Call me by your name, Lady Bird / Revue de films

Publié le 8 Mars 2018

Call me by your name, Lady Bird / Revue de films

Call me by your name de Luca Guadagnino

"Été 1983. Elio Perlman, 17 ans, passe ses vacances dans la villa du XVIIe siècle que possède sa famille en Italie, à jouer de la musique classique, à lire et à flirter avec son amie Marzia. Son père, éminent professeur spécialiste de la culture gréco-romaine, et sa mère, traductrice, lui ont donné une excellente éducation, et il est proche de ses parents. Sa sophistication et ses talents intellectuels font d’Elio un jeune homme mûr pour son âge, mais il conserve aussi une certaine innocence, en particulier pour ce qui touche à l’amour. Un jour, Oliver, un séduisant Américain qui prépare son doctorat, vient travailler auprès du père d’Elio. Elio et Oliver vont bientôt découvrir l’éveil du désir, au cours d’un été ensoleillé dans la campagne italienne qui changera leur vie à jamais..."

 

Elio est fasciné par Oliver. Il observe avec un mélange d'admiration et d'agacement ce grand américain nonchalant, à l'aise dans toutes les situations, élégant et au charisme naturel qui agit sur tous les hôtes.

Elio se cherche mais on sent clairement qu'il est attiré par Oliver et que c'est réciproque. Un petit jeu de chat et souris, une ignorance calculée jusqu'à ce que ce soit trop dur de tourner autour du pot...

Une sensualité se dégage de chaque plan, on se laisse entrainer dans cette langueur estivale, cette léthargie douce, cet été des expériences... Elio et surtout Oliver vont vivre une parenthèse enchantée Elio est un  adolescent qui devient un homme, qui hésite, qui doute, qui s'interroge et qui veut vivre les choses à fond, comme on le fait quand on a 17ans. Oliver reste plus prudent au départ et on le comprend, cette relation ne pourrait pas être comprise et acceptée par tout le monde.

"Call me by your name" est une sublime histoire d'amour ente deux êtres qui se trouvent être des hommes mais cela ne les définit pas... "parce que c'était lui, parce que c'était moi"....

Je ne sais pas si on peut trouver une meilleure représentation de ce farniente, de cette fameuse dolce vita à l'italienne qu'en regardant ce film. Ces longs étés au soleil, la vie de famille qui s'écoule doucement entre repas, jeux, baignades, lectures, déambulations. Ces étés où l'on ne se préoccupe de rien d'autre que de passer du bon temps. Un film qui ne pourrait se passer de nos jours, impossible que personne ne sorte son portable, sa tablette, son lecteur de mp3, ne consulte ses réseaux sociaux, ses mails...

Surprise de voir au générique le nom de James Ivory au scénario et en même temps tout à fait le genre d'histoire qu'il aurait pu mettre en scène.

Un film qui prend au coeur et au corps (copyright Laurent Voulzy !)

Pourquoi j'y suis allée : la bande annonce m'avait happée et je suis archi fan de Armie Hammer depuis ses débuts au cinéma...

Call me by your name, Lady Bird / Revue de films

Lady Bird de Greta Gerwig

"Christine « Lady Bird » McPherson se bat désespérément pour ne pas ressembler à sa mère, aimante mais butée et au fort caractère, qui travaille sans relâche en tant qu’infirmière pour garder sa famille à flot après que le père de Lady Bird a perdu son emploi."

 

Un film sur l'adolescence mais qu'on n'a pas le sentiment d'avoir déjà vu mille fois. Facile de s'identifier à la fois à Lady Bird, à ses questionnements sur la vie, à ses paradoxes, à ses envies, à son expérience de l'amour et du sexe tout autant qu'à sa mère avec qui les rapports sont très compliqués (surtout quand on est mère et qu'on une fille adolescente...)

Lady Bird se sent à l'étroit dans sa ville de Sacramento, à l'étroit dans son école catholique, à l'étroit dans sa famille... Elle a d'autres projets et va se donner les moyens de les réaliser. Cette jeune fille qui a tout de l'attitude d'une rebelle, ne l'est pas plus que ça. Elle a les mêmes aspirations de vie meilleure que plein d'autres, les mêmes rêves d'amour, les mêmes envies d'ailleurs...

Un très joli portrait d'adolescente, sans chichis, sans mièvreries et sans filtres. J'ai trouvé que les rapports mères filles étaient vraiment durs et parfois on a du mal à comprendre la mère qui est toujours dans le conflit et la négation. Pour une fois c'est l'ado qui met de l'eau dans son vin, qui arrondit les angles... J'ai bien aimé aussi le fait que l'histoire se passe dans une famille très modeste et que ce soit un vrai sujet, le manque d'argent, les conséquences sur la famille, les études...

 

Pourquoi j'y suis allée : pour voir le premier de Greta Geriwg que j'aime beaucoup en tant qu'actrice et pour le sujet.

Rédigé par Carole Nipette

Publié dans #Sorties culturelles... de maman - critiques cinéma.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Sysyinthecity 09/03/2018 21:44

on entrnd beaucoup parler de call me by your name mais il ne m'attire pas, par contre Lady Bird pourrait me plaire

mama twins 09/03/2018 10:47

Call me by your name me dit beaucoup plus que le second. Merci pour la découverte.

Mademoiselle Farfalle 08/03/2018 14:05

Tu le sais, je suis tombée amoureuse de Call me by your name. J'ai tellement envie de le revoir <3
J'avoue que même si j'ai vu la bande annonce plusieurs fois, Lady Bird ne me tente pas trop...

Carole Nipette 08/03/2018 22:19

Oui je sais :) Lady Bird a pourtant beaucoup de charme et quelque part je trouve que la bande annonce induit un peu en erreur sur le personnage...

Maman@home, blog de maman 08/03/2018 13:14

Quand tu parle sde Call me by your name je sens une ambiance de douces vacances, ça me ferait tellement de bien et le second j'ai très envie d'aller le voir, je suis certaine de ne pas être déçue et tu me confortes dans cette idée :-)

Carole Nipette 08/03/2018 22:20

pour l'ambiance de douces vacances tu seras servie ! tu me diras si tu vois les deux :)