Séries en série... OCS, Canal + et mini séries - Mars/Octobre 2020 - Part 2

Publié le 12 Novembre 2020

OCS

Euphoria  S1 💜

Après un séjour dans un centre de désintoxication, Rue Bennett, 17 ans, fait son retour au lycée. Le jour de la rentrée, elle fait la rencontre de Jules, une jeune femme trans, avec qui elle commence à tisser des liens très forts. Les deux filles, ainsi que leurs camarades de classes et amis, évoluent dans un univers où la jeunesse n'a presque plus de tabou : les relations amoureuses se défont aussi vite qu'elle se font, les réseaux sociaux sont omniprésents, les névroses et secrets de chacun sont exposés aux yeux de tous et la drogue est facile d'accès.

Quand on a 17 ans on cherche un sens à son existence et on se cherche. Parfois grâce à la drogue, parfois grâce au sexe, parfois grâce à la violence... La série explore tous les tabous de la jeunesse et sans prendre de gants. C'est dur, frontal et on peut trouver que c'est trop mais pour moi c'est un condensé de tout ce qui peut passer par la tête de nos grands ados en quête de sens. Un casting de jeunes pousses 100% extra, ils sont tous géniaux mais Zendaya explose littéralement en interprétant le rôle de Rue comme si sa vie en dépendait... On a tellement envie que Rue se sorte de son addiction désespérée à la drogue et le parcours est vraiment dur malgré l'amour de ses proches. Toute cette bande d'ados est attachante malgré leurs travers, on a envie qu'ils deviennent des adultes sereins et qu'ils se sortent des schémas (souvent parentaux...) destructeurs dans lesquels ils évoluent... Une teen série pas comme les autres qui aborde harcèlement, violence, viol, avortement, transsexualité, drogues, réseaux sociaux, pornographie... Un choc à tous les niveaux sur la forme et sur le fond, une série qui entre à l'intérieur de toi... (produite par Drake).

J'ai d'autres séries en cours sur OCS comme Watchmen, Lovecraft Country... et la récente The Undoing...

Canal Plus

Homeland S8 et final 💜

Carrie est hospitalisée au Landstuhl Regional Medical Center, où elle se rétablit de ses semaines de torture dans les prisons russes tout en suivant les procédures pour être réintégrée au sein de la CIA. Elle est soupçonnée de trahison pendant les semaines où son trouble l'a rendue confuse et dont elle ne se souvient pas. Pendant ce temps, Saul est en Afghanistan en tant que Conseiller à la Sécurité Nationale où il dirige les négociations de paix avec l'Afghanistan...

Une dernière saison remarquable où l'on retrouve les comportements limites de Carrie, les relations compliquées avec Saul et la géopolitique passionnante. La série a carrément été visionnaire, l'actualité réelle semblait inspirée de la série sur l'accord US-Afghanistan presque au même moment...

Homeland restera pour moi une immense série du début à la fin, huit saisons au top avec des personnages différents des séries d'espionnage habituelles.

Un final absolument magnifique, bouleversant à la hauteur de ces 8 saisons que j'ai tellement aimé suivre. Rare sont les séries qui réussissent une conclusion parfaite...

 

Killing Eve - Saison 3

Le jeu du chat et de la souris entre Villanelle et Eve semble terminé : Villanelle, la tueuse à gage aujourd’hui sans contrat, pense qu’Eve est morte. Tandis qu’Eve, l’ex-agent du MI6, s’imagine que Villanelle ne la retrouvera jamais. Mais leurs routes vont se recroiser à la suite un décès tragique...

Une saison 3 qui démarre d'une façon inattendue et bouleversante. On retrouve Eve complètement paumée et seule après les péripéties de la saison 2. Mais elle ne va pas rester longtemps loin de Villanelle. Cette saison nous entraîne en Russie dans le passé et la jeunesse de Villanelle, cela nous fera comprendre pas mal de choses sur ce qu'elle est devenue adulte... Une fin qui nous laisse avec pas mal de questions sur cette relation passionnante et mystérieuse entre les deux femmes... Cette saison trois est moins forte que les deux premières mais j'aime toujours autant. Une saison 4 (la dernière?) est annoncée mais retardée à cause du virus...

 

Le Bureau des Légendes S5

JJA, le directeur de la sécurité interne, a repris la direction du Bureau des légendes pour y mettre de l'ordre tandis que Marie-Jeanne a préféré s'éloigner de Mortier et tester sa résistance au stress sur le terrain en Égypte. Pendant ce temps, Malotru se remet de son "accident" à Moscou qui tente de le recruter...

J'ai fini la saison 5 du "Bureau des légendes" et comme beaucoup, les deux derniers épisodes m'ont un peu déçue. Comment des espions qui en 5 saisons nous ont habitué à une certaine excellence dans leur métier deviennent aussi négligents en si peu de temps ? Eric Rochant a passé le flambeau à Jacques Audiard sur la fin mais ne fallait-il pas attendre un peu de finir la saison ? Bon, ça reste une très bonne série mais c'est troublant un changement aussi radical sur une fin de saison...

 

Engrenages S4-S8 et final

À travers les personnages d'un jeune procureur, d’une capitaine de police, d’un juge d'instruction et d'une avocate pénaliste, cette série décrit la vie du palais de justice de Paris, ses rouages, ses acteurs, ses petites combines. La série est censée montrer de la façon la plus réaliste possible la procédure pénale française.

J'ai profité de mon arrêt maladie et de week-ends repos pour rattraper enfin mon retard d'autant que la saison 8 venait d'arriver en septembre... J'ai revu la 4 parce qu'il fallait que je me remémore le contexte, les relations entre les personnages, après 8 ans de pause ! C'est clair que cette série m'a appris beaucoup sur les relations de la police avec la justice et je ne pensais pas que les juges d'instruction avaient autant de pouvoir (et pas toujours assez de discernement, je trouve la série un peu à charge sur cette profession...)

Une grande série policière française qui m'a pourtant souvent agacée tellement les personnages principaux ont un côté détestable. Oui ils ont leurs failles qui leur font faire n'importe quoi que ce soit dans le boulot ou la vie privée mais j'avais souvent envie de les baffer. J'ai réussi à apprécier sans détours la capitaine Berthaud à la saison 8, enfin elle réussit à lâcher prise et c'est beau. Ce que j'ai préféré dans la série c'est l'évolution des personnages tout du long, que ce soit celui de Laure ou de Joséphine Karlsson mais aussi de tous les autres. Mon chouchou c'est Pierre Clément (quelle originalité !) et je n'étais pas prête à son évolution à lui dans la saison 6. Le choc total... Il y tellement à dire sur la richesse de cette série, sur le milieu de la justice, la violence (qu'on espère exagérée mais on sait bien que non...)...

This is us S4

On retrouve toute la famille Pearson pour un nouveau départ. Randall et Beth se sont installés à Philadelphie pour leurs nouvelles carrières, tandis que Toby et Kate s'essaient à leur nouveau rôle de parents. Ils sont aidés par Rebecca qui s'est installée en Californie. Kevin, tente de rester sobre après sa rupture avec Zoe et participe au tournage d'un nouveau film à Hollywood...

Les saisons sont longues et tous les épisodes ne se valent mais j'aime cette famille et la façon dont sont racontées leurs histoires entre présent, flashbacks et même sauts dans le futur qui donnent le vertige. This is us reste une très belle série sur la famille et sur l'Amérique d'aujourd'hui. Les doutes, les amours, les couples, l'éducation des enfants, les relations aux parents, les galères, les questions existentielles... et une famille Pearson qui n'a pas encore réglé tous les non-dits...

Je suis en train de regarder la saison 5 qui vient de débuter on se croirait dans la réalité avec covid et la mort de Georges Floyd dans les deux premiers épisodes... Je me demande comment ça va évoluer...
 

Validé S1

Un jeune rappeur talentueux, épaulé par ses deux amis d'enfance, se retrouve du jour au lendemain "validé" par une des stars du milieu. Seulement, cette alliance se transforme rapidement en une dangereuse rivalité...

Quand j'ai commencé j'ai validé 5 épisodes à la suite ! Ils sont courts mais je suis tombée dedans assez vite. Le trio amis d'enfance est attachant et on découvre un univers que l'on connait que de l'extérieur. Je suis assez fan de la nouvelle vague rap français, j'ai retrouve pas mal de choses dans la série ainsi que du bon son !

Les mini-séries

Unorthodox 💜 sur Netflix

À dix-neuf ans, Esty, issue d'une famille juive ultra-orthodoxe de New-York, décide de fuir sa communauté un an après son mariage arrangé avec Yanky Shapiro. Elle part secrètement pour Berlin où vit sa mère depuis qu'elle a elle-même quitté la communauté... La série est une adaptation des mémoires de Deborah Feldman, publiées en 2012, où elle raconte sa rupture avec sa communauté hassidique.

C'est l'histoire d'une naissance et d'un envol, d'une liberté trouvée... Je connais très bien les coutumes religieuses de ces communautés je n'ai donc pas été surprise mais par contre, je suis toujours révoltée par ces pratiques (idem pour toutes les communautés intégristes du monde entier peu importe la religion...). Il en faut du courage et de la détermination pour tout quitter et partir de zéro, apprendre la vie à l'extérieur, la technologie, les relations amicales ou amoureuses... Esty est un bébé qui vient de naître. Elle doit tout apprendre et surtout remettre en question tout ce qu'elle pensait acquis. La femme qu'elle est, a été totalement niée que ce soit par son mari, sa belle-mère et sa propre famille... On va assister à son éclosion à tous les niveaux et c'est émouvant, une leçon de vie magnifique, bouleversante incarnée par une actrice extraordinaire, Shira Haas.

 

Years and years  sur Canal + 💜

La vie des Lyons, une famille de Manchester, racontée sur 15 ans alors que la Grande-Bretagne se retire de l'Europe et qu'un nouveau monde émerge dans des contextes politiques et économiques instables et les nouvelles technologies qui se développent. Vivienne Rook, une célébrité rebelle devenue une femme politique majeure, divise l'opinion par ses prises de position controversées.

Une série brillante qui m'a complètement assommée par son côté prémonitoire et trop réaliste, terrifiant même. L'impression de voir notre monde dans un miroir... Qu'est-ce qui m'a pris de regarder ça pendant le premier confinement ?!

Mais il faut reconnaître la force de la série, l'acuité d'analyse de notre monde et de tout ce qui se passe que ce soit sur les plans de l'environnement, des montées du populisme, des sujets de société sur les migrants, l'engagement, la résistance, la solidarité, la crise économique... Une vraie claque...

 

Little fires everywhere 💜 sur Amazon Prime Video

Mia Warren arrive dans le quartier de Shaker Heights dans l'Ohio avec sa fille, Pearl, une lycéenne très douée et qui a un don pour écrire des poèmes. Mère célibataire, Mia est artiste et photographe, ce qui l'oblige à souvent déménager pour trouver l'inspiration, ce qui ne plaît pas forcément à Pearl. Elles s'installent dans une belle demeure louée par Elena Richardson. En apparence, Elena semble être la mère de famille parfaite, avec un mari avocat et des enfants à l'avenir tout tracé. Les enfants Richardson tissent d'ailleurs assez vite un lien amical avec Pearl. Néanmoins, Mia et Elena vont commencer se méfier l'une de l'autre...

C'est l'adaptation du best-seller éponyme de Celeste Ng. Un très beau duo d'actrices entre Reese Witherspoon et Kerry Washington qui jouent deux mères protectrices que tout oppose. Une série intrigante qui explore la maternité, le racisme et la différence sociale. Rien ne parait ce qu'il est, on navigue entre les secrets bien enfouis et les apparences qui comptent plus que tout dans certains milieux. Ces deux mères sont bouleversantes chacune à leur manière. Les relations mères et ados sont décortiquées sous différents aspects et on va de surprises en surprises. J'ai adoré cette mini-série dramatique avec deux actrices magnifiques.

 

Hollywood 💜 sur Netflix

À Los Angeles, années 40-50, un groupe d'artistes est prêt à tout pour démarrer une carrière dans le cinéma. En plein âge d'or hollywoodien, ils vont découvrir les coulisses d'une industrie remplie d'inégalités notamment envers les personnes de couleur, les femmes ou les homosexuels… Ils vont donc devoir se battre pour réaliser leurs rêves.

Un vrai bonheur de série avec du rire, des émotions et un casting tellement chou. J'ai passé un très très bon moment dans une revisite de l'histoire des grands studios hollywoodiens. La série mélange faits réels et fiction notamment avec des gens de cinéma ayant réellement existé comme Rock Hudson, Henry Willson, Anna May Wong, Tallulah Bankhead ou Hattie McDaniel (très émouvantes les scènes avec elle d'ailleurs...). Esthétiquement c'est sublime mais comme souvent avec Ryan Murphy à la création (et quand on a vu Ratched on pense à Hollywood... on pourrait se dire que Ratched a été tourné dans la foulée et se passe en simultané dans une autre région...). Et surtout la série est jouissive sur la revanche des exclus qui conquièrent Hollywood malgré leur couleur de peau ou leur sexualité. Un pied de nez à la réalité historique qui fait du bien au moral. Une série feel good d'une beauté renversante...

 

The Plot against America 💜 sur OCS

David Simon, créateur de The Wire et The Deuce, revient avec une minisérie adaptée du roman de Philip Roth. The Plot Against America imagine une histoire alternative de l'Amérique où l'aviateur Charles Lindbergh, héros national xénophobe et populiste, est élu président des Etats-Unis en 1940, plongeant le pays dans le fascisme. La série suit ces bouleversements politiques à travers le destin d'une famille juive du New Jersey.

Une histoire dans le passé mais qui bien froid dans le dos quand on l'imagine dans le monde d'aujourd'hui. Les mécanismes de la plongée du pays dans le fascisme sont montrés simplement et quand on voit la vitesse à laquelle ça prend...

On suit une famille juive élargie et chaque protagoniste qu'il soit enfant ou adulte va vivre cette transformation du pays différemment. On retrouve les comportements qu'on pourrait tous avoir dans ce genre de situation : la peur, la collaboration, le courage de résister, la résignation, le déni...

Une série qui fait bien réfléchir sur notre monde et notre humanité...

 

Stateless 💜 sur Netflix

Quatre étrangers – une femme en fuite, un réfugié courageux, une fonctionnaire déterminée et un père en détresse – se croisent dans un centre pour migrants en Australie.

Une série qui m'a bouleversée en montrant le quotidien d'un camp de migrants en Australie. La détresse des gens qui y sont, leurs histoires personnelles, les raisons qui les ont poussé à fuir leurs pays et à risquer leurs vies... et les associations qui font ce qu'elles peuvent face à des directives inhumaines qui viennent de la direction ou du gouvernement. Inspirée d'une histoire vraie d'une australienne qui s'est retrouvée dans un centre suite à des soucis personnels et qui du coup a soulevé une vague d'enquêtes en Australie, la série mélange les genres avec efficacité. On suit les migrants mais aussi le personnel du centre, parfois violent et raciste, souvent désabusé et blasé... Les sacrifices, les compromis, l'engagement, l'injustice, la révolte... une série forte sur un sujet fort.

La série est co-créée par Cate Blanchett qui a voulu montrer les dérives de la politique d'immigration de son pays.

 

Dérapages sur Arte Tv et Netflix

Alain Delambre, ancien DRH efficace licencié il y a six ans pour son âge trop avancé, enchaîne les petits boulots et redoute le précariat. Un fol espoir renaît lorsque sa candidature retient l’attention d’un cabinet de recrutement pour un gros poste de DRH...

La série est inspirée du roman "Cadres noirs" de Pierre Lemaitre qui a aussi écrit le scénario. Je me souviens avoir bien aimé le roman lu il y a pas mal d'années. La série accroche, j'aime beaucoup Eric Cantona acteur. Manipulation, faux semblants, société en crise, révolte des laissés pour compte, une histoire ancrée dans un contexte social réaliste. J'aurais aimé une fin plus fun, un peu moins morale comme ça peut l'être dans une fiction mais un bon moment. La série n'est pas visible sur Arte sauf en VOD payante mais elle est maintenant sur Netflix.

Rédigé par Carole Nipette

Publié dans #Nipette en séries

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Papillote 15/11/2020 14:56

j'ai adoré years and years et le bureau des légendes, décue aussi par la fin. comme toi, j'ai trouvé que les personnages d'engrenage sont à baffer ! super série sinon. je n'ai pas encore regardé la dernière saison de killing eve

Carole Nipette 16/11/2020 20:57

Oui Engrenages est une série de qualité même avec des envies de baffer :)

sysyinthecity 12/11/2020 21:39

Unothordox m'a beaucoup ému. Homeland j'avais commencé à le regarder mais je ne suis pas allé jusqu'au bout :)

Féelyli 12/11/2020 20:25

J'ai beaucoup aimé Unorthodox, j'avoue ne pas connaitre les autres, merci pour toutes ces idées !

Carole Nipette 12/11/2020 20:42

J'espère que certaines séries de ma sélection te plairont !

Mademoiselle Farfalle 12/11/2020 15:36

J'en ai vus quelques unes. J'ai adoré Undorthodox.

Carole Nipette 12/11/2020 19:09

ça prend aux tripes Unorthodox...

Julesetmoa 12/11/2020 14:52

Merci pour cette liste ! je te rejoins sur Homeland. j'ai vraiment adoré et du coup j'ai du mal avec les autres que je vois. Je vais peut etre me laisser séduire par Holliwood tiens

Carole Nipette 12/11/2020 19:08

Oui laisse toi séduire ! c'est court et ça fait du bien :)

Morandmors 12/11/2020 12:10

Une sacrée liste, il faut que je recommence à regarder des séries

Carole Nipette 12/11/2020 14:26

pour moi ça reste un plaisir !

Girls n Nantes 12/11/2020 11:39

mais quel rythme !
J ai regardé Star Trek uniquement XD

Carole Nipette 12/11/2020 14:26

en 8 mois :) et j'ai beaucoup d'heures de transport !

Ka 12/11/2020 11:18

Vu DERAPAGES sur Arte. Eric Cantona au top. J'ai plutôt aimé. (Mais je n'en redemande pas)

Carole Nipette 12/11/2020 14:25

c'est pour ça que j'aime bien les mini-séries, un début, une vraie fin sans attendre des années et pas toujours ce besoin de faire des suites qui s'étirent...

Danièle C. 12/11/2020 09:17

Bonjour Nipette,
Je lis vos articles avec gourmandise, merci de ce partage, bises à vous et à Nina.
Danièle.

Carole Nipette 12/11/2020 14:24

Merci Danièle, des bises également !