Au poste, Joueurs, Parvana, Sicario La guerre des cartels et Love, Simon / Revue de films

Publié le 12 Juillet 2018

Au poste, Joueurs, Parvana, Sicario La guerre des cartels et Love, Simon / Revue de films

Au poste de Quentin Dupieux

"Un poste de police. Un tête-à-tête, en garde à vue, entre un commissaire et son suspect. "

Le nouveau Quentin Dupieux c'est un peu une madeleine au cinéma. Si on aime son univers, on sait que quoi qu'il arrive on va passer un bon moment, on sera surpris, étonné et normalement on aura de quoi rire ou sourire...

J'ai déjà dit tout le bien que je pense de lui lors de la sortie de Réalité, je ne vais donc pas me répéter !

Encore une fois il surprend en situant l'action du film dans un commissariat avec néanmoins quelques échappatoires. On pense à Garde à vue mais à la place de Serrault/Ventura on a Benoit Poelvoorde et Grégoire Ludig, on est donc là pour rigoler... ou pas... qui sait... Il ne faut pas se fier aux apparences. Ce commissaire qui a l'air bête mais qui arrive subtilement où il veux, ce coupable qui a l'air innocent mais qui a l'air trop innocent pour l'être, en fait on ne sait jamais où on en est et c'est bon de se torturer l'esprit pour essayer de piger où Quentin Dupieux veut nous emmener. Mais est-ce qu'on pige vraiment ? Est ce qu'il n'est pas en train de nous retourner l'esprit avec son savoir-faire dont il a le secret ?

Tout est trop gros, trop absurde, trop fou mais surtout trop drôle. Qui a dit qu'un interrogatoire était barbant ? Surtout quand celui qui pose les questions est un Benoit Poelvoorde au sommet de sa forme !

Pourquoi j'y suis allée : pour voir le nouveau Dupieux !

Au poste, Joueurs, Parvana, Sicario La guerre des cartels et Love, Simon / Revue de films

Joueurs de Marie Monge

"Lorsqu'Ella rencontre Abel, sa vie bascule. Dans le sillage de cet amant insaisissable, la jeune fille va découvrir le Paris cosmopolite et souterrain des cercles de jeux, où adrénaline et argent règnent. D’abord un pari, leur histoire se transforme en une passion dévorante."

Je n'ai jamais joué ailleurs que dans les casinos de vacances, mais je connais un peu l'univers et je sais les ravages causés par un vrai joueur, par un accroc qui n'a plus aucun sens des réalités ni des gens qui l'entourent. On plonge avec Ella dans le monde d'Abel, un monde où rien d'autre ne compte que le jeu malgré les mots qui contredisent cet état de fait. Ella est fascinée par Abel qui ne vit que pour les palpitations présentes, qui ne se pose pas de questions, qui ne s'encombre pas d'une conscience quand il blesse ses proches... Aussi grand séducteur qu'il est manipulateur, Abel entraine Ella dans un puits sans fond et Ella, complètement paumée, se laisse faire. L'amour réunit ceux qui sont fait pour s'entendre même quand c'est pour le pire...

Evidemment elle l'aime mais si elle n'avait pas aussi peu confiance en elle, ça ne marcherait pas et Abel sait repérer ceux qui se laisseront emporter... On se demande qui des deux est le plus addict, lui au jeu ou elle à lui ?

Le film réussit à montrer cette relation toxique, l'addiction au jeu et ses conséquences, l'histoire d'amour manque parfois de souffle, quelques longueurs aussi... Mais l'interprétation énorme de Tahar Rahim (sa partenaire Stacy Martin n'est pas en reste) donne au film une puissance électrique...

Pourquoi j'y suis allée : pour le sujet et Tahar Rahim

Au poste, Joueurs, Parvana, Sicario La guerre des cartels et Love, Simon / Revue de films

Love, Simon de Greg Berlanti

"On mérite tous une première grande histoire d’amour. Pourtant pour le jeune Simon, c’est compliqué. Il a une vie normale, dans une famille qu’il adore, et est entouré d’amis extraordinaires, mais il garde pour lui un grand secret : personne ne sait qu’il est gay et il ne connaît pas l’identité de son premier coup de coeur, avec qui il communique en ligne. Alors que son secret est menacé d’être révélé, la vie de Simon bascule dans une aventure aussi drôle que bouleversante... Ses amis prendront alors une place essentielle pour l’aider à changer sa vie et découvrir le premier amour."

Un teen movie frais et sympathique à voir sans souci avec ses pré-ados et ados ! L'occasion de parler de la différence, la tolérance et (encore et jamais assez) de l'utilisation des réseaux sociaux et de leurs conséquences... Un teen movie classique qui ressemble aux autres avec son lycée, ses bandes de potes, ses parias, ses populaires, ses fêtes, ses amitiés... mais pourtant c'est la première fois que le roi du bal pourra être accompagné de son prince !

Le film est "gentil" et ne montre pas une réalité scolaire ou familiale qui peut-être bien plus dramatique, c'est vrai, mais pour une fois qu'un film grand public aborde le sujet de l'homosexualité adolescente aussi naturellement on ne peut que se réjouir. En tout cas moi, ça me réjouit !

Love, Simon aborde aussi la question du coming-out, ce qu'on peut ressentir quand il est forcé et subi.. plus généralement la question du secret, avec qui on partage et comment...

Un casting chouette avec notamment des têtes connues de 13 Reasons Why...

Pourquoi j'y suis allée : pour le sujet et pour un voir un film avec ma fille

Au poste, Joueurs, Parvana, Sicario La guerre des cartels et Love, Simon / Revue de films

Parvana de Nora Twomey

"En Afghanistan, sous le régime taliban, Parvana, onze ans, grandit à Kaboul ravagée par la guerre. Elle aime écouter les histoires que lui raconte son père, lecteur et écrivain public. Mais un jour, il est arrêté et la vie de Parvana bascule à jamais. Car sans être accompagnée d’un homme, on ne peut plus travailler, ramener de l'argent ni même acheter de la nourriture.
Parvana décide alors de se couper les cheveux et de se travestir en garçon afin de venir en aide à sa famille. Risquant à tout moment d'être démasquée, elle reste déterminée à trouver un moyen de sauver son père. Parvana est un conte merveilleux sur l'émancipation des femmes et l'imagination face à l'oppression."

Un très beau film d'animation sur un sujet grave, le régime des Talibans et la liberté individuelle. Le graphisme est vraiment beau et la violence des situations fait froid dans le dos. Autant de haine et d'injustice envers les femmes (et tout ça encore et toujours à cause de la religion) en Afghanistan et ailleurs... Le film porte un beau message d'espoir et même sous les régimes les plus terribles, il y a de l'humanité. Comme le dit Parvana "Ce sont les individus qui font un pays"...

Parvana est une petite fille (déjà une femme pour certains talibans pervers) futée, éduquée et qui ne veut pas accepter une situation tellement injuste. Elle est têtue et prend des risques, elle représente toutes celles qui le font tous les jours dans le monde, pour échapper quelques instants à leur vie imposée... On se révolte avec elle, on tremble avec elle et on a envie de hurler devant la violence et la bêtise de ces incultes religieux de tous pays...

La voix de Parvana est interprétée par l'actrice iranienne Golshifteh Farahani, qui elle-même à 14 ans, sortait dans les rues habillée en garçon...

Il y avait des petits dans la salle, ils ont bien bougé sur leurs fauteuils... Ce n'est pas vraiment un film pour les enfants mais il peut être vu par des enfants à partir de 9-10 ans.

Pourquoi j'y suis allée : pour le sujet et le graphisme

Au poste, Joueurs, Parvana, Sicario La guerre des cartels et Love, Simon / Revue de films

Sicario, la Guerre des cartels de Stefano Sollima

 
"Les cartels mexicains font régner la terreur à la frontière entre le Mexique et les États-Unis. Rien ni personne ne semble pouvoir les contrer. L'agent fédéral Matt Graver fait de nouveau appel au mystérieux Alejandro pour enlever la jeune Isabela Reyes, fille du baron d'un des plus gros cartels afin de déclencher une guerre fratricide entre les gangs. Mais la situation dégénère et la jeune fille devient un risque potentiel dont il faut se débarrasser. Face à ce choix infâme, Alejandro en vient à remettre en question tout ce pour quoi il se bat depuis des années… Interdit aux moins de 12 ans"
 
Benicio del Toro et Josh Brolin ça fait rêver et en effet ils sont biens, surtout Benicio qui tient le film tout seul sur son personnage. Le film commence bien, c'est crédible, ça fonctionne et on croit vraiment que le scénario a un sens. Mais en fait non, ça bascule d'un coup et tout ce qu'on a vu avant ne sert strictement à rien si ce n'est à annoncer qu'il y aura une suite, une vengeance !
Grosse déception donc... pourtant il y a des petites histoires dans la grande qui valent le coup notamment sur la fille du caïd et l'ado de bonne famille qui vire chef de gang...
Je sais bien que ce n'est pas Denis Villeneuve qui a réalisé ce second volet, pourtant j'avais déjà trouvé le premier Sicario vide de sens malgré une réalisation géniale... Là c'est pire...
Je sais néanmoins que j'irai voir le troisième... cherchez pas !
 
Pourquoi j'y suis allée : pour les acteurs et le pitch

Rédigé par Carole Nipette

Publié dans #Sorties culturelles... de maman - critiques cinéma.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Sysyinthecity 12/07/2018 19:01

je reve de pouvoir reprendre à aller autant au ciné :)

Carole Nipette 12/07/2018 22:41

dès que j'ai deux heures sans rien d'obligatoire sur le plan perso, j'y vais !

Aurélie Cagnades 12/07/2018 13:26

Et tu as vu tous ces films ???
Un jour j'irais au cinéma... un jour ! lol

Carole Nipette 12/07/2018 22:41

Ben oui ! quand j'ai une journée à moi je me fais trois films d'affilée ! j'aime vraiment aller au cinéma :)

Girls n Nantes Eva 12/07/2018 13:04

coucou

je n'ai pas vu de films depuis des plombes... J'avoue que depuis Netflix on ne regarde que des séries :)
mais ta sélection bien sympa me donne envie d'en regarder encore à nouveau <3

Carole Nipette 12/07/2018 22:39

Je regarde des films et des séries !

KA 12/07/2018 11:37

Pourquoi j'y suis pas encore allée????
Tu es cinéphile en effet. Belle sélection

Carole Nipette 12/07/2018 12:18

:)