Les réflexions existentielles d'une maman

Jeudi 23 janvier 2014 4 23 /01 /Jan /2014 06:45

mzi.mnxduvmh.170x170-75.jpg

 

Je ne fais pas de calendrier de l'Avent de mes mains

Je ne fabrique pas moi même les cadeaux de la maitresse ou de la nounou

Je ne passe pas des heures en cuisine à lui faire des milliers de petits gâteaux

Je ne l'ai pas allaitée, j'ai juste préparé et donné les biberons avec tout mon amour

Je ne l'ai pas portée en écharpe, juste dans mes bras

Il m'arrive de crier plus que de raison mais jamais longtemps

J'ai sorti les décorations de Noël le 18 décembre seulement

Je ne passe pas mon temps à faire des "DIY" avec elle

Je ne vante pas ses prouesses partout sur la toile

Je rentre tard du travail et parfois je m'énerve un peu vite le soir

Je n'ai jamais fait de sweet table pour ses anniversaires

Je ne la force pas à manger des légumes à chaque repas (5 quoi ?????!!!) (comment ça la purée c'est pas un légume ?)

Je lui donne des bonbons et du chocolat très souvent

Je n'ai jamais fait de pâte à sel avec elle (ni avec personne d'autre d'ailleurs !)

Je la force à se laver les dents matin et soir

Je suis parfois (souvent ?) chiante...

 

Aux yeux de certains je ne suis peut être pas une bonne maman...

 

Pourtant, tout les soirs après le bonne nuit et les câlins, la vérité sort de la bouche de mon enfant "Tu es la meilleure maman du monde" !

Et j'ai bien envie de la croire parce qu'elle est quand même la première intéressée non ?!

 

Alors ne laissez jamais les autres vous juger, ne comparez pas vos talents avec ceux des autres mamans, ne croyez pas que les jolies photos bien léchées ne reflètent que la réalité et qu'il faut paraître pour être...

 

Je l'avais déjà dit, on est tous la mère parfaite de quelqu'un, on est donc forcément la mère imparfaite de quelqu'un d'autre mais tant qu'on est la meilleure maman du monde à la maison, tout va bien !

 

 

keep-calm-and-carry-on-to-be-the-best-mum-in-the-world.png

Par Carole Nipette - Publié dans : Les réflexions existentielles d'une maman - Communauté : Nana, mais maman aussi
Ecrire un commentaire - Voir les 21 commentaires
Mardi 7 janvier 2014 2 07 /01 /Jan /2014 06:32

p15.jpg Max Ernst, La Vierge Marie donnant une fessée à l'Enfant Jésus

 

 

On s'étonne que certains veulent mettre des lois sur la fessée et les châtiments corporels, veulent encadrer ce que des parents ont toujours considéré comme acquis. Je n'étais pas forcément pour la loi mais chaque jour qui passe me fait me poser des questions. C'est bien le problème, quand on est témoin de violence sur un enfant de la part de ses parents dans la vie quotidienne, on se trouve démuni. Démuni parce qu'on a peur d'intervenir et que le résultat soit à l'inverse de nos espérances, en général l'enfant prend double. Démuni parce que le "de quoi je me mêle ?" "pour qui elle se prend celle-là ?" n'est pas faux et que quand on attaque le parent il n'est pas rare que l'enfant prenne sa défense. Qui suis-je pour intervenir dans le métro, dans la rue, au parc, au cinéma... ?

 

On m'a dit "fais gaffe un jour tu vas t'en prendre une...", mais c'est plus fort que moi je n'arrive pas toujours à me contrôler et même si je ne fais rien, je ne peux m'empêcher de dire un truc fort en partant pour être sûr que l'enfoiré de parent m'a entendu.

Je ravale ma souffrance souvent et quand ça arrive devant Nina, on part dans de longues discussions. Elle-même me fait remarquer quand un parent "exagère".

 

Je ne parle pas là de la violence aggravée qu'on peut dénoncer (mais quand bien même, combien osent appeler les services sociaux ? ) ou faire punir par la justice mais bien de la violence ordinaire insidieuse et banalisée.

 

Et des scènes de violence ordinaire on en voit beaucoup trop souvent. Ces parents qui giflaient leur fils dans le métro, j'ai hurlé. Ils étaient hilares et ne parlaient pas français. Ce gamin est fichu je le sais, la seule communication qu'il a avec ses parents est tordue, limite il cherchait les coups avec sa façon de réagir, sachant qu'ils allaient arriver...

 

Cette mère hystérique à la sortie du cirque Phénix parce que sa petite fille de 7/8 ans marchait un peu sur la route. Je vous assure que ce n'était pas évident, des voitures et des gens partout, la gamine n'a rien fait exprès et même si... Sa mère l'attrape, la frappe sur la tête en lui tirant les cheveux tout en hurlant "ferme ton manteau". J'étais avec Nina...

 

Ce père qui dans le train n'arrête pas dire à son fils de 3 ans ! attaché dans sa poussette "Tu veux une fessée ? "Si tu bouges encore, tu auras une fessée..." et il a dit le mot fessée, une dizaine de fois durant tout le trajet. La mère ne disait rien, les parents continuaient à discuter et rigoler entre eux pendant que le gosse devait rester bien tranquille dans sa poussette...

 

 

campagne-anti-fessee.jpg

 

Un enfant ne doit pas grandir avec la peur d'être frappé ni avec l'idée que c'est normal, que la violence est la réponse des adultes à un comportement qu'ils n'attendent pas. Et ce qui est grave c'est que ce comportement n'est pas toujours la désobéissance ou les bêtises, parfois c'est juste pour rien, juste comme ça, parce que ça défoule...

 

Oui voir un enfant se faire gifler ou se prendre une fessée ça me choque, ça me fait mal, ça me fait bondir, ça me donne des envie de faire pareil à l'adulte tout puissant qui s'attaque à un enfant, à son enfant.

Et puis quoi, un adulte n'a pas le droit de frapper un autre adulte mais il peut frapper son enfant en toute impunité ? C'est ça qu'on veut donner comme valeurs aux enfants ? Au nom de quoi, au nom de qui ?

 

Tous ces parents qui se croient bien élevés, bien propres sur eux, qui veulent reproduire un schéma familial qui leur a si bien réussi soi-disant, qui pensent qu'une fessée ou une gifle n'a jamais fait de mal à personne, tous ces parents qui utilisent la violence comme mode d'éducation... Tous ces parents qui se sentent dans leur bon droit et qui disent "c'est mon enfant, je fais ce que je veux..."

 

Et je me répète, je parle juste de cette violence ordinaire qui n'est pas considérée comme "grave". De cette violence ordinaire qui est considérée comme "normale" par beaucoup de parents, beaucoup trop de parents... Et malheureusement elle peut aussi être le fait d'un autre membre de la famille, un beau-parent, d'une nounou, d'un baby sitter, d'un prof, d'un ami de la famille...

 

Alors si les lois peuvent aider à faire changer les mentalités, je dis qu'elles sont bonnes à prendre. Si elles peuvent faire peur et empêcher les coups et bien elles sont bonnes à prendre. Evidemment, je ne vis pas au pays des Bisounours et je sais que contre la violence psychologique ou verbale, les moyens d'actions sont encore plus limités. Le parent qui répète sans arrêt à son enfant "tu es bête" ou "mais tu es débile ou quoi ?" fait probablement autant de mal que celui qui donne les coups. Combien de fois je les entends ces phrases dans le métro ou dans la rue...

 

La loi va t'elle arriver un jour en France et de quelle manière ? Je vous invite à lire cet article paru dans Le Monde du 17 octobre dernier. Peut être devra t'on se conformer à la législation européenne. Je suis évidemment d'accord avec tous les discours des "anti coups".

Une loi ne suffira pas, il faudra du temps pour changer les mentalités et puis c'est bien connu les Français ont horreur du changement et n'aiment pas les remises en question, la partie ne va pas être simple mais elle en vaut largement la peine.

 

 

Ps : et je ne peux m'empêcher d'ajouter que tous les adultes ne sont pas faits pour être parents...

Ps 2 : je ne m'érige pas en "bien pensante" ou quoi que ce soit, j'ai vévu 10 ans de mon enfance en étant le témoin de violences ordinaires sur des enfants et je sais de quoi je parle...

Ps 3 : je ne dis pas qu'un acte isolé sous le coup de l'énervement est dramatique, si ensuite le parent s'explique avec l'enfant et ne récidive pas bien entendu...

Ps 4 : à en croire les chiffres, je fait partie d'une minorité de parents à penser comme ça, j'ai mal à mon pays...

Ps 5 : Le numéro pour alerter en cas de maltraitance c'est le 119...

Par Carole Nipette - Publié dans : Les réflexions existentielles d'une maman - Communauté : Les blogs des enfants, des parents et des nounous ...
Ecrire un commentaire - Voir les 15 commentaires
Vendredi 6 décembre 2013 5 06 /12 /Déc /2013 06:36

Generation-perdue-affiche.jpg

 

Quand j'étais beaucoup plus jeune, je kiffais ce film "Génération Perdue" de Joel Schumacher. Le bon petit film de vampire avec tous les ingrédients des teen movies comme j'aime. Et maintenant à chaque fois que j'entends cette expression je ne peux m'empêcher de penser à la génération de ma fille.

Elle a 8 ans en 2013, fait-elle partie d'une génération perdue ? Essuie t'elle les plâtres d'un système scolaire à bout de souffle ?

 

Entre la réforme des rythmes scolaires qui semble capoter et la publication du Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) qui place la France à la 25e place du classement, je m'inquiète et je me pose des questions.

En une du Monde daté du 4 décembre, on peut lire "Loin de les corriger, l'école française ne fait qu'accentuer les inégalités sociales entre élèves". Cet article du Monde.fr résume les points faibles montrés du doigt par l'OCDE qui dirige le PISA.

 

Depuis que ma fille est entrée dans le système scolaire public en 2008 ces histoires d'inégalités m'ont sautées aux yeux surtout dans une grande ville comme Paris.

Après je ne suis pas pour la critique uniquement de l'école car les parents font partie du système et sont parfois eux mêmes perdus. Il y a des questions à se poser sur la façon dont on peut impliquer, dont on doit impliquer plus les parents dans le suivi scolaire de leurs enfants.

 

Ma fille a commencé sa scolarité dans des écoles normales mais classées en zone ZEP, dans Paris 12, oui ça existe. Et force est de constater que l'école ne peut répondre aux problèmes d'apprentissage de tous les enfants.

 

Comment un enfant peut il faire correctement ses devoirs quand la famille (où plutôt la maman solo) habite une chambre d'hôtel ou un foyer ? Comment l'enfant peut il se faire aider dans la lecture quand ses parents ne savent pas lire ou ne parlent presque pas le français ?

Comment une maitresse peut réellement s'occuper de 6 ou 7 enfants qui sont à la traîne dans une classe de 28 alors qu'elle a un programme de dingue à enseigner ? Ah le mois de juin où l'on voit apparaître une nouvelle notion chaque jour dans les cahiers pour finir ce sacro-saint programme... les enfants n'ont même pas le temps d'assimiler ! Et des enseignants se plaignent de ne plus avoir le temps de discuter avec les élèves, tout simplement.

 

Alors oui on peut rester chacun dans son coin et se dire que nous on a de la chance parce qu'on est là pour aider, parce que s'il le faut on pourra lui faire prendre des cours de soutien. Mais la génération future qui fera le pays de demain n'est pas que composée des élites...

 

Est ce que commencer par réformer les rythmes scolaires sans préparation était la meilleure façon de s'y prendre ? Est ce que toucher à l'emploi du temps des maternelles était justifié ? Est-ce qu'il n'aurait pas fallu commencer par alléger les programmes et ensuite réformer la journée ?

Comment a t'on pu penser que la réforme serait égalitaire alors qu'elle touche à la gestion personnelle de chaque commune ?

Est-ce que cette année rythmée par les grèves incessantes des profs depuis la rentrée ne va pas pénaliser les élèves qui devront faire encore plus d'efforts pour arriver à la fin du programme début juillet ?

Est ce que vraiment les syndicats de profs ont envie que ça change en profondeur ? Je ne parle pas que des rythmes mais chaque réforme aussi bonne soit-elle dans le fond se heurte aux syndicats.

 

Et je ne parle même pas des problèmes de discipline et de respect, notions qui semblent avoir disparues du paysage scolaire. Quand j'étais gosse on respectait les profs, les parents ne s'opposaient pas à eux pour une mauvaise note ou une réprimande justifiée, là aussi un gouffre s'est creusé qui semble sans retour...

 

Je me pose des tas de questions sur la génération de ma fille qui évolue dans un système qui favorise les élites et dont toute la primaire va se faire sur fond de réforme et de révolte. Je n'ose même pas penser au collège et au lycée si rien de sérieux et de concret n'est fait d'ici là. Les systèmes de notation ont changé des dizaines de fois depuis que j'ai quitté l'école, les appellations de Bac aussi de même que les programmes, les méthodes d'apprentissage de lecture avec les dégâts que l'on connait, de calcul, les évaluations sont apparues dès la maternelle...

 

Je me pose des questions sur un enseignement qui n'évolue pas avec son temps. Où sont vraiment les cours de langues vivantes en primaire, les cours d'informatique qui sont limités faute de temps, de formation et de moyens ?

 

Je me pose des questions et je n'ai pas toutes les réponses mais quelqu'un les a-t'il vraiment ?

 

Je leur souhaite bon courage à nos enfants et j'espère que les dirigeants et le corps enseignant réussiront un jour à s'entendre pour trouver la solution qui rendra à notre école ses lettres de noblesse.

 

Par Carole Nipette - Publié dans : Les réflexions existentielles d'une maman - Communauté : Farfouillage Familial
Ecrire un commentaire - Voir les 12 commentaires
Mardi 1 octobre 2013 2 01 /10 /Oct /2013 07:00

dvd-publivores-nos-annees-80.jpg

 

Quand je faisais des études dans mon école de pub, forcément je connaissais toutes les pubs par coeur. Pour participer à la Nuit des Publivores c'était recommandé !

Force est de constater que je regarde moins les pubs qu'avant, ça doit être tout simplement parce que je regarde moins la télé. Je suis restée un peu scotchée sur les vieilles pubs genre "Buvez Eliminez... Secouez moi secouez moi... On se lève tous pour..." La vieille quoi ! Je connais bien les pubs qui passent au ciné par contre.

 

Ce n'est pas tout à fait vrai que je ne connais plus les nouvelles pubs de la télé, voire de la radio. J'ai un jingle pub vivant à la maison. Une petite fille de tout juste 8 ans qui est en boucle.

 

C'est dingue cette fascination de la publicité sur les jeunes enfants. En même temps j'ai été pareille sauf que j'étais plus grande. J'ai demandé à Nina pourquoi elle aimait tant les pubs.

 

"Parce qu'elles sont rigolotes, que c'est intéressant et que j'adore les réciter !"

 

paf-le-loup.jpg

 

Elle est capable de me réciter 50 fois de suite la pub des produits laitiers "Tu connais l'histoire de Paf le loup?" mais pour réciter sa leçon de géo c'est une autre histoire.

Un jeu qu'elle adore en voiture, je lui dis un mot, pas forcément une marque et elle invente une pub.

 

Je prépare des tomates mozza "Ah j'ai vu la pub pour cette mozzarella ! Il paraît qu'elle est crémeuse !" et me demande mon avis. Je réponds oui et elle enchaine "Bonne pub alors !"

En vérité je ne sais pas si c'est exactement cette marque dont elle a vu la pub mais clair que cela fonctionne et pas uniquement pour des jouets ou des friandises.

 

Je précise que les publicités qu'elle voit à la télé sont celles des chaines comme Gulli ou Disney Channel, plutôt ciblées enfant. Parfois elle capte celles qui interrompent les émissions du style Koh Lanta, c'est ainsi que le jingle "William Saurin" a eu ses jours de gloire chez nous.

 

Il parait que les enfants sont prescripteurs. Une évidence j'ai envie de dire. Quand j'emmène Nina avec moi au supermarché je dépense beaucoup plus et je constate bien les effets de certaines publicités notamment sur toutes les sucreries, céréales ou jouets. Bon d'accord je suis faible et mon porte monnaie a beau le regretter ensuite, j'achète quand même tout en négociant du style "si tu veux ça, tu reposes quelque chose..."

 

generation-pub.jpg

 

Et quand elle est avec ses copains c'est pareil, ils connaissent toutes les pubs par coeur. Pas étonnant que les marques en profitent et ciblent davantage les enfants. Car ce sont eux qui tiennent les cordons de la bourse finalement non ?

 

 

Et chez vous, ça chante gaiement les jingles ?

 

 

Ps : billet en brouillon depuis juin :) et nous ne sommes jamais tombés sur la pub dont parle Till the Cat ! Ce billet n'aborde pas volontairement les dangers de la pub, autre sujet intéressant pour lequel il faudrait faire un deuxième post.

Par Carole Nipette - Publié dans : Les réflexions existentielles d'une maman - Communauté : Farfouillage Familial
Ecrire un commentaire - Voir les 10 commentaires
Vendredi 23 août 2013 5 23 /08 /Août /2013 06:51

nina-livre.jpg

 

Ma Nina,

 

Aujourd'hui tu as 8 ans.

8 ans que tu es entrée dans ma vie, 8 ans que tu as fait de moi une mère.

8 ans que la vie a pris un nouveau sens, une nouvelle direction.

8 ans que je m'émerveille chaque jour qui passe de te voir grandir, apprendre, évoluer, raisonner, rire, jouer, faire la fripouille, te construire.

8 ans que je t'aime à la folie sans conditions.

 

plaza de toros-8

 

C'est marrant parce qu'avant quand j'essayais de faire un enfant et que ça ne marchait pas, quand je voyais le temps qui passait et mon âge qui augmentait inéxorablement, je restais zen. Je me disais que si la vie ne me donnait pas d'enfant, c'est ainsi que je la vivrais. Que je pourrais m'en passer, que je me contenterais du reste.

Mais depuis que je te connais, je me demande comment j'ai pu imaginer ça. Je n'imagine même plus une vie où je serais passée à côté de toi.

 

Aujourd'hui tu as 8 ans et tu comprends tellement de choses, c'est toi qui commence à me donner des leçons de vie.

Ma fille d'amour, je te souhaite un bel anniversaire à distance puisque tu t'amuses comme une folle en vacances avec ta copine.

Attends toi à ce que je te mange de bisous lundi soir et à ce que je te dévore de câlins. Accessoirement tu auras aussi tes cadeaux ne t'inquiètes pas !

 

Ce dessin que tu as fait cette année, c'est tellement toi. Je voudrais qu'il soit valable pour tout le reste de ta vie.

Je t'aime ma fille, continue de me surprendre et de nous rendre heureux comme tu sais si bien le faire...

A tes 8 ans !

 

dessin-nina

Par Carole Nipette - Publié dans : Les réflexions existentielles d'une maman
Ecrire un commentaire - Voir les 17 commentaires
Jeudi 4 juillet 2013 4 04 /07 /Juil /2013 06:46

 

P1060198.JPG

 

C'est un peu la suite de ce billet "Grandir sans mère" écrit en 2010. Billet qui me vaut toujours de recevoir quelques mails de lectrices pour échanger sur le sujet.

Je ne sais pas pourquoi, mais j'y pense beaucoup en ce moment et depuis quelques mois. Je me regarde avec Nina et je suis nostalgique de quelque chose que je n'ai pas connu. Souvent je me dis "Que c'est chouette d'être un enfant et d'avoir une maman". Je sais que ce n'est pas toujours génial, que des mères sont en dessous de tout mais pour la majorité c'est chouette.

 

Je suis heureuse en fait, heureuse que Nina ait une maman. Et par un bel enchantement c'est moi sa maman.

 

Evidemment que je ne passe mon temps à regarder le passé et à regretter tout ce que je n'ai pas connu car qui dit grandir sans mère ou sans ses parents dit vivre dans un autre monde. Mais en étant maman et en vivant la chose au quotidien je pense souvent à ce que ça aurait changé dans l'évolution de ma personnalité si j'avais eu une maman qui soit là pour moi.

Comme je l'ai dit et je le pense toujours, cela ne change pas le fait que je sais être une mère, que je n'ai pas eu besoin d'en avoir une pour le devenir moi même. Ces choses ne sont pas forcément liées.

 

Et si je pense à tout ça c'est aussi parce que Nina me le dit souvent "Je suis contente que tu sois ma maman" ou "j'ai la chance de t'avoir comme maman ou la chance d'avoir une maman tout court..."

 

P1070925.JPG

 

Parfois je pense aux choses que je ne ferais jamais, aux pays que je ne visiterais pas, aux délires qui ne sont plus pour moi (le saut en parachute que je voulais faire quand j'avais 20 ans par exemple...), j'y pense et puis ce n'est pas si grave, je n'ai pas besoin de tout faire pour être heureuse.
Mais un regret que j'ai, c'est de ne pas avoir en moi ce lien si fort qui unit un enfant et sa mère. Ma fille me regarde avec les yeux de l'amour inconditionnel, comme si j'étais la chose la plus importante au monde, tout ce qui se passe entre nous est tellement fort, j'aurais aimé savoir ce que c'est... J'aurais aimé pouvoir me mettre à la place de Nina pour comprendre ce qu'elle ressent.

L'autre regret, dommage collatéral, c'est que Nina n'ait pas de grand-mère maternelle ou paternelle, sujet qui reste toujours aussi douloureux pour moi depuis bientôt 8 ans.

 

Une chose est sûre et immuable, je suis heureuse d'être sa maman !

 

Ps : c'est marrant, j'avais ce billet dans mes brouillons depuis un bail et Les Maternelles ont parlé du sujet en citant mon premier billet. Merci à toutes celles qui m'ont prévenue et j'ai enfin terminé mon post...

Par Carole Nipette - Publié dans : Les réflexions existentielles d'une maman
Ecrire un commentaire - Voir les 24 commentaires
Lundi 17 juin 2013 1 17 /06 /Juin /2013 06:59

STFU--copie-1.jpg STFU-.jpg

 

Ce n'est pas à vous, chers lecteurs occasionnels ou fidèles qui suivez mon blog depuis un jour ou 7 ans et demi, que je vais apprendre que la blogosphère parentale bat son plein. Que ce soit sur les blogs ou sur les réseaux sociaux, les parents qui partagent un peu, beaucoup ou carrément trop la vie de leurs enfants sont légions. Evidemment il y a l'art et la manière. Certains post Facebook sur la propreté, certains billets de photos qui détaillent le moindre mouvement du petit enfant, certaines photos d'enfants dans le bain ou en maillot de bain me laissent parfois pantoise. Détailler les moindres faits et gestes de ses enfants même pendant les vacances devient une habitude un peu trop partagée sur les réseaux sociaux.

Surtout que personne ne leur demande leur avis à ces pauvres gosses !

 

C'est une info lue dans le magazine l'Express sur le site américain "Shut the fuck up parents" qui m'a inspirée ce billet. La curiosité m'a poussée à chercher le site et j'y ai passé un petit moment. Le site existe depuis 2009 et je n'ai pas trouvé la version française, pas encore ? J'adore leur slogan de présentation "You used to be fun, Now you have a baby". Tout est dit !

 

Shut the Fuck up Parents ou STFU se veut un site de service public pour se moquer de cette pratique de partage à outrance. Il veut aussi montrer aux parents ce qu'il faut éviter de poster ! C'est fait pour en rire mais souvent impossible aux créateurs du site de ne pas dire ce qu'ils pensent vraiment de la bêtise ou la méchanceté de certains. Il a été créé par Blair Koenig une trentenaire new-yorkaise.

C'est classé par catégorie comme les toilettes, les vacances, la nourriture, les noms sont beaucoup plus drôles en anglais. Rien n'échappe à STFU et tout le monde envoie ses trouvailles. Les noms de famille sont invisibles bien sûr et le site donne son avis plus ou moins sympa parfois. Mais c'est justifié vu la connerie de certains. Les visiteurs se lâchent dans les commentaires.

 

poop-.jpg

 

En français ça pourrait être un statut du type "Je baigne dans le vomi depuis deux heures, vis ma vie de parent" et là franchement ce genre de statuts sur Facebook ou Twitter tout comme les statuts gastro maladie avec détails, je pars en courant. Si vous avez envie de savoir à quel point certains parents sont atteints je vous laisse cliquer sur le lien pour voir la photo que cette Jackie a posté sur son mur Facebook ainsi que les commentaires de Blair. Vraiment là ça va loin, n'y allez pas pendant la pause déj !

 

onvoteperday-.jpg

 

Un exemple de ce que le site appelle "Mommy Jacking" genre les mères qui ramènent tout à leurs enfants sous n'importe quel statut qui n'a rien à voir. Je suis sûre que ça vous parle, rien de plus agaçant que ces appels aux votes quotidiens pour "mon enfant c'est le plus beau" en message privés adressés à 1000 personnes ou carrément sur nos murs. Ou les donneuses de leçons qui savent tout faire mieux que vous.

 

mommyjacking-.jpg

 

Ici on a une mère apparemment célibataire qui se plaint que la garde en journée coûte tellement cher que si ça continue elle ne pourra plus travailler mais devra garder elle même son fils. Une bonne copine lui rétorque "Voilà pourquoi je me suis assurée d'avoir un mari avant des faire des enfants". Les gens se déchainent dans les commentaires et Brenda n'a que ce qu'elle mérite, la s.... On en connait toutes des bonnes copines Facebook qui compatissent mais... ou qui ramènent encore une fois tout à elles.

 

Mais il n'y a pas que des choses dont on peut rire, il y en aussi à pleurer. Blair Koenig écrit par ailleurs sur la parentalité et a fait un billet sur le fait que montrer des photos de ses enfants en train de pleurer parce qu'ils ont eu peur ou sont malheureux ou autre est vraiment un truc à ne pas faire et quand je vois les exemples, je sais à quel point elle a raison. Quelque part on humilie son enfant.

Là j'ai eu des envies de meurtre, oui carrément. La mère qui a posté ce statut est un bourreau d'enfant, je n'ai pas d'autres mots, enfin si mais tous grossiers.

 

merehorrible.jpg

 

Et cette pouf a mis une photo de sa petite fille...

 

Il y en a des dizaines et des dizaines sur le site et partout sur le web finalement des exemples où les parents devraient réflechir avant de tapoter sur leurs claviers.

 

Si je n'avais pas un travail prenant, une vie de famille et des projets, en gros si j'avais vraiment du temps, je pense que j'adorerais faire le même genre de site pour la France, je suis mûre ! Si jamais un sponsor est tenté je m'y mets !!!

 

Plus sérieusement, je trouve le site intéressant parce qu'il permet de montrer à quel point on ne se rend pas toujours de ce qu'on poste sur nos enfants et sur nous mêmes. On ne se rend pas toujours compte de l'image que l'on renvoie, qui se fait passer pour la mère frimeuse, l'angoissée, la dépressive, la mère parfaite, la folle, la chieuse... on ne se rend pas toujours compte que des conseils même sincères peuvent blesser ou être mal pris, qu'insister lourdement sur les progrès de ses enfants peut faire se sentir minables d'autres parents, que montrer des photos des menus parfaits font que d'autres ont le sentiment de mal nourrir leurs enfants et j'en passe...

Je vais moi même tenter de faire encore plus attention à mes propos. A travers nos partages, on cherche dans les réseaux sociaux une approbation tacite ou appuyée, on cherche à faire envie ou à donner envie ?, on cherche ceux qui se reconnaîtront dans nos propos, on cherche à être aimé et on n'arrive pas toujours à se modérer...

 

Alors Shut the fuck up parents ?!

Par Carole Nipette - Publié dans : Les réflexions existentielles d'une maman
Ecrire un commentaire - Voir les 11 commentaires
Vendredi 7 juin 2013 5 07 /06 /Juin /2013 06:50

  miroir.JPG

 

Ma fille c'est la plus belle du monde, la plus adorable, la plus merveilleuse et je pourrais y aller de mes adjectifs encore et encore. Vous ne pensez pas la même chose de vos enfants ?

Objectivement si on les compare aux enfants des autres, les notres ont toujours un truc en plus.

C'est normal en même temps de valoriser son enfant, si on ne le fait pas, qui le fera !!

 

Pourtant même si ma fille est magnifique, je suis tout à fait capable de reconnaître en mon for intérieur que tel ou telle enfant est sublime et objectivement plus beau que ma progéniture. Plus beau veut juste dire que selon mes critères personnels de beauté il y a du niveau. Bon ça n'arrive pas souvent non plus, faut pas exagérer !

 

Mais il ne faut surtout pas que j'en parle devant ma fille. Pourtant parfois ça m'échappe quand on marche dans la rue ou quand on croise d'autres enfants en société. Je peux regarder une petite fille d'un air attendri et dire "qu'elle est mignonne !". Et là Nina démarre au quart de tour "Plus mignonne que moi ?"

Va expliquer à ton enfant qu'à tes yeux c'est elle la plus belle mais que tu as le droit d'avoir un avis objectif sur d'autres enfants et que cela ne veut pas dire que tu l'aimes moins.

 

ACFH4Oej0cPbZMffuagFt9abCgmzGshMpgTOd3JC7Yg.jpg

 

C'est marrant malgré tout ce que je peux lui dire et tout l'amour que je lui montre, elle a toujours ce besoin d'être rassurée sur le fait que c'est elle que j'aime le plus. Même avec son petit cousin qu'elle adore, elle me rapelle que je suis sa tante, pas sa maman...

 

Récemment Nina commence à avoir un tout petit peu d'humour sur le sujet. L'autre jour, nous étions au restaurant et j'observais une famille avec un petit garçon de 3 ans à peine, tout sage et mignon. Je fais la réflexion à voix haute et Nina me sort avec un petit air diablotin : 

"Arrête de le regarder, il est dangereux !"

"Mais pourquoi tu dis ça ?"

"Si tu le regardes trop longtemps, tu vas la trouver plus mignon que moi, c'est pour ça qu'il est dangereux !"

 

Depuis on en rigole et elle ressort cette phrase quand je m'intéresse trop à un autre enfant.

 

Vf3z2IrlkOA6So34rvMeMVe1QcjLFV2Nz7_XAvcVW00-ATxDePWpMyek1uA.jpg

 

Alors oui ma fille est la plus belle, la plus adorable, la plus merveilleuse et j'aimerais qu'elle grandisse en ayant confiance en elle parce que je lui aurais fait des compliments sincères.

Mais j'aimerai aussi qu'elle ne vive pas dans une vision faussée de la réalité alors je vais continuer à exprimer mes opinions sur les autres et je suis sûre qu'un jour elle dira avec moi "Oui maman, c'est vrai qu'elle est très belle cette petite fille ! "

Elle arrive quand même déjà à trouver belle les filles plus grandes qu'elles comme les chanteuses ou les actrices, il y a donc de l'espoir !

Par Carole Nipette - Publié dans : Les réflexions existentielles d'une maman
Ecrire un commentaire - Voir les 19 commentaires
Jeudi 25 avril 2013 4 25 /04 /Avr /2013 08:49

zen-c-Musee-Guimet.JPG

Zen, photo prise par Nina au Musée Guimet

 

Je suis fatiguée en ce moment, fatiguée que mon cerveau n'arrête pas de se prendre la tête. Le sens de la vie, pourquoi on est là, à quoi ça sert puisqu'on meurt à la fin et même parfois avant la fin ? L'humanité a t'elle un but ?

Cette fameuse question du sens de la vie que certains passent leur vie à chercher. En fait ce qui me turlupine surtout c'est pourquoi on s'embête avec certaines choses, pourquoi il faut se tuer à la tâche, s'engueuler avec ses collègues, se forcer, être hypocrite, supporter la connerie et la haine... A quoi ça sert tout ça, juste à avoir un salaire pour manger et ne pas dormir dans la rue ? Pourquoi des ouvriers chinois sont sur terre pour passer une vie de labeur sans jamais s'arrêter sauf pour dormir et pour un salaire de misère qui ne leur permet même pas de profiter de la vie ? Pourquoi la vie humaine n'a aucune valeur pour certains ? Pourquoi l'homme exploite l'homme ?

 

sensdemavie.JPG

 

Je ne sais pas si je fais ma mid life crisis comme on dit, si mes 45 ans qui paraissent être la moitié de ma vie y sont pour quelque chose. Le fait d'être maman a accentué toutes ces pensées. Pourquoi donner la vie à quelqu'un d'autre ? Pourquoi en dehors du fait que l'on a envie d'aimer et d'être aimé par ses enfants, on le ferait inconsciemment pour continuer à peupler la planète ? Cette idée ne m'a jamais effleuré l'esprit, jamais je n'ai pensé à faire un enfant pour que tout cela continue mais une partie de l'humanité doit bien y penser non ? On es programmé pour recommencer le cycle de la vie ?

 

Ces derniers temps je n'arrête pas de penser à la mort, la mienne, celle des autres. Cela ne m'empêche pas de vivre mais fait encore une fois retourner mon cerveau dans tous les sens. Est ce que je vais aller assez loin pour voir grandir ma fille et la voir devenir peut être mère à son tour ? Est ce que je vais arriver vieille et en bonne santé ? Est ce que je saurais que ça y est le moment est venu mais surtout est ce que j'aurais le sentiment que j'ai achevé quelque chose, que je suis allée au bout et que la seule réponse c'est la fin de la vie ? Saurais-je être sereine quand le moment sera venu ? Serais-je fière de moi ?

 

creation.JPG

 

Je crois aussi que la tournure que prend le monde me fait peur et que tout ça fait encore plus cogiter. Mais je n'ai pas peur moi mais bien pour ma fille, pour les enfants de mon frère, pour les futurs enfants de ma soeur, pour tous les enfants à venir. Dans quel monde on les fait venir, quel monde on va leur laisser ? Sauront-ils se défendre et se protéger contre les intégrismes de tous côtés, contre toute cette violence qui surgit n'importe où et n'importe quand ?

 

Est ce que lorsqu'on est croyant on se pose toutes ces questions ? Est qu'on vit mieux sans se poser aucune question ?

 

J'aime la vie, j'aime tout ce qu'elle m'apporte, je veux aller le plus loin possible hein ! Je serais même du genre à aller très loin si les vampires existaient vraiment ! En tout cas c'est fatigant de se poser toutes ces questions et de ne pas avoir de réponse. Quand je suis allée voir l'exposition Dali à Beaubourg je suis tombée sur cette phrase à la fin de l'expo qui résume exactement ce que je pense : "Je réclame une vie dans l'au-delà avec persistance de la mémoire. Je veux bien renoncer aux béatitudes éternelles pourvu que dans l'éternité je me souvienne de tout !"

Quand j'ai lu ça, j'ai eu un flash et je me suis dit que voilà, c'était exactement ça. Il a mis le doigt là où j'ai mal. La fait qu'après tout est fini et que l'on ne se souvienne de rien une fois qu'on meurt. C'est bête et naïf de dire ça oui mais si on pouvait partir avec nos souvenirs et notre mémoire tout serait différent ici. La persistance de la mémoire... Je sais bien que tout cela signifie qu'il faut profiter de l'instant présent, que ce qui est pris est pris et je mets ces principes en application dès que possible.

 

Est ce que je la fais cette mid life crisis ? Vous y pensez vous au sens de la vie ou vous préférez ne pas y penser justement ?

 

marche.JPG

Par Carole Nipette - Publié dans : Les réflexions existentielles d'une maman
Ecrire un commentaire - Voir les 20 commentaires
Lundi 18 mars 2013 1 18 /03 /Mars /2013 07:07

photo-3.JPG

 

Elle est comment ma fille de 7 ans ? 7 ans et demi en fait mais on va pas chipoter...

Ma fille de 7 ans est adorable, espiègle, fripouille, entêtée, compatissante, gentille, pénible, rigolote, énergique, pleine d'idées, touchante, fofolle, tyran, câline, amoureuse, curieuse, pipelette... 

Impossible de s'ennuyer, elle passe d'un état à l'autre sans arrêt !

 

Rigolote quand elle passe son temps à me faire des blagues, à réclamer des chatouilles, à sautiller sur place pour demander ce qu'elle veut en disant "steuplait, steuplait, steuplait..." comme un ressort sur pattes !

 

Fripouille, elle sait comme personne utiliser son sourire de crapule pour se faire pardonner d'une bêtise même pas énorme...

 

Entêtée, j'ai beau lui expliquer dix fois qu'elle a tort, elle ne veut rien entendre. Son ton péremptoire m'énerve et je tente de garder mon calme pour lui prouver, par exemple, que ses souvenirs sont faux parfois...

 

Compatissante quand on marche dans la rue et que l'on croise des SDF ou avec ses copines qui ont des soucis à l'école ou dans leur vie à la maison...

 

Attendrissante quand elle décore toutes les poignées de l'appartement avec des accrochages de Noël, quand elle met du coeur dans tout ce qu'elle fait, quand elle récite sa poésie ou chante avec sa petite voix, une autre voix que je ne lui connais qu'en ces occasions... Ou quand elle joue à la maman avec son petit cousin...

 

photo-1.JPG

 

Pénible quand elle fait sa fière pour des choses qui n'en valent pas la peine, quand elle fait son insolente et hausse le ton parce qu'elle n'est pas contente. Bon ça se finit toujours par un câlin mais il y aura eu des décibels inutiles, dommage !

 

Touchante quand elle se fait des copines pour la vie en deux secondes, quand elle me laisse des mots doux dans mes carnets, quand elle m'écrit des poèmes...

 

poeme.jpg

 

Tyran quand elle m'ordonne de me taire si je fredonne ou qu'elle hurle dans l'appartement "Mamaaaaaaaaan viens !"

 

Amoureuse mais j'ai du mal à suivre, ça change mais en fait ça ne change pas et puis si et même amoureuse des acteurs comme celui qui joue dans la série Merlin...

 

Ma fille de 7 ans et demi elle grandit et se dirige lentement (trop vite à mon goût !) vers d'autres horizons de la pré adolescence. Elle chante de plus en plus en prononçant de mieux en mieux les paroles en anglais, elle fait sa playlist sur iTunes et danse en écoutant quinze fois de suite le dernier tube de Jennifer. Elle veut aller voir des films de zombie au cinéma, elle supplie même... Elle réclame le disque des BB Brunes...

Elle comprend tellement de choses de la vie déjà...

 

photo-2.JPG

 

 

Adorable souvent, un amour tout le temps ou presque, intéressante et intéressée, logique ou instinctive, ma fille de 7 ans je la découvre chaque jour sous un nouveau jour et j'aime ça !

Par Carole Nipette - Publié dans : Les réflexions existentielles d'une maman
Ecrire un commentaire - Voir les 25 commentaires

Retrouvez moi ailleurs

 twitter-nipette.jpg facebook nipette fluxrssnipette.jpg

hellocoton nipette  Instagram-20-icon 

Concours en cours

Rechercher

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés