La vie à l'école primaire

Mercredi 5 novembre 2014 3 05 /11 /Nov /2014 10:30

rentrée

 

Quand je vois ce qui se passe dans d'autres communes où l'on se demande si Homer et Bart Simpson ont aidé à faire les calendriers, nous sommes plutôt contents chez nous car le bon sens a primé.

Les horaires d'école n'ont pas changé, 9h-17h puis étude. Il y a maintenant cours le mercredi matin de 9h à 12h. Les TAP ont lieu les lundis, mardis et jeudis de 16h à 17h. Le vendredi l'école finit à 16h et pour compenser, il y a une heure de garderie gratuite de 16h à 17h. Heure durant laquelle les enfants peuvent faire "Multisports" un programme de la communauté de communes.

 

Les enfants sont répartis en groupes avec des petits noms sympathiques. Chaque groupe fait le même TAP le lundi et ainsi de suite. Tous les lundis, Nina a light painting (elle adore !), le mardi c'est théâtre et le jeudi c'est foot.

Il y a eu du cafouillage les deux premières semaines mais depuis c'est calé. Elle semble contente de cette nouvelle organisation de la journée mais il y a un hic et c'est bien entendu le mercredi.

Je rentre tard du travail, vers 20h (quand les trains marchent bien). Du coup l'an dernier, nos mardis soirs étaient cools et elle pouvait se coucher un peu plus tard, sans penser aux devoirs que l'on faisait tranquillement le mercredi. Sans parler de notre grasse matinée commune le mercredi.

Maintenant tous les soirs de la semaine se ressemblent et l'ambiance est devenue beaucoup plus sérieuse. Je rentre, on a à peine le temps de se raconter la journée, je vérifie le cartable et les devoirs et c'est déjà l'heure de se coucher.

 

emploidutemps

 

Seul point positif c'est que je peux enfin l'accompagner et la chercher à l'école. Mais l'après-midi passe trop vite, entre les devoirs et le reste.
Du coup cette année, elle ne fait qu'une seule activité en dehors de l'école, le mercredi en fin d'après-midi avec la danse modern jazz. Financièrement et sur le plan des horaires, impossible de faire mieux. Les cours de karaté qui l'intéressaient sont en soirée après un jour d'école et personne ne peut l'accompagner et la chercher puisque c'est dans un village voisin. Dans mon coin, je n'ai rien trouvé le mercredi après-midi ni le samedi. Tout se fait après l'école, pas évident quand les deux parents travaillent.

De toute façon, l'année de CM1 est très studieuse et je ne veux pas la fatiguer encore plus avec des activités dans tous les coins. Il y a vraiment une tonne de devoirs.

 

Niveau fatigue, rien à signaler. Je ne vais pas mentir en disant que ma fille est plus fatiguée que l'an dernier car non, je ne peux pas constater ce changement que beaucoup d'autres parents disent ressentir. L'école commençant à 9h ceci explique peut être cela.

 

Quand à moi, j'ai quelques heures de libre le mercredi matin et j'en profite pour faire le ménage à fond, passer ma matinée sur Facebook, oups, je me suis trompée de blog... J'en ai profité pour m'inscrire enfin dans une salle de sports et suer tout en regardant une de mes séries préférées. De ce côté ci je ne peux pas me plaindre...

 

Voilà, c'est simplement un partage d'expérience, je ne dis pas que ce ça se passe bien partout, juste que ça peut bien se passer aussi même si je regrette mon mercredi entier avec ma fille.

Ce qui me dérange vraiment au final ce ne sont pas les changements de rythme mais bien plus le contenu des programmes et la façon de les enseigner, là il y a sérieusement un besoin urgent de réforme.

Par Carole Nipette - Publié dans : La vie à l'école primaire - Communauté : Farfouillage Familial
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Jeudi 27 mars 2014 4 27 /03 /Mars /2014 06:38

evaluation-ce2.jpg

 

 

Un coup de gueule contre l'Education Nationale ça faisait longtemps tiens !

Mais qui a instauré les évaluations en primaire ? Quel est l'abruti qui a décidé de stresser encore plus les petits qui ne le sont pas assez entre les programmes de malades à ingurgiter, les histoires de harcèlement, les profs qui pètent les plombs, l'insécurité galopante dans certaines écoles...

Qui a décidé que 6, 8 ou 10 ans c'était le bon âge pour leur faire sentir l'angoisse d'un examen, la boule au ventre d'être jugé sur un exercice, la faculté de perdre ses moyens alors que la leçon est apprise, qui ?

 

Je ne parle pas des évaluations nationales qui ont lieu en CE1 et CM2 mais bien des évaluations qui ont lieu pendant une semaine avant la remise du bulletin. Ces semaines d'examen où des petits qui ont à peine le temps d'apprendre des nouvelles notions tous les deux jours sont censés recracher ce qu'ils ont retenu dans un cadre formel et formaté.

 

Il me semble que ça existe depuis 2008, de mémoire, l'âge où ma fille est entrée en maternelle, car oui ça a commencé en maternelle avec ces fameux livrets de compétence que doivent remplir les profs et qui doivent leur prendre des heures d'ailleurs.

 

2014-03-26-16.27.40.jpg

 

Peut être que ce n'est pas dans toutes les écoles ainsi mais que ce soit à Paris ou dans notre petit village, c'est pareil. Depuis le CP, Nina a des évaluations avant chaque bulletin.

Et c'est toujours la même rengaine. On révise, on découvre que certaines notions n'ont pas vraiment été apprises à l'école mais plutôt effleurées (logique, les enseignants n'ont pas le temps d'apprendre sérieusement le programme délirant aux enfants), elle stresse, elle mélange tout, elle panique, se trouve nulle et va se coucher hyper angoissée de ne pas réussir le lendemain.

Alors que, durant cette année de CE2, ils font toutes les semaines des exercices notés et qu'il y a donc un vrai contrôle continu.

Pourquoi donc leur ajouter une pression aussi grande ?

 

Je ne comprends pas. Chaque année on me dit "tu verras, le CE1, on révise le CP, le CE2 on révise le CE1..." c'est du pipeau. Chaque année c'est pire, on leur demande de tout savoir en cinq minutes et les révisions et bien c'est pour les enfants qui ont  la chance d'avoir des parents :

1 / qui s'intéressent

2 / qui sont disponibles

3 / qui comprennent (encore) quelque chose aux leçons

 

C'est ainsi qu'on passe des soirées entières, des mercredis et des week-ends à travailler. Plus belle la vie grâce à l'école qui ne fait plus son travail. Et je ne blâme pas les enseignants même si certains sont graves mais bien les pontes et les énarques qui pondent des circulaires sans avoir jamais mis les pieds dans les écoles. J'exagère mais le coeur y est.

 

2014-03-26-16.28.00.jpg

 

Le contrôle continu toute l'année c'est quand même la meilleure façon de juger du niveau d'un élève non ? Je ne sais pas, j'ai l'impression qu'on a loupé une étape et pendant ce temps, nos gosses les plus sensibles ou les plus impliqués, se rendent malades, ont peur de nous décevoir même si on ne leur demande rien.

Si ma fille, qui a fait d'énormes progrès au cours du deuxième trimestre, se plante aux évalutions alors qu'elle connait les résultats, est ce que c'est juste ? Est ce que c'est juste de lui imposer cette période d'examen à 8 ans ?!

 

 

J'en ai parlé avec des parents dont les enfants sont au collège ou au lycée. Ce n'est pas mieux. Ils aimeraient aussi que le contrôle continu soit la base des évaluations et des bulletins des élèves.

Un exemple concret. Certains lycées souffrent d'un manque de professeurs qui ne sont pas remplacés ou n'importe comment. On demande sciemment à des élèves de passer le bac alors que des pans entiers de programme n'ont pas été appris car pas de cours !

 

Je suis pour le contrôle continu et contre les évaluations, surtout en primaire. Dans mon travail je suis jugée sur la durée et non pas sur une heure ou une journée. Je n'ai pas envie que mon enfant ait cette image de jugement dernier, j'ai envie qu'il puisse travailler et apprendre dans la durée. J'ai envie qu'il puisse se dire que les efforts payent sur le long terme, que ça vaut le coup de s'accrocher et non pas qu'il soit démoralisé à cause d'un mauvais résultat à une évaluation.

 

C'est un coup d'épée dans l'eau mais j'avais besoin de l'écrire. Je suis révoltée par les méthodes d'enseignement actuelles, je suis nostalgique de l'école de mon enfance qui ne ressemble en rien à celle d'aujourd'hui. Je suis nostalgique de cette époque où l'école apprenait plus que des leçons aux enfants, nostalgique du respect qui existait entre parents et professeurs, enfants et professeurs. Cette dernière phrase est un peu hors sujet mais pas grave...

 

2014-03-26-16.27.25.jpg

 

Pour conclure, toutes les photos sont extraites du "bulletin" de Nina. Quelques pages sur les 20 que contient ce livret de compétences qui suivra l'enfant du CE2 au CM2. En plus, c'est peut être de la mauvaise foi, mais je ne crois pas que tous les professeurs puissent en remplir une trentaine comme celui-ci sans faire des erreurs, sans se tromper de ligne et en étant vraiment objectif. Il lui faudrait des semaines pour vraiment faire le travail... Même s'ils ne remplissent pas les 20 pages entièrement puisque ça court sur 3 ans, il y a bien une cinquantaine de notes à donner.

 

Mon bulletin de CE2 (avec mon déménagement je n'ai pas réussi à remettre la main dessus) il était bien plus simple : français, histoire-géo, mathématiques, sport, dessin et deux ou trois autres matières dont j'ai oublié les intitulés avec des appréciations et des notes pour chaque matière.

 

Et après on me dit que rien n'a changé ?!

 

En ce moment je suis dans un état avec ces évaluations, je suis énervée après l'éducation nationale, après certaines réflexions qu'une maitresse ne devrait pas faire à des élèves de 8 ans, après ces foutus programmes qui ne laissent pas le temps aux enfants de comprendre vraiment les notions de base (sans retravailler des heures à la maison)...

 

D'habitude quand un sujet m'énerve je conclus toujours par une note d'humour mais là je n'y arrive pas... Fuck les évalutions en primaire...

 

 

Ps : je sais qu'il y a des instituteurs qui me lisent, si vous pouviez me donner votre avis le plus objectif possible sur le sujet, mille mercis...

 

Ps2 : peu de débat en commentaires mais ça se passe sur Facebook du coup !

Par Carole Nipette - Publié dans : La vie à l'école primaire - Communauté : Farfouillage Familial
Ecrire un commentaire - Voir les 11 commentaires
Jeudi 19 septembre 2013 4 19 /09 /Sep /2013 07:00

Chaque année c'est la misère, j'entends les parents se plaindre parce que les listes sont délirantes, parce qu'il faut faire ci et ça, parce qu'ils ne comprennent pas ce qu'on leur demande, parce qu'il n'y a plus rien en rayons et j'en passe.

Il faut dire que les listes reçues en CP et en CE1 m'ont souvent laissée dubitative quand à la demande. On la voit souvent celle-là mais le mystère des 8 bâtons de colle a laissé de nombreux parents pantois dont moi. La première fois au CP, j'ai halluciné et encore plus quand j'ai vu le prix de la colle, sérieux ça représente un budget. Mais ils font quoi avec la colle ?

Sans parler des 8 crayons, des 12 stylos et de la boite à chaussures remplie pour les arts visuels et qui ne sert jamais.

 

Voilà l'exemple de la liste pour le CE2 dans mon ancienne école parisienne (oui je dis mon école, l'école de ma fille c'est mon école na !) Enfoncé les 8 bâtons de colle, oui madame, je vous fais un dernier prix pour 10 et on n'en parle plus !

Quand aux 10 stylos à bille bleue et 10 crayons de papier, je ne sais pas, peut être ils les mangent. Rassurez moi les parents, vos enfants les perdent tous un par un, c'est pour ça qu'il en faut autant ?

 

listeCE2.jpg

 

 

 

Et voici celle de la nouvelle école dans ma petite ville qui me prouve qu'il y a de l'espoir ou du bon sens ou plus de moyens, je ne sais pas... Cette a liste a été torchée en 10 minutes et en une fois au supermarché du coin le lendemain de la rentrée.

 

liste-fournitures-scolaires-ce2-copie-1.jpg

liste-fournitures-scolaires-ce2-copie-2.jpg

 

Mais je crois que la raison majeure pour laquelle j'adore cette liste c'est le "1 bâton de colle" !

 

 

S'il y a des enseignants dans les parages pour m'expliquer le pourquoi des demandes abracadabrantes de certaines listes je suis intéressée !

Par Carole Nipette - Publié dans : La vie à l'école primaire - Communauté : Farfouillage Familial
Ecrire un commentaire - Voir les 24 commentaires
Vendredi 13 septembre 2013 5 13 /09 /Sep /2013 06:55

emploidutemps.jpg

 

Non je ne vais pas parler de la réforme des rythmes scolaires, ma ville n'y passera qu'en 2014, j'aurais le temps de râler d'ici là ou pas. Mais n'empêche que tout change pour nous cette année et plutôt positivement pour l'instant.

 

L'école ouvre de 9h à 17h. Au début j'étais dubitative sur ces horaires ayant l'habitude du 8h30-16h30 depuis 5 ans mais au final c'est bien plus cool pour ma fille. Je ne suis plus obligée de la tirer du lit à 7h30, elle se réveille soit toute seule soit vers 8h. Elle a le temps de prendre sa douche, de manger tranquillement et de se réveiller en douceur. Avant c'était la course et le stress de 7h30 à 8h15 et on partait toujours en retard.

 

Le soir elle reste à l'étude surveillée de 17h à 18h sauf le vendredi, elle fait donc ses devoirs à l'école et avec les professeurs eux-mêmes. Je trouve ce système extra. Ce qui n'empêche que je regarde son cahier en rentrant.

 

L'école commence plus tard ce qui veut dire que le soir je peux la coucher un peu plus tard aussi et ça c'est cerise sur le gâteau parce qu'il y a quelques dommages collatéraux au choix de vie que nous avons fait.

On habite plus loin de Paris, on bosse à Paris avec les mêmes horaires qu'avant, on a donc plus de temps de transports.

Le maître mot de la rentrée, c'est organisation. Il a fallu s'organiser surtout pour Nina. Je ne voulais pas qu'elle aille à la garderie le matin, ce n'est donc pas moi qui l'accompagne à l'école. Cela m'arrivera de le faire exceptionnellement mais c'est le gros changement de cette année. On ne se voit plus les quatre matins d'école, sauf si elle se réveille avant que je ne parte, mais elle va gagner en autonomie et on en profite plus le soir.

Quand je rentre, elle a fait ses devoirs et mangé, je suis toute à elle avant l'heure du coucher. Et comme je ne travaille pas le mercredi, finalement la semaine passe sans que ce soit trop difficile. Le soir elle me raconte plein de trucs, on rigole, on est bien même s'il y a eu quelques petits couacs de début, Nina s'adapte bien mais elle a quand même beaucoup de choses à assimiler, j'ai parfois le sentiment de lui en demander beaucoup à la fois. Elle trouve et c'est naturel, que le temps passe trop vite le soir, la notion du temps qu'elle étudie justement à l'école en ce moment.

 

2013-09-12-21.52.43.jpg

 

L'an prochain avec l'école le mercredi matin je pourrais l'accompagner ce jour là, c'est plutôt une source de réjouissance quand j'y pense.

 

J'avais toujours trouvé que 8h30 n'était pas une heure pour faire commencer l'école primaire, une heure pas adaptée à au rythme des enfants justement et clairement 9h c'est la bonne heure.

J'espère vraiment que l'an prochain l'application de la réforme ne fatiguera pas plus les enfants. Les réactions de certains parents parisiens et provinciaux au bout de quinze jours d'école ne laissent pas présager du meilleur...

 

Et vous, les horaires de l'école vous conviennent ? Pour ceux qui sont passés à la semaine de cinq jours, ça donne quoi ?

Par Carole Nipette - Publié dans : La vie à l'école primaire - Communauté : Farfouillage Familial
Ecrire un commentaire - Voir les 16 commentaires
Jeudi 5 septembre 2013 4 05 /09 /Sep /2013 17:00

rentree.jpg

 

On aurait préféré déménager plus tôt mais nous n'avons pas choisi. Tout changer à une semaine de la rentrée scolaire dans une nouvelle école avec une nouvelle organisation c'était chaud.

La rentrée scolaire dans les cartons ce n'était pas non plus dans mon planning idéal mais il a bien fallu s'y faire. Nouvelle école, nouveaux horaires, nouvelle organisation avant et après les cours

J'ai posé une journée de congés pour accompagner et chercher Nina, choses qui ne vont plus m'arriver de sitôt. Un jour à peine pour se construire une nouvelle routine réglée comme du papier à musique ou presque.

J'avais préparé le cartable pour ne pas qu'il soit dans les cartons mais je n'avais pas la liste des fournitures. Zen cette année la mère !

En même temps la maîtresse était zen aussi puisqu'on a eu la liste le jour de la rentrée et j'ai apprécié les quantités raisonnables demandées, du style 2 bâtons de colle et non 8, 1 cahier, 1 classeur, 2 stylos... on a mis 10 minutes pour tout trouver en rayon.

 

Et alors cette rentrée ? Qui de nous deux, entre Nina et moi, avait le plus le coeur serré, je ne pense pas trop m'avancer en disant que c'était moi.

 

cour-d-ecole.jpg

 

L'école dans ma ville commence à 9h du matin et se termine à 17h. Nous étions en famille complète ce mardi matin à 9h dans la cour de l'école, oui tout le monde avait le droit de rentrer. J'ai beaucoup aimé cette façon de faire. Discours d'accueil du directeur, présentation de l'équipe et appel des classes au micro.

 

 

Notre fille est restée droite et sérieuse à nos côtés. Je la voyais bien qui observait partout et j'imaginais tout ce qui pouvait se passer dans sa tête à ce moment là, mais elle a pris sur elle, ça je l'ai senti. Même si elle ne l'a pas exprimé si souvent, cette rentrée ailleurs la souciait.

J'ai tout de suite remarqué qu'il y avait une autre nouvelle dans la classe de Nina et à la fin de la journée les deux filles s'étaient trouvées.

Nous sommes sortis de l'école et je n'ai pu m'empêcher de verser quelques larmes. Toutes ces émotions retenues depuis une semaine, une période du mois délicate, j'ai des tas d'excuses. De toute façon, moi, les rentrées et les sorties ça m'émeut toujours, tous ces gens, tous ces enfants, toutes ces histoires...

 

Et si elle était mise de côté, et si les enfants n'étaient pas sympas, et si on l'embêtait, et si, et si... Entrer dans une nouvelle école en milieu de cycle ce n'est jamais évident surtout quand on intègre une école d'une petite ville où tout le monde se connait.

 

Le soir quand je suis allée la chercher, elle s'était déjà trouvé une meilleure amie, l'autre nouvelle petite fille. Au moins elles seront deux !

Nina est sortie contente de sa première journée, contente de sa maitresse, contente en général.

 

Ce premier jour était particulier, je ne pourrais plus l'accompagner à l'école sauf rares exceptions. On va s'y faire toute les deux je le sais mais ça ma fait quelque chose... En attendant j'ai trouvé deux perles chaleureuses et aimantes qui l'accompagnent et la cherchent à l'école, il va y avoir de beaux moments entre elles je le sens.

 

Pour le reste, à suivre...

Par Carole Nipette - Publié dans : La vie à l'école primaire
Ecrire un commentaire - Voir les 15 commentaires
Lundi 8 juillet 2013 1 08 /07 /Juil /2013 07:20

ecoleelementaire

 

C'était vendredi soir, la dernière sortie d'école de Nina et la mienne aussi... Dire au revoir aux animateurs qui l'ont suivie depuis 5 ans, pfffuuu que d'émotions. Impossible de retenir mes larmes et comme d'habitude c'est Nina la plus forte et qui relativise "Mais maman, ne pleure pas, ce n'est pas si grave..."

Grave non, émouvant oui et je suis incapable de retenir les larmes quand elles montent...

 

Je ne sais pas à quel point ça lui fait quelque chose à ma fille de quitter cette école et surtout ses camarades même si traditionnellement il ne se passe pas grand chose durant les deux mois d'été, tout le monde étant ailleurs.

Cette année de CE1 a été géniale pour Nina et c'est étrange mais ça a été comme un cap. Juste au moment où je me dis, ça y est enfin quelques vrais échanges avec des parents d'élèves, ça y est Nina a de vrais amis avec qui c'est simple et fort, et là on déménage. Tout reconstruire même si c'est un beau défi à relever, parfois la continuité à du bon.

Quand je l'ai observée avec ses camarades lors de sa fête d'anniversaire d'adieu, j'avais la nostalgie de savoir qu'avec ces enfants là ça n'arrivera plus. Ils étaient tellement en phase, une petite bande adorable...

 

Je ne sais pas à quel point ça lui fait quelque chose, y pense t'elle vraiment ? Mais aucune envie de le lui demander, surtout pas. On verra en temps voulu si des coups de blues se font sentir plus tard et en attendant on vit le moment présent, les vacances, les préparatifs, les projets...

 

Dans mon monde idéal, je vais inviter certains enfants et leurs parents à venir jouer dans notre nouvelle maison mais je ne me fais pas d'illusion. Ce sera toujours trop compliqué. Déjà en habitant dans le même quartier c'était souvent compliqué alors à des kilomètres de là...

 

On gardera un excellent souvenir des écoles maternelles et primaires, de l'équipe enseignante, des élèves venus du monde entier, de cette mixité si enrichissante malgré des situations personnelles souvent difficiles. Nina a pu avoir un aperçu immense de ce que peut être la vie des uns et des autres et je trouve qu'à ce niveau elle a un excellent bagage qui permet de montrer compassion et empathie mais aussi d'apprécier ce que l'on a à sa juste valeur.

 

 

Donne moi ta main et prends la mienne, oui c'est tout à fait ça, faisons ensemble une dernière fois ce chemin de l'école qui nous mène vers d'autres aventures...

 

mainsmèrefille

Par Carole Nipette - Publié dans : La vie à l'école primaire
Ecrire un commentaire - Voir les 15 commentaires
Mercredi 10 avril 2013 3 10 /04 /Avr /2013 06:45

photo-1-copie-2.JPG

 

Je n'ai jamais bien compris cette histoire de devoirs. C'est interdit d'en donner en primaire, ce n'est pas interdit, oui mais... Tout ce que je constate c'est que dans le cahier du soir il y a toujours quelque chose d'écrit. C'est très rare qu'il n'y ait rien du tout.

Est ce que ce sont des devoirs ? Reviser une leçon, lire un texte, comprendre un exercice, savoir la poésie, apprendre les mots de la dictée ? Pour moi oui, la moindre révision est un devoir puisqu'il est à faire pour l'école.

 

Même si je rentre tard, je vérifie toujours car parfois il y a eu un petit oubli. Il y a des jours où c'est tranquille et d'autres où je trouve que c'est trop. Ce qui m'embête dans l'histoire du coup, c'est que sorti des devoirs écrits par la maîtresse, Nina ne veut rien entendre "Mais la maitresse elle a dit ça et pas ça et ça sert à quoi d'aller à l'école si toi tu dis autrement... "bref, le genre de discours que vous entendez peut être.

Je ne veux en aucun cas prendre la place de la maîtresse ni en devenir une autre pour ma fille mais des choses m'énervent du genre j'ai envie de lui corriger les fautes même si l'exercice n'est pas l'orthographe. Et je me retape le même discours "la maîtresse elle a dit que c'était pas grave, l'essentiel c'est de répondre.." Oui bon ok... Aucune envie d'entrer dans des discussions houleuses après une journée de travail alors que je ne profite de ma fille que pendant deux heures maximum.

 

photo-copie.JPG

 

Mon cas de conscience est le suivant. Je sais que des parents font faire des devoirs à leurs enfants, je veux dire, plus que ce que l'école demande. Des révisions le week-end par exemple ou des exercices pour améliorer ou approndir les notions vues en classe. Je n'y arrive pas, d'une part parce que Nina n'est pas forcément ravie qu'on fasse d'autres devoirs que ceux de l'école et d'autre part, parce que justement j'ai envie de faire confiance à l'école.

Et c'est là que je me prends la tête toute seule comme une grande, mais est ce que ça ne va pas la pénaliser pour plus tard, n'est ce pas faire l'autruche que faire l'impasse sur des petites difficultés qui pourraient s'arranger si on travaillait plus ?

En même temps, elle n'a que 7 ans, il faut qu'elle profite du peu qu'il reste de son enfance, pourquoi l'embêter le week-end avec tout ça ?

Alors parfois on joue avec des cartes qui font à la fois jeu et calcul ou jeu et orthographe.

Est ce que je veux aller plus vite que la musique ? Est ce que les cours à l'école suffisent vraiment pour l'orthographe et les multiplications ? Est ce que je ne vais pas la dégoûter pour plus tard si je lui demande trop maintenant ? Quelle est la limite ? et j'en ai encore des dizaines hein !

 

Comment ils font les autres parents ? Comment vous faites vous ? Vous les faites travailler en dehors de l'école ? Pourquoi ? Comment ? Vraiment ?

Par Carole Nipette - Publié dans : La vie à l'école primaire
Ecrire un commentaire - Voir les 35 commentaires
Lundi 4 février 2013 1 04 /02 /Fév /2013 06:45

A l'école Nina apprend et lit des contes des origines. Par exemple, pourquoi l'eau est salée, pourquoi les éléphants ont-ils une trompe... Beaucoup de classes font ce genre de travail et écrivent leurs contes des origines. Ils mêlent magie, légendes du monde entier et histoire drôle parfois. Cela fait travailler l'imagination et la rédaction.

 

Elle nous a fait beaucoup rire en nous racontant certains contes comme celui de l'éléphant qu'elle a écrit à la maison en racourcissant gravement l'histoire mais surtout avec celui du chat qu'elle a inventé dans la foulée...

 

origine-trompe-éléphant

 

Pourquoi les éléphants ont une trompe ?

Un jour un éléphant croie que c'est de l'eau mais c'était de la potion magique. Il a bu et depuis les éléphants ont une trompe.

Un conte des origines écrit par Nina.

 

origine-moustache-chat

 

Pourquoi les chats ont des moustaches ?

Un jour, la maitresse du chat demande au chat : "Tu te trouves beau ?"

"Non pas du tout"

"Je vais te mettre une crème qui te fera pousser des moustaches."

Depuis les chats ont des moustaches.

Un conte des origines écrit par Nina

Par Carole Nipette - Publié dans : La vie à l'école primaire
Ecrire un commentaire - Voir les 12 commentaires
Jeudi 24 janvier 2013 4 24 /01 /Jan /2013 06:23

manif-enseignants-paris.JPG

 

Il faisait froid et il pleuvait ce mardi 22 janvier 2013 mais j'ai eu envie d'aller battre le pavé pour entendre et soutenir les enseignants parisiens au sujet de la réforme des rythmes scolaires.

Nina a voulu y aller dans l'espoir de voir sa maîtresse et même si celui-ci fut déçu, elle a passé un bon moment à croiser quelques têtes connues.

 

De plus ayant contribué à lancer la tribune Parents Ensemble avec Doudette, Jane Libelul et Mauvais Père, je me sentais encore plus concernée.

 

J'ai déjà dit en mai dernier ce que je pensais du retour à la semaine de 4,5 jours. Je suis pour et j'avais beaucoup d'espoir dans cette réforme censée rendre l'école meilleure pour le bien de nos enfants.

 

Et voilà qu'on nous dit que la Mairie de Paris a choisi de régler le problème en faisant se terminer la pause du midi à 14h15 ! Alors là je dis bravo ! J'aurais imaginé plein de scénarios du style le matin on fait les matières à gros potentiel d'apprentissage comme le français et les mathématiques. En tout début d'après-midi les matières comme instruction civique, langues étrangères, sciences et vie puis la journée d'école en tant que telle s'arrêterait vers 15h/15h30. A ce moment là il pourrait y avoir plus de sport, d'arts visuels, de musique...

Bref j'aurais imaginé une journée plus légère et mieux adaptée aux rythmes d'apprentissage des enfants justement.

 

photo-2.JPG

 

 

D'ailleurs notre maire dit lui-même qu'il veut mettre le paquet sur les activités annexes et l'on comprend dans cet article de France Info que ce sera après les cours, dans l'après-midi. Alors quoi, ce sont des mots vains destinés à la presse ?  Parce ce que ce dont il parle devra se faire pendant la pause déjeuner et donc avant de reprendre les cours sérieux, je suis plus que dubitative.

 

Mais je ne suis qu'un parent d'élève, qu'est ce que je sais moi de ce qui est bien pour mon enfant ?! Quelle déception, vraiment... J'ai le sentiment qu'on me propose une réforme au rabais.

 

Ce que je sais par contre c'est qu'avec 2h45 de pause pas vraiment organisée (lieux et professeurs ou animateurs supplémentaires pour occuper les enfants pendant ?) les enfants vont retourner en cours vers 14h30 excités et fatigués. L'état idéal pour continuer à apprendre n'est ce pas ? Les enseignants s'inquiètent de comment ils vont récupérer les enfants et moi aussi.

 

Ce que je sais aussi de mon expérience de trois ans de maternelle et de presque deux ans de primaire c'est que je suis toujours tombée sur des enseignants motivés, intéressés et à l'écoute des enfants du mieux qu'ils pouvaient et ce malgré des classes surchargées et des programmes délirants. Bien sûr comme partout il y en a qui sont réticents au changement mais dans la manif hier je n'ai entendu que des enseignants avides de changement. Mais déçus qu'on ne les ai pas consultés et inquiets de cette réforme qui ne change rien au final. Ah si, une pause déj plus longue, ha ha ha...

 

 

Pourquoi l'école était mieux quand j'étais jeune ? Peut être parce que les classes étaient moins pleines, peut être parce que les programmes étaient plus adaptés, peut être aussi parce que la société des années 70 n'a plus rien à voir avec celle d'aujourd'hui. Mais je n'arriverai jamais à comprendre pourquoi les programmes du primaire notamment en CP et CE1 sont devenus aussi chargés. Quand est ce que ça a merdé à ce point là ? Ils apprennent chaque jour une notion importante qu'ils ont à peine le temps d'assimiler, ceux qui ont la chance d'avoir des parents concernés s'en sortent et les autres comptent sur du soutien de moins en moins soutenu justement (travail des Rased qui ne cesse d'être raboté...).

 

photo-3-copie-1.JPG

 

Pourquoi je crois que la réforme est inégalitaire ? Parce que chaque commune doit décider de son application. Augmenter les budgets, embaucher du personnel, cela va dépendre des moyens mais aussi des bonnes volontés. Quand on sait qu'en France le système périscolaire est déjà inégal sur le territoire on a du mal à croire que tout va se résoudre comme ça parce que le gouvernement l'impose. Comment vont faire les petites mairies dont le budget est limité ? Qui va payer ? Mon petit doigt me dit que les impôts locaux vont augmenter... C'est vraiment être aveugle que de ne pas se rendre compte de cette situation. Je suis parisienne oui mais je pense pourtant au reste de la France qui n'a pas les mêmes infrastructures de garderie (ah pardon on dit périscolaire...).

Cet article de la Gazette des Communes explique bien ce que j'essaie de dire.

 

Alors quoi c'est nous qui ne voyons rien et qui avons les idées faussées, les milliers de parents qui s'inquiètent le font pour rien ? On a rien compris ?

J'aimerai qu'on me donne des réponses au lieu de rester dans le flou, qu'on me dise qu'on se fait du souci pour rien, dites nous que nos enfants ne seront pas laissés en plan à l'heure du déjeuner mais qu'il y aura une vraie politique de recrutement pour les encadrer...

Qu'on me prouve que nous avons tort et je serais la première à applaudir cette réforme !

 

 

Comme le dit ma moitié, il faudrait tout casser et tout refaire. Oui il faudrait mais en prenant le temps de le faire. En étant ambitieux dès le départ. Je préfère qu'on repense tout en même temps (sans céder au lobby du tourisme par exemple sur la durée des vacances) et d'un seul coup. Car chaque nouvelle petite réforme qui arrive sur une ancienne petite réforme mal fagotée n'est pas la solution.

Monsieur Peillon, allez-y, lâchez vous et donnez les moyens à vos ambitions, tous les moyens...

Monsieur Delanoë, il parait que vous êtes ouvert au dialogue, alors dialoguez et essayez de comprendre que le choix des 2h45 de la pause méridienne est le pire (peut être le moins couteux ça je veux bien le croire !)...

 

 

 

Ps : note à moi même, en vue de mon éventuel déménagement en banlieue lointaine, il va aussi falloir que je prenne en compte la façon dont la mairie aura choisi ou pourra s'adapter au mieux... à moins que l'école privée ne me fasse de l'oeil...

 

Ps 2 : pétition en ligne sur Parents Ensemble, signez, faites tourner, plus on est de fous...

Par Carole Nipette - Publié dans : La vie à l'école primaire
Ecrire un commentaire - Voir les 13 commentaires
Dimanche 8 juillet 2012 7 08 /07 /Juil /2012 07:33

Mon bébé qui mesurait 51 cm il y a peu va avoir 7 ans dans deux mois et déjà une grande étape de passée dans sa vie d'écolière. Le CP c'est fini !

Que retenir de cette première année d'école primaire ?

 

CP fichiermaths

 

L'apprentissage de la lecture bien entendu, retrouver son enfant qui lit parfaitement à la fin de l'année scolaire ça fait un truc à l'intérieur tout de même.

La difficulté du programme tellement lourd. Elle a déjà appris la table de 2, les additions avec retenue, les soustractions et j'en passe. On ne rigole pas au CP, on apprend tous les jours des choses nouvelles qu'on n'a pas le temps de digérer. Et tous ces devoirs... Dites moi qu'au CE1 on revient dessus et qu'on les laisse s'imprégner des règles mathématiques sans les bousculer... Pour l'instant les maths ce n'est pas son fort à ma poussine, on va devoir un tout petit peu revoir quelques bases de calcul.

Et ces instants de fierté mêlés parfois d'inquiétude à la lecture des évaluations et des bulletins.

 

CP-devoirs

 

Le CP c'est l'apprentissage à fond la caisse mais passons aux choses sérieuses ! Le CP c'est aussi une enfant qui grandit et qui grandit en société, une enfant qui découvre, qui s'interroge et qui raconte.

 

J'ai aimé tous ces trajets du matin, durant lesquels on révise la leçon, on chante, on discute de tout et de rien. On croise les uns et les autres et parfois je suis sommée de me taire et de me faire discrète parce qu'on passe à côté d'un garçon. Je ne comprends pas toujours mais je ne suis pas contrariante comme fille. Mais j'ai moins aimé quand elle arrive à l'école en même temps qu'un autre garçon même pas de sa classe et qu'elle se précipite dans l'école sans même me regarder. Si déjà en CP je peux m'asseoir sur mon bisou du matin, ça promet !

 

école

 

J'ai aimé le vendredi à 18h, le seul jour où je peux la chercher après l'étude. On traine sur le chemin du retour, on débriefe la journée tranquillement. Je la vois sortir avec ses camarades, dire au revoir et agiter sa main.

 

J'ai aimé qu'elle soit toujours étonnée et heureuse de croiser les copains de classe quand on se balade dans le quartier et son sourire quand elle fait coucou. Le genre de sourire qui fait que la vie est belle.

 

J'ai aimé les premières poésies et les chansons apprises au cours de musique bien que ma petite maitresses personnelle m'ait tout fait apprendre. Nina et maman logées à la même enseigne et qui connaissent poésies et chansons à l'unisson.

J'ai aimé entendre les histoires de coeur qui sont vraiment gentilles. Au CP on est amoureux mais surtout on ne se le dit pas et les amoureux peuvent changer mais il y a toujours une team de fidèles.

J'ai aimé les clubs de copines, un mix entre la cour de récré et Harvard. Des clubs secrets mais pas trop, avec de la concurrence et des missions à accomplir.

 

J'ai aimé Nina qui chante sur le chemin de l'école "oh mon école adorée, ma petite école chérie" ou qui dès qu'on la voit "Elle est belle mon école hein maman ?"

 

 

J'ai aimé les histoires d'amitié qui s'écrivent. J'ai aimé donner des conseils et relativiser les petites chamailleries de jeunes filles qui se cherchent et qui ne savent pas toujours sur quel pied danser.

J'ai aimé que ma fille vienne toujours me raconter ou me questionner sur ce qui lui semble bizarre, injuste ou effrayant. J'ai aimé qu'elle s'interroge et qu'elle comprenne l'intérêt de l'école et qu'une maitresse "c'est chouette parce qu'elle apprend et éduque les enfants sinon les enfants ils ne grandissent pas..."

 

J'ai aimé cette année de CP malgré cette pression du début et en route vers le CE1 !

 

CPcahiersdeclasse

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Par Carole Nipette - Publié dans : La vie à l'école primaire
Ecrire un commentaire - Voir les 14 commentaires

Retrouvez moi ailleurs

 twitter-nipette.jpg facebook nipette fluxrssnipette.jpg

hellocoton nipette  Instagram-20-icon  1943324.jpg

Concours en cours

 

 

Rechercher

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés