On ne choisit pas sa famille...

Publié le 21 Mai 2021

On ne choisit pas sa famille et pourtant parfois il faudrait qu'on puisse avoir le choix. Avoir le choix de grandir et de vivre dans un environnement familial qui nous veut du bien. Pouvoir être qui on est, pouvoir aimer qui on a envie d'aimer, pouvoir s'habiller et se coiffer comme on veut, pouvoir s'intéresser à ce qu'on veut, pouvoir choisir sa religion, pouvoir s'en foutre de la religion.

En regardant la série It's a sin j'enrageais mais en regardant certaines personnes j'enrage aussi. Je me disais que vraiment la famille ne devrait pas être un frein, une contrainte, un poids en plus qu'on doit se trimballer en plus du poids de la société. J'ai une vision de la parentalité idyllique. On fait un enfant (dans la majorité des cas ça reste un choix), on l'élève, on est censé l'aimer comme il est et le soutenir quand le reste du monde se ligue contre lui. On est censé lui donner confiance en lui.

Et bien non, trop de parents chipotent, mon enfant n'est pas assez ça, mon enfant est trop ci, mon enfant n'est pas aussi bon à l'école que je l'aurais voulu, mon enfant est homosexuel et ça ne me convient pas, mon enfant veut être musicien et je veux qu'il soit avocat, ma fille sort avec un garçon qui n'est pas de notre monde (religion, couleur de peau...), etc etc... Et en plus de chipoter, des parents mettent des bâtons dans les roues, font des choses horribles qui n'ont rien à voir avec l'amour. Ne pas comprendre son enfant ou trouver qu'il est "anormal" ne justifient pas des comportements d'abus de pouvoir. "C'est pour ton bien", une phrase banale qui cache une réalité souvent effrayante. Les parents peuvent se transformer en démons sous couvert de protéger.

Il n'est pas toujours évident de trouver sa place dans la société, parmi les autres, il faut parfois luter, travailler dur, se donner à fond, douter, se remettre en question... et en plus certains doivent aussi se farcir une famille qui ne leur veut pas du bien. Quel enfer. Etre obligé de vivre dans une famille qui ne vous accepte pas comme vous êtes, avoir peur, se sentir mal avec les gens qui sont vos proches.

Je pense à toutes celles et ceux qui vivent sous le toit de tels parents, je leur souhaite de trouver la famille qui les acceptera et qui les aimera à l’inconditionnel... Une famille ce n'est pas que les liens du sang.

 

Rédigé par Carole Nipette

Publié dans #humeurs, #Les réflexions existentielles d'une maman

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

wondermomes 26/05/2021 11:30

C'est tellement vrai ce que tu dis là, quelle tristesse...

Féelyli 25/05/2021 18:01

Effectivement on ne choisit pas sa famille mais on doit apprendre à faire avec et tout le monde n'a pas la même tâche...

Papillote 25/05/2021 17:17

Trop de gens font des gosses pour de mauvaises raisons : pression sociale et famiale, faire comme tout le monde, penser qu'on a raté sa vie et espérer que son gosse fasse mieux et lui mettre la pression, s'ennuyer, se sentir seul et faire un gosse pour combler un vide, avoir besoin de contrôler quelqu'un (je me sens faible, mon enfant me voit comme un dieu tout puissant et j'ai l'autorité sur lui) besoin d'être aimé (un petit enfant aime son parent, même s'il est maltraitant), retenir le partenaire (si je lui fais un gosse, on est liés pour la vie) sans oublier les accidents, ceux qui n'osent pas avorter ou sont contre l'avortement et gardent un gosse qui sera mal aimé, se sentira de trop et souffrira toute sa vie, etc...

Girls n Nantes 25/05/2021 09:50

et oui on ne choisi pas sa famille
de mon côté j ai de la chance, ils ne jugent pas, j'espère que je suis pareil avec mes enfants

sysyinthecity 24/05/2021 20:21

c'est un sujet tellement délicat, aussi bien du côté des enfants que des parents ????

lily 23/05/2021 21:06

Comme je te comprend !!!! Içi nos ados nous disent que leurs amis adorent venir a la maison car nous essayons de ne pas les juger et que nous sommes des parents plutôt ouvert (voir très ouvert) sur beaucoup de sujets. Espérons que cela dur car la route est encore longue pour le moment pas encore l’étape petit copain ici mais a 17 ans avec la grande on s'y prépare et je veut pas faire subir ce que moi j’ai subit a la famille de mon cher et tendre on verra sur la longueur si ils sont toujours fiers de leurs parents hihihi

lily 23/05/2021 21:03

Comme je te comprend içi on a d erla