Sur la route...

Publié le 25 Août 2011

Prendre la route, faire la route, des mots simples synonymes de voyages, de découvertes mais aussi de stress, de fatigue, d'inconnu... Prendre la route pour partir en vacances me fait toujours un effet étrange.

 

parisplage31juillet-10


Paris – La Pobla de Montornes, 1100km à faire en deux fois. Je ne suis pas du genre à me lever à 4h du matin pour arriver le soir à 20h et avaler les kilomètres. J’aime conduire mais il faut que ça reste un plaisir et que ce soit sans danger. Mon frère était le deuxième conducteur, on a tenté de se relayer en fonction de la fatigue de chacun.

Première étape, 700km pour rejoindre Aguessac dans l’Aveyron. 

C’est marrant mais les premiers 100km sont toujours les plus longs, interminables, après ça défile plus vite.

Quand je conduis je suis perdue dans mes pensées, j’essaie de regarder le paysage et je pense souvent à l’accident. C’est comme ça. Je me dis toujours que ça peut arriver à n’importe qui et surtout que même si moi je fais attention, les autres peuvent être un danger. C’est une attention permanente, c’est aussi pour ça qu’on s’arrête souvent, pour se détendre mais aussi pour briser la monotonie.

Quand on arrive à bon port, ouf de soulagement. C’est un stress de conduire surtout avec trois enfants à l’arrière.

 

La route de lendemain de la France vers l’Espagne, un voyage en enfer. Les routes se suivent et ne se ressemblent pas.

Un début magnifique sur les petites routes aveyronnaises. Retour sur l’autoroute, quelques bouchons vers Béziers, il ne fallait pas rêver mais rien de méchant. Passage de la frontière en douceur puis au bout de 80km sur l’Autopista 7, un vrai bouchon dû à un accident. On voit passer les pompiers, les ambulances, la police, on se dit que ça doit être méchant. On roule à 10 à l’heure et le lieu de l’accident approche. On demande aux enfants de se cacher les yeux. J’en suis encore traumatisée, quatre voitures sur 100m, une complètement retournée, une autre dont l’avant n’est plus que de la tôle froissée, des gens allongés, les pompiers qui essaient d’en sortir d’autres des voitures, des blessés graves, des morts peut être… A quelques minutes près, ça aurait pu être nous. J’ai redoublé de prudence après ça, j’étais mal, vraiment mal, un sentiment de malaise et d’impuissance.

 

routepluie

Même pas dix minutes après, un déluge s’abat sur la route. Des trombes d’eau, de l’orage, des éclairs hallucinants. On n’y voyait rien. On a roulé ainsi pendant presque une heure, à 20 à l’heure avec les warning allumés. Des dizaines de voitures arrêtées sur la bande d’arrêt d’urgence. Je n’ai jamais vu ça de ma vie. A Barcelone, c’était pire, des voitures immergées sous les ponts, impressionnant. J’ai vraiment eu peur mais on ne pouvait pas s’arrêter, juste rouler doucement en restant calme.

A 20 km de l’arrivée, le ciel s’est enfin éclairci et j’ai respiré un grand coup.

 

Au retour, je me suis faite surprendre par la nuit, seule avec Nina malade et épuisée, des bouchons interminables dès l'arrivée en France. Route de nuit, on se perd, on voit rien sans les phares, peur … l’impression d’être seul au monde sur les petites routes... Soudain on a l'impression qu'il pleut sur le pare brise, ce n'est qu'une pluie de moustiques en traversant la Camargue...

 

 

 

Sur la route, les émotions, les instants sont fugaces. On voudrait les saisir, les savourer plus longtemps mais à peine aperçus, ils sont déjà loin. Je voudrais que mes yeux puissent cligner pour prendre le cliché. Quand je ne conduis pas je prends souvent des photos, le ciel et les nuages me fascinent, les couleurs de champs me reposent et me transportent.

 

nuagesroute

 

 

Des centaines d’émotions de toutes sortes me traversent l’esprit chaque fois que je prends la route. Le voyage se fait aussi dans ma tête… Une aventure à chaque fois et quand on arrive au bout sains et sauf, je me dis toujours qu’on a eu de la chance…

 

  

 

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Rédigé par Carole Nipette

Publié dans #humeurs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Ma poussette à Paris 26/08/2011 15:17



Je suis une vraie angoissée de la route ! Je n'aime pas conduire, j'imagine toujours le pire !


Je ne comprends que trop bien que la vue de cet accident t'es complètement perturbée.


Bises



Carole Nipette 28/08/2011 23:20



celui là est le pire que j'ai vu de ma vie sur la route...



caro en corse 25/08/2011 21:02



l'accident on y pense tous, moi j'y pense même chez moi, sur nos petites routes où il y a souvent des morts...


comme tu dis à peu de choses près ça peut être nous... mais nous on a déjà donné niveau grosse guigne alors souvent je me dis qu'on va passer au travers de ça...


mais après tout qui sait ? que faire J? rester prudentes, y'a pas autre chose !



Carole Nipette 28/08/2011 20:58



oui, rester prudent, ne jamais relâcher sa vigilance...



menou 25/08/2011 13:24



photos superbes


texte tres beau


bravos



Carole Nipette 28/08/2011 20:56



Merci !



Photigule 25/08/2011 11:01



J'adore moi aussi ta dernière photo qui représente bien ce côté "évasion dans l'imaginaire" des longs trajets en voiture.


Chaque fois que je voit un beau paysage, une belle maison, je me réconcilie avec la route qui nous permet de les découvrir, même un bref instant. Puis je me fâche à nouveau avec elle en pensant
aux gens, dans ces maisons, qui eux voient cette route qui gâche leur tranquilité et leur vue ...



Carole Nipette 26/08/2011 17:49



Merci ! bonne remarque en effet...



Clem la Matriochka 25/08/2011 09:41



La dernière photo est magnifique ! 


Très beau texte, très émouvant. Je comprends ton stress... Je ne sais pas si c'était le moment pour moi de le lire, je dois faire 750 km samedi (avec mes deux enfants et mon mari mais lui ne
conduit pas). J'aime conduire, c'est déjà ça. 



Carole Nipette 26/08/2011 17:48



Merci ! ça ira, quand on est bien préparé et qu'on se ménage, ça le fait ! J'ai fait Aix en Provence/Paris seule avec Nina, je m'en suis très bien sortie !



anaisl57 25/08/2011 09:36



Ca me fait aussi cet éffet la, il y a tellement de dangers qu'on est heureux d'arriver en un seul morceau.


La 3eme photo est tres belle!


biz



Carole Nipette 26/08/2011 17:47



une épreuve quand même le voyage en voiture !



Madamezazaofmars 25/08/2011 09:33



la route a été tres riche d' émotions et de sentiments pour moi aussi cette année car par la NAtionale, tout a un autre visage



Carole Nipette 26/08/2011 17:47



j'ai fait les deux et l'autoroute A75 qui traverse l'Auvergne est vraiment belle !



pivoine 25/08/2011 09:30



je ne conduis pas mais j'aimais ça quand on voyageait beaucoup en voiture, les kilomètres avalés, la traversée des villes la nuit surtout...



Carole Nipette 26/08/2011 17:46



avant j'aimais la nuit sur la route maintenant je flippe, quand c'est moi qui conduis en tout cas... sauf à Paris !



barbara 25/08/2011 09:26



oui c'est vrai, même si on est soi même très prudent, je dis toujours à mon homme que le danger, c'est les autres !!


j'aime beaucoup la dernière photo, bisous et bonne journée !! au fait, comment va nina maintenant ???



Carole Nipette 26/08/2011 17:45



Oui merci, les jambes sont redevenues normales !



isa 25/08/2011 09:22



Sur de longs voyage, je n'aime pas conduire non plus. 
J'y prends du plaisir en ville mais c'est tout... 
Et généralement, je me débrouille à passer le volant à quelqu'un d'autre ..d'autant que j'ai tendance à m'endormir dès que je suis dans un transport, quelque soit le transport ....


 


 



Carole Nipette 26/08/2011 17:45



cette fois ci je n'ai jamais eu de coup de sommeil, peut être parce que c'étaient les vacances !



Marie-Do - Ado Mode d'Emploi 25/08/2011 08:50



C'est vrai que lorsque c'est moi qui conduit, j'ai l'impression d'être dans un autre monde,  tellement  je suis concentrée, rien d'autre n'existe que cette route devant mes yeux. Alors
quel soulagement quand le zom reprend le volant et je peux enfin apprécier le payasage, et laisser vagabonder mes pensées.



Carole Nipette 26/08/2011 17:44



je suis frustrée quand je conduis même si j'aime ça !



Fanny - anosenfants 25/08/2011 08:44



Quand je suis sur la route, je regarde toujours les maisons au bord et j'imagine quelle aurait été ma vie dans cette cour de ferme, dans ce pavillon, dans ce château, dans ce petit jardin avec la
caravane de biais. Le voyage commence toujours par le détachement de son propre réél.



Carole Nipette 26/08/2011 17:44



C'est très joli... ce détachement vécu sur la route est vraiment unique à la route justement je trouve...



Lily 25/08/2011 07:06



içi pareil j'adore conduire mais je prend mon temps et avec 3 enfants arret obligatoire !!! Par contre je n'arrive jamais a dormir quand Seb conduit j'ai toujours peur que lui s'endorme du coup
on appote a refaire le monde pendant les trajets c'est dingue mais on adore !!!! Par contre lui dort sans souçisquand je conduit du coup je chante et je fredonne souvent en conduisant ....



Carole Nipette 26/08/2011 17:43



Quand mon homme conduit je dors, avec mon frère j'avais du mal ;)