Mon grand-père ce héros / Part 1

Publié le 29 Mars 2010

Aujourd'hui 29 mars 2010 c'est l'anniversaire de ma soeur chérie mais aussi celle de mon grand-père paternel que j'adorais et qui est mort quand j'avais 13 ans. Il aurait eu 97 ans.
Il avait 1 an quand la première guerre mondiale a éclaté, il a donc pu y échapper. Mais quand la seconde guerre est arrivée, il a été mobilisé dès le 2 septembre 1939.


J'ai envie de lui rendre hommage en publiant son témoignage de guerre. Des années plus tard, dans la vie civile, il a du écrire et raconter son histoire pour prétendre à des indemnités de guerre. Une bonne étoile a veillé sur lui durant ces terribles années…

Voici ses propres mots que je publierais en 3 fois. La guerre, l'Allemagne, Paris, la fuite, la Résistance... Mon grand-père, mon héros...

 


"Mobilisé le 2 septembre 1939 et affecté à la 101° Bon du D.A 27 le 7 septembre 1939 puis à la 102° Batterie du C.O.A.H le 21 octobre 1939. Blessé à la fesse après des tirs en direction de l'Allemagne je ne pouvais plus monter à cheval suite à cette blessure très mal placée.

Envoyé au Mans où j'ai passé la Commission de Réforme le 19 janvier 1940, qui a prononcé les décisions suivantes : Brigadier Chef Félix P. Classé Service Armée - Artillerie Auto.

A la suite de cette décision je fus affecté à la B.H.R du 89° R.A.D le 7 février 1940 à Dunkerque.

A cette époque tout était calme et je suis donc resté. Mon régiment était affecté à la défense côtière. Il y a avait quelques camions de la B.H.R et je m'occupais du ravitaillement en vivres et en munitions.

1939

Félix, 3ème en partant de la droite


Le 10 mai 1940, la grande guerre commençait. Nos ordres furent de rentrer en Belgique et en Hollande mais pendant nos manœuvres nous fûmes encerclés et nous rejoignîmes Dunkerque. Pendant 4 semaines ce fut l'enfer. Il fallait couvrir l'embarquement des Anglais et des Français. Mon régiment a été sacrifié jusqu'au bout.

Le 4 juin 1940 nous tirions nos derniers obus avec l'Infanterie de marine qui, comme nous, ne voulait pas capituler. Etant sous-officier, j'ai remplacé un officier. Vers le 20 mai 1940, mon chef me nomma Maréchal des Logis. Il fallait ravitailler les troupes et c'est sous les bombardements incessants que j'effectuais ma mission. Je me demande encore comment j'ai pu rester en vie après cet enfer, où tout n'était que flammes et désolation. Dans la nuit du 3 au 4 juin, j'ai reçu un éclat d'obus dans le pied gauche.


A la capitulation le 4 juin 1940, j'ai appris que l'on nous décernait la Croix de Guerre. Il restait 29 hommes sur 1800 dans mon régiment.

Ceux qui nous avaient abandonnés recevaient la Légion d'Honneur pour repli en bon ordre.


Après les honneurs rendus par les Allemands qui hissèrent le drapeau hitlérien, la grande marche commença pour rejoindre l'Allemagne comme prisonniers de guerre.

Ne pouvant plus marcher, je suis resté épuisé sur le bord de la route, recevant des coups de crosse des Allemands. Ne pouvant plus marcher du tout, je fus expédié en Belgique à l'hôpital de Renaix.

 

Pensant déjà à cette époque à la façon dont je pourrais m'évader, j'avais réussi à me faire passer en Service sanitaire et combattant. J'ai donc été fait prisonnier comme sous-officier brancardier (ce qui n'existe pas dans l'armée française, c'est Maréchal des Logis infirmier).

(Voir le secret médical de Belgique du 2 juin 1967 reçu ultérieurement par l'Ambassade de Belgique, car à l'époque mes blessures de devaient pas figurer sur les diagnostics des hôpitaux.)

Ces papiers m'ont servi pour présenter ma requête lorsque j'ai été présenté à la Commission de Réforme de Strasbourg en 1965. Ce qui fait que sur mes papiers concernant mes différents séjours dans les hôpitaux en Belgique, il n'est stipulé aucune blessure officielle, juste l'entrée et la sortie.

Je pensais toujours à ma future évasion et je savais que le personnel sanitaire pouvait bénéficier des articles 9 et 21 de la Convention de Genève du 27 juillet 1929 et auraient l'occasion de rentrer avant les autres prisonniers.

hôpital1940hôpital

hôpital3

Félix, premier à droite, premier plan

 

 

Mon grand-père ce héros / Part 2

Mon grand père ce héros / Fin

Rédigé par Carole

Publié dans #Carole attitude

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S


Des similitudes certaines entre nos 2 grands-pères... Je file lire la suite avant de verser une larme...



Répondre
C


il faudra que tu me racontes ça un jour...



@


Je devrais faire la même chose avant que mon grand-père ne s'en aille!



Répondre
C


c'est clair, allez va  lui parler!



L


un tres bel hommage .... mon grand pere qui est le seul grand parents qu'il me reste en parle peu et pourtant habitant dans l'est il a connut ça lui aussi il a meme fait la resistance .... Bisous



Répondre
C


dommage qu'il en parle si peu... peut être pourras tu le convaincre...



S


Mais tu sais que c'est une idée géniale !!! Mon grand pere est décédé et m'a laissé aussi son témoignage écrit de soldat sous cette guerre .... je pourrais lui rendre hommage aussi ainsi ....



Répondre
C


Je lirais avec plaisir ton histoire...



A

Merci Monsieur P. : grâce à vous, nous sommes là où nous sommes aujourd'hui, et les fesses bien au chaud dans notre fauteuil devant l'ordi, on ne peut qu'imaginer l'enfer humain que vous, comme des
milliers, des millions d'autres ont traversé, le bruit des obus, la douleur, l'odeur, l'incertitude... Quand je pense à tous les simples quidams héroïques, comme vous, comme nos grands-mères qui
elles géraient le quotidien et élevaient nos parents pétries d'angoisse pour leur mari dont elles n'avaient pas souvent de nouvelles, je me demande souvent comment nous réagirions, confrontés aux
mêmes choix, aux mêmes devoirs que vous. 
Merci Carole pour ce devoir de mémoire.  


Répondre
C


C'est si bien dit Anne-Laure...


L'exercice de savoir comment on réagirait, je me le suis évidemment posé des milliers de fois, forcément je me vois dans la résistance, parfois dans les camps mais jamais
collabo!



L

Un bel hommage que tu rends à ton grand-père...


Répondre
C


Il le mérite



M

Et dire que pour certains cette guerre semble si lointaine...Parfois en discutant avec des jeunes ou ados, lorsqu'on évoque cette terrible période, on a l'impression que pour eux, c'est limite le
Moyen âge.

De la haut,  ton grand père sera fier de toi pour ce bel hommage que tu lui rends.


Répondre
C


oui c'est dingue, 70 ans c'était hier... mais la mémoire est sélective trop souvent...



B

oui quelle chance d'avoir récupéré son témoignage et merci de le partager avec nous !
Bravo MONSIEUR Félix !

et vivement la suite


Répondre
C


Bravo oui, je l'admire de toutes mes forces...



M

Bel hommage qu'il mérite largement... et merci à toi de publier, c'est une belle idée.


Répondre
C


merc! à vous tous de lire aussi...



M

quelle chance d'avoir ce témoignage.
Mon grand père est mort quand j'avais 20 ans, avant que je sois curieuse de son passé...
aujourd'hui, je ne sais pas grand chose, son histoire durant la guerre était compliquée, il était juif, il s'est caché, puis engagé sous une fausse identité je crois...j'aimerais beaucoup en savoir
plus, je n'ai malheureusement personne à interroger.


Répondre
C


dommage, tout ce que tu dis donne envie d'en savoir plus...


dommage aussi qu'on ne se rende pas compte de l'importance de ce genre de témoignage quand on est jeune et on pense aussi qu'on aura tout le temps...



E

C'est un bien bel hommage que tu lui rends là à ton grand-père!... Je ne suis pas sûre que de nos jours ont puisse endurer ce qu'ils ont vécu sur le front, et tout le reste... J'aime beaucoup tous
ces souvenirs, ces photos d'avant : très beau témoignage... J'attends la suite avec impatience


Répondre
C


je crois aussi qu'on aurait du mal à survivre aujourd'hui....



L

quel bel hommage carole, c'est super ce que tu as fait, ta famille a de quoi etre fiere! ;) bisou


Répondre
C


merci...


tout le monde est touché, moi la première la plus émue...



C

Très joli hommage pour ce fort témoignage. Mon grand-père également à fait cette guerre et a été également envoyé sur la cote normande ou il a vécu l'horreur.Heureusement, il a réussi à s'en
sortir. J'ai hate de lire la suite.


Répondre
C


Un autre miraculé chez toi alors...



M

29 sur 1800! un miraculé! un héros comme tu dis! j'aime beaucoup cet hommage que tu lui fais! BRAvo à lui! et à toi!


Répondre
C


c'est clair, un miraculé...



I

j'aime ce genre de récit, ça fait chaud au coeur.


Répondre
C


oui surtout quand la fin n'est pas trop triste...



S

Bel hommage, très belle idée de billet. J'adore ce genre de récit et les photos........C'est dur, mais il faut en garder une trace, c'est très important.


Répondre
C


Très important... les photos je ne m'en lasse, tous les détails de la vie de l'époque...



M

Mon oncle a retranscrit tout le carnet de guerre de mon arrière grand père (guerre 14-18). Ce genre de témoignage du passé sont des trésors inestimables!

[aujourd'hui c'est aussi l'anniversaire de Mr Réglisse ;) ]


Répondre
C


Si un jour ça te dit de nous faire partager ça...


Bon anniversaire Mr Réglisse un peu tard mais hier c'était no way pour répondre!



M

Tu peux être très fière de ton grand-père ! Et tu lui rends un très bel hommage ! je suis impatient de lire la suite, c'est pour ce genre de braves que je me suis passionné pour l'histoire de la
seconde guerre mondiale !


Répondre
C


Je suis très fière! Merci...



E

En voilà des hommes comme il en faudrait plus ! Vive papi !


Répondre
C


Bien dit! Vive lui!



P

Quel bel hommage à ton grand père que de publier ses récits de guerre.
Quelle époque terrible ! L'un de mes grands père a aussi été fait prisonnier de guerre en Allemagne, l'autre était Résistant. On n'imagine pas ce qu'ils ont enduré, les horreurs qu'ils ont vues et
vécu, et pourtant c'était il y a 70 ans à peine, c'était hier...


Répondre
C


Oui tu as raison de souligner que 70 ans c'était hier et pourtant parfois certains font comme ci ça faisait partie du Moyen Age...



A

J'aime beaucoup cet article/témoignage;..Un bel hommage pour un grand homme!
Bisous


Répondre
C


Merci de lire aussi, il revit à travers les mots et les lecteurs...



S

j'adore les récits sur les deux guerres mondiales. merci de nous faire partager celui de Félix!


Répondre
C


De rien!



E

Bel hommage à ton grand père... je pourrais en faire un similaire de l'héroïsme d'un des miens... qu'ils avaient donc du courage... et que cette période était moche...


Répondre
C


je voudrais bien lire ton histoire...



S

Bravo pour ton article la belle et bravo a ton grand père pour ses mémoires!
Notre devoir de mémoire survit a travers ce type d'article et temoignage ...
Difficile de pouvoir imaginer l'enfer qui a été celui de nos anciens dans ces combats ...


Répondre
C


difficile surtout que les mots ne peuvent pas tout retranscrire...