ? c'est le parisien cultivé qui juge le "plouc" et ça me paraît assez réaliste...