Les jours où j'ai perdu le goût et l'odorat

Publié le 2 Janvier 2023

Lors de mon premier covid j'avais gardé intact mon goût et mon odorat mais mon état permettait à peine que je puisse en jouir.

Un deuxième covid vient de s'inviter dans mon corps, beaucoup moins fort mais avec de la nouveauté. La perte de deux sens liés essentiellement à la nourriture mais pas uniquement.

Je ne m'en suis pas rendue compte tout de suite, étant à la maison en télétravail, avec des nuits moyennes et un appétit un peu diminué. C'est venu tout à coup lors d'un repas, j'ai été surprise de ne rien sentir. Puis pour l'odorat c'est venu par élimination on va dire, genre je ne sentais pas l'odeur des patates sautées dans la cuisine mais je ne m'en étais pas rendue compte.

Quand on perd un ou plusieurs sens j'imagine, on se met à compenser, à expérimenter, à réfléchir. En tout cas moi j'ai aimé cette période étrange durant laquelle je n'ai cessé de me questionner.

On n'y pense pas quand ça fonctionne et puis on se rend compte que par exemple, il est dangereux de ne pas avoir d'odorat : on ne sent pas le gaz, le feu, une odeur d'aliment avarié. Déroutant aussi pour les odeurs corporelles. Je suis quelqu'un de sensible aux odeurs, les miennes et celles des autres. Je ne pouvais plus me sentir ! et j'avais l'impression de ne plus me reconnaître.

Je me suis dit aussi que sans odorat on pouvait plus facilement travailler dans des endroits où ça pue !

Sans goût et odorat pas de restaurants, ni de parfumeries et j'en passe.

Pour la perte de goût, au début ce n'était pas agréable de manger mais j'avais faim donc je savais qu'il fallait que je mange. Au moins, exit le grignotage entre les repas ! Je n'avais pas d'envies mais j'avais faim.

Je sentais si c'était plutôt sucré ou salé, amer ou acide mais sans pour autant avoir le goût du sucre, du sel ou du citron. C'était plus agréable de manger du chaud que du froid et moins agréable de manger du gras.

Je me suis focalisée sur les textures et je me suis dit que si j'étais cheffe je travaillerais à fond sur les textures. J'ai savouré différemment et même sans goût il y a des choses bien plus agréables à manger que d'autres.

Au bout de 4 jours j'ai commencé à ressentir un peu plus et là je pense que c'est revenu à 90%. J'ai aimé cette période qui m'a connectée autrement à mon corps. Evidemment c'était simple à gérer car je n'ai jamais pensé que ça ne reviendrait pas !

Une expérience que vous connaissez ?

Rédigé par Carole Nipette

Publié dans #humeurs, #Carole attitude, #La vie en pandémie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Je n'ai eu le covid qu'une fois et je n'avais pas perdu ces sens. Je crois que j'aurais du mal avec ça!!!
Répondre
C
Heureusement ça n'a duré que quelques jours
G
oh lala non et ça serait terrible<br /> ma soeur a eu une modification du gout pendant le covid, son café avait le gout de savon... ça donne pas envie.... Ne plus l'avoir est sans doute moins pire... quoique...
Répondre
C
ah je préfère rien plutôt que le goût de savon !
T
Ouch! C'est pas agréable de perdre ces sens.<br /> Je pense qu'il s'agit là d'une expérience que l'on peut difficilement "partager" par l'écrit (si bien rédigé fût-il) avec des personnes tant qu'elles-mêmes n'y ont pas "personnellement" été confrontées...<br /> (en tout cas, moi, je n'ai pas assez d'imagination pour me projeter dans cette situation...).<br /> Saleté de virus!<br /> Bonne année 2023 tout de même... <br /> (s) ta d loi du cine, "squatter" chez dasola
Répondre
C
C'est sûr qu'on peut imaginer mais sans vraiment ressentir ! je me suis demandée ce que ça faisait quand c'est arrivé à d'autres, maintenant je sais !