No, Spring Breakers / Revue de films

Publié le 15 Mars 2013

NO-affiche.jpg

 

No réalisé par Pablo  Larraín

 

Résumé. "Lorsque le dictateur chilien Augusto Pinochet, face à la pression internationale consent à un référendum sur sa présidence en 1988, les dirigeants de l'opposition persuadent un jeune et brillant publicitaire, René Saavedra, d’être le fer de lance de leur campagne. Avec peu de moyens et sous la surveillance constante des hommes de Pinochet, Saavedra et son équipe conçoivent un plan audacieux pour remporter le référendum et libérer leur pays de l’oppression."

 

J'avais un peu oublié mon histoire sur la fin de Pinochet. Notamment ce référendum. Forcément on ne retient que les horreurs commises sous son régime et j'avais déjà adoré le précédent film de Pablo Larraín "Santiago 73, post portem". Film qui retrace le changement radical du Chili après le coup d'Etat de Pinochet et son armée. Finalement Pablo Larraín a filmé le début et la fin de Pinochet avec ces deux films.

 

No est un film passionnant qui montre l'élaboration d'une campagne politique pour la télévision. Mais pas n'importe quelle campagne et pas n'importe quel contexte. Une campagne dont l'enjeu est historique pour le pays et pour le monde entier. Une campagne qui va redonner de l'espoir à tout un peuple, une campagne qui aura le pouvoir de renverser un dictateur sans guerre ni violence.

Le constat de départ est terrible. Quel est l'intérêt de faire un référendum alors que le pouvoir en place peut truquer les élections ou faire de l'intimidation ? Tout le monde se pose la question même le jeune publicitaire talentueux qui va accepter de driver la campagne. Mais le simple fait de pouvoir enfin s'exprimer après des années de censure va motiver et galvaniser les partisans du non.

Difficile aussi de mettre tout le monde d'accord dans l'opposition sur le comment s'y prendre. En nous emmenant dans les dessous d'une campagne politique, le réalisateur démontre la difficulté de passer du "chacun pour soi" à l'intérêt collectif, une réflexion universelle sur le sujet.

 

No_film.jpg

 

C'est passionnant de voir comment les deux camps construisent l'image de Pinochet ou la déconstruisent, passionnant de voir toutes les ficelles. Et le vrai contraste entre le régime de l'horreur et une réalité économique bien plus agréable qu'avant font que le combat contre la dictature n'est pas gagné d'avance comme on pourrait le croire.

 

Il y a beaucoup de suspense dans No et pourtant l'on connait le résultat. Mais ce n'est pas parce que la campagne est autorisée qu'elle peut se faire à la loyale. Intimidations, menaces, tournage clandestin, il aura fallu du courage et une motivation à toute épreuve pour réussir. J'ai beaucoup aimé la relation de René Saavedra (Gael García Bernal toujours impeccable, engagé et à croquer) avec son patron, soutien du régime Pinochet, un rapport de force subtil et respecteux.

 

Le film est jouissif et prenant parce qu'il décrit avec brio cette campagne publicitaire qui fait avancer le monde et nous montre comment le monde change. J'ai vibré avec la foule, j'ai eu le sentiment de vivre ce moment par procuration. Aller voir No c'est assister à la naissance d'une démocratie, c'est énorme !

 

 


 

Spring_Breakers_affiche.jpg

 

 

Spring Breakers réalisé par Harmony Korine

 

Résumé. "Pour financer leur Spring Break, quatre filles aussi fauchées que sexy décident de braquer un fast-food. Et ce n’est que le début… Lors d’une fête dans une chambre de motel, la soirée dérape et les filles sont embarquées par la police. En bikini et avec une gueule de bois d’enfer, elles se retrouvent devant le juge, mais contre toute attente leur caution est payée par Alien, un malfrat local qui les prend sous son aile…"

 

Quand je suis sortie de la salle j'étais un peu hébétée, abrutie même on va dire par la musique et le montage du film. Je ne savais pas trop quoi penser, si j'avais vraiment aimé ou pas du tout. Plusieurs jours après, je n'ai ni adoré, ni détesté. Un sentiment entre les deux entre agacement et admiration.

Un film stressant à cause de la musique ponctuée toutes les deux minutes par le bruit d'un pistolet qu'on recharge. J'ai imaginé du drame tout au long, drame qui n'a pas forcément lieu quand on s'y attend.

J'ai déjà vu des dizaines de reportages sur ce fameux "Spring Break" qui fait délirer une partie de la jeunesse américaine et ce n'est pas beau à voir, carrément dangereux pour certains. Le film d'Harmony Korine montre bien les excès de ces fêtes mais surtout, et c'est fascinant, le côté totalement décomplexé des jeunes participants. C'est toujours tendu dans le film mais au final rien de très méchant et tout ce qui arrive n'est pas forcément lié au Spring Break en tant que tel.

 

Spring-Breakers.jpg
Les jeunes filles ont soif de liberté et d'ailleurs, elles tentent d'échapper à une réalité mortellement ennuyeuse pour les unes, puritaine pour les autres. Partir au Spring Break n'est qu'un prétexte.

La jeune Faith, qui veut s'évader mais pas non plus à n'importe quel prix, montre bien les tourments qui assaillent une jeune fille quand elle se retrouve dans une situation qui lui échappe. L'envie de se faire quelques sensations mais aussi la peur que ça tourne mal, peur qui prend le dessus sur le reste. J'ai trouvé Selena Gomez très émouvante dans ce rôle.

On retrouve le thème des gamines fascinées par l'argent et les bad boys dont James Franco en  incarne une image saisissante entre attraction / répulsion. Des gamines qui aiment se sentir désirées et jouer avec le pouvoir.

Spring Breakers est aussi un film sur les aspirations d'une jeunesse en quête de sens et de prise de conscience du monde qui l'entoure. Agaçant parfois dans sa mise en scène mais non dénué de poésie...

Rédigé par Carole Nipette

Publié dans #Sorties culturelles... de maman - critiques cinéma.

Commenter cet article

Lily 17/03/2013 22:31


le 2eme en regardant la bande annonce ma grande a vu deux ex disney du coup elle voulait le voir mais ce fut un non magistral !!!

Carole Nipette 17/03/2013 23:38



pas du tout pour les enfants !



Xtinette 16/03/2013 18:06


Je suis une inconditionelle de Gael, le plus bel acteur du Monde ;-) Quant à Spring Breakers, ne n'ai vu que la bande annonce et ça m'a déjà été insupportable !

Carole Nipette 17/03/2013 23:28



:) je peux comprendre et pour Gael et pour la bande annonce de SB !



filou49 16/03/2013 17:25


salut nipette,


 


ah voilà encore deux films qui sont sur ma liste de films à voir et que je verrais, avec un peu de chance dans les semaines à venir...pour no j'ai des invits, donc j'aimerais bien pouvoir en
profiter...et pour le film de Korine qui effectivement semble un peu manquer un peu de fond j'avoue quand même etre intrigué par ces belles images et l'idée de voir un long clip en général ne me
déplait pas si il y a une belle mise en scène à coté... bon we à toi...

Carole Nipette 17/03/2013 23:28



J'epsère que tu pourras y aller alors !



LMO 16/03/2013 10:12


Le premier, j'irais le voir sans hésitation rien que pour Gaël Garcia Bernal! Je trouve cet acteur très fort, plein de charme, et les films dans lesquels il joue sont, semble t'il, choisis avec
soin!


Le second me tente beaucoup moins...

Carole Nipette 17/03/2013 23:28



Oui il fait une carrière extra ce Gael :)



Milie 16/03/2013 09:38


J'attendrais que Spring Breakers sorte en DVD
;)

Carole Nipette 17/03/2013 23:28



:)