Sur le chemin de l'école

Publié le 23 Juin 2010

photo-3.jpg

Depuis bientôt 2 ans, je prends le même chemin quatre fois par semaine pour emmener Nina à l'école.

10 bonnes minutes de marche qu'il pleuve ou qu'il fasse moins 10.

10 minutes durant lesquelles nous croisons des dizaines de personnes, presque toujours les mêmes. 10 minutes durant lesquelles j'imagine des vies, j'écoute Nina me raconter sa vie, je pense à ma vie en regardant quelques secondes de celles des autres.

Il y a ces enfants qui vont dans l'autre sens, vers l'école privée, vers un autre monde. 

Il y a ces deux petits garçons toujours en patinette et leur maman qui surveille qu'ils fassent attention à la route.

Il y a la famille nombreuse, 3 garçons et 1 fille avec papa et maman. Toujours à courir, toujours l'air d'être stressé, souvent les traits tirés... Je m'imagine mais non.

Il y a la copine de classe qui sort de l'hôtel, marchand de sommeil, toujours un pincement au coeur de l'imaginer avec sa mère et sa soeur dans une petite chambre, dans un pas chez soi. Plus qu'un pincement au coeur en croisant les familles de sans papiers dont les enfants sont scolarisés dans le quartier...

Il y a cette maman et ses deux filles, souvent habillées pareil.

Il y a cette dame âgée qui fait de la patinette comme une jeunette.

Il y a ces jeunes étudiants qui s'arrêtent au milieu de la rue.

Ces femmes qui vont jusqu'à la station de métro pour rejoindre leur travail.

Il y a la voiture de nos voisins qui nous dépasse tous les matins, je les envie quand il pleut.

Il y a le sdf de la poste qui a suscité de nombreuses questions.

Il y a la grande de la classe qui marche vite et qui est toujours accompagnée par ses deux parents. famille modèle ou famille couveuse?

Il y a la mère qu'on veut éviter alors on presse le pas.

Il y a l'amoureux de Nina qui déboule en vélo et qui va loin devant.

Il y a cette petite fille et sa maman toujours de bonne humeur qui joue sur le chemin.

 

Je sais selon l'endroit où je les croise si je suis à l'heure, en avance ou alors vraiment en retard.

Tous je les ai vu grandir, changer tout comme ils ont vu changer Nina, tout comme ils l'ont vu en poussette puis à pieds.

Il y a ceux aussi que je ne croise jamais car ils sont déjà arrivés à l'école, ceux de 8h20.

Il y en a de la vie sur ce chemin de l'école et il y une maman toujours ravie d'accompagner sa fille et de gagner du temps avec elle avant d'aller au travail...

Il y a une petite fille souvent bavarde, tantôt boudeuse mais au final toujours guillerette d'aller retrouver ses copines.

Il y a elle et moi, nous deux, parfois main dans la main, parlant de tout et de rien...

photo-2.jpg


 

Rédigé par Carole

Publié dans #humeurs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D


J'adore tous ces croisements...!!



Répondre
A


Très bel article... je me suis faite plein de fois la même réflexion, quand j'allais en prépa en bus et en train, quand j'allais au boulot en voiture, quand j'avais ces trajets réguliers et que
je me demandais où ces gens allaient, ce qu'ils faisaient... en voiture vers mon travail je me rappelle un monsieur relativemetn agé qui allait à pied entre les villages pas mal éloignés, j'avais
envie de m'arrêter lui demander ce qu'il faisait... je n'ai jamais osé !


Merci pour ce petit moment tourné vers les autres gens ordinaires de notre vie


et au passage, je suis impressionnée de tout ce que tu fais avec et sans Nina ! Peut être un jour je vais arriver à m'ouvrir au monde... en attendant je reviens en France cet été et je vais
parcourir ton blog pour trouver des choses à faire avec mes 3 loustics !



Répondre
C


Je peux passer tout mon temps du métro à regarder, saisir des bribes de conversation téléphoniques et imaginer des vies...


Merci!


je ne fais pas tant de choses, les journées sont longues, on prend le temps de buller et les sorties à Paris ne prennent pas trop de temps au final! mais c'est vrai que je suis curieuse
et que j'ai envie de tout faire découvrir à Nina! et puis nous n'avons pas beaucoup d'obligations familiales du coup les week ends sont presque tous libres



@


et dans quelques jours: repos de trajet d'école!!!!!



Répondre
C


ben non, ce sera pire, le centre de loisirs est à 15 bonnes minutes de marche!



V


Il est fort ton article, très fort... Je me suis bien reconnue... Chez nous l'école est à 300 m, c'est la première année, alors on l'a passée à découvrir les gens, à se dire bonjour un peu moins
timidement, à se dépêcher assez souvent (plus on habite près, et plus on part à la dernière minute!). 


Ce matin, c'était un bonheur, il faisait beau, Ihsane était contente d'être en robe (et que ce soit vendredi!) et j'ai eu droit au retour à un joyeux : "Bonjour, Maman d'Ihsane!!!". :-)



Répondre
C





Je suis une de celles qui habite le plus loin de l'école et au fur et à mesure de l'année j'étais de plus en plus en retard!



D


L'année prochaine, je fais enfin le chemin avec eux !!!! Je suis mutée dans leur école ! Je vais les voir aux récrés, le midi et à la sortie ! Suis trop contente !!!



Répondre
C


Hi hi!! tu les auras toujours à l'oeil et tu pourras faire la petite souris!



B


C'est aussi 10 minutes à pied pour moi (je suis en RP) mais comme je les dépose et qu'après je file au boulot bah je prends la voiture...Sinon je serais en retard



Répondre
C


c'est sûr! moi je prends les transports, pas le choix!



J


Quel article sympa, j'ai adoré...



Répondre
C


Merci, j'ai adoré l'écrire!



B


Très émouvant cet article. Surtout pour moi qui n'ai pas le temps d'emmener mes enfants à pieds à l'école (pourtant à 10 minutes aussi)



Répondre
C


j'imagine que 10 minutes dans une ville comme Paris et 10 minutes ailleurs ne se ressemblent pas surtout si c'est 10 minutes en voiture!



A


Quelle jolie tranche de vie !



Répondre
C






F


Il y a moi derrière mon écran limite la larme à l' oeil aussi . Elles grandissent si vite nos poupettes ... Ils sont précieux ces moments à deux et tout ces petits riens .


 



Répondre
C


Ce qui peut paraître une corvée parfois se transforme aussi en moments de petits bonheurs au détour d'une phrase ou d'un geste de tendresse sur ce chemin...



E


et oui le chemin de l'ecole ça nous rappele que bos petits bouts grandissent et nous ont vieillit



Répondre
C


j'aurais bien aimé une photo du premier jour et une photo du dernier...



I

ah, le trajet! moi aussi, je vais à pieds, mais je n'ai que 5 min, mais qu'il pleuve ou qu'il fasse - 10 aussi, lol en même temps, ça raffermi les chairs...lol


Répondre
C


de toute façon je n'ai pas le choix! quand il pleut à torrent c'est quand même la plaie!



L


j'ai eu l'impression d'être avec toi ce matin ! C'est marrant de voir toujours les mêmes personnes quand j'emmène Léo à l'école, je fais partie des dernières et je croise toujours les mêmes
retardataires ! Par contre effectivement, il y a certains parents que je n'ai jamais vus, ceux de 8h20 !!



Répondre
C


La légende de 8h20!!! ça a du m'arriver une fois ou deux!



S


Et puis, viendra ce jour où elle t'embrassera sur le pas de la porte, en te disant: "C'est bon maman, j'y vais toute seule." Elle aura grandi... Alors, profite!



Répondre
C


Mais non voyons, ce jour n'arrivera jamais



A


L'anonymat des grandes villes... tous ces visages, ces démarches, ces ombres croisées au quotidien et qui finalement retomberont dans l'oubli. Enfin non, plus maintenant que tu les as
immortalisés en quelques mots!


Dans notre petit quartier lyonnais, on connait à peu près tous ceux qu'on croise sur notre chemin, même si cette année, je ne pouvais le faire que 2 fois par semaine, dont une fois à 7h45 pour la
garderie (donc mis à part Jalel... personne à qui dire bonjour!)


Et ici aussi, un quartier de bobos qui rime avec... logements sociaux. Heureusement qu'une fois passée la grille de l'école, ces différences sociales s'estompent. légèrement.



Répondre
C


Légèrement comme tu dis parce que les jours de pique nique par exemple ou de grève de cantine comme aujourd'hui, certains n'ont rien...


c'est déjà pas mal Jalel! nous personne ne se dit bonjour sauf les mamans des copains... mais ceux que tu croises tous les jours non...



Z


Très beau billet!



Répondre
C


Merci!



C


j'aime beaucoup ton billet !


moi aussi j'aime regarder les personnes que je croise !



Répondre
C


Merci!



T


Je le trouve touchant ton article.


De plus, très bon sens de l'observation. A te lire, je croisais virtuellement ces gens sur le trottoir !


Bisous, bonne soirée



Répondre
C


En 2 ans j'ai pu observer et observer encore... et l'an prochain ce sera le même chemin!



M


Moi aussi je croise toujours les mêmes personnes , les personnes en retard :-D


Dans l'école des doudoux, ils y a des petits Roms.



Répondre
C


Je croise les parents qui repartent alors que je ne suis pas encore arrivée! ça fait toujours bizarre!



P


je prends le bus pas loin de l'école et je crois les mêmes gens tous les matins!


l'année prochaine ce sera mon tour je pense.



Répondre
C


Par rapport aux autres, on habite loin de l'école, sinon il ne se passerait pas autant de choses!



B


C'est tellement bien écrit que je me suis vue avec vous sur le chemin de l'école


 


Merci pour ce petit rafraichissement et cette poésie dans la prose



Répondre
C


Merci... En écrivant je faisais le chemin et les personnages sont presque par ordre d'apparition!



A


Superbe cet article..qu'est ce que j'aime ça,ces moments volés,à rêver,sur soi,sur les autres...mais malheureusement y voir aussi la détresse,la tristesse de certains,moins bien lotis...Merci
Carole,tout simplement!


Bisous



Répondre
C


Merci à toi... Quand tu vois les élèves tous les jours en classe juste comme ça, tu ne peux te douter que les inégalités sociales sont à ce point... jusqu'à ce qu'un matin tu vois la
copine sortir de l'hôtel et après tu comprends pourquoi certains enfants ne peuvent fêter leurs anniversaires par exemple ou tu découvres qu'une autre copine habite dans 12m2 avec ses parents...
mais c'est vrai aussi que tu ne peux ne rien voir si tu fermes bien les yeux...



G


Bel article..parfois on rentre de l'ecole à pied qd il fait beau et que le temps n'est pas compté.;on croise nettement moins de monde!!!!



Répondre
C


j'aimerais pouvoir rentrer plus souvent de l'école, je ne le fais que très très rarement...



C


un très bel article que tu nous livres là, carole, très touchant, bourré d'humanité.. j'ai adoré arpenter le trottoir avec toi !



Répondre
C


Merci... c'est exactement ce que m'inspire ce chemin de l'école depuis 2 ans



M


Moi c'est quand je vais au boulot que je croise les memes gens, une etrange impression de deja vu



Répondre
C


pour le boulot, plus compliqué vu les problèmes de transport récurrents, je ne prends jamais le métro exactement à la même heure et c'est tellement bondé!



M


Il est beau comme tout cet article!


 


Nous, sur le chemin du Kindergarten, on croise des tracteurs, des voitures de parents qui habitent les villages aux allentours et qui roulent trop vite à mon gout, si pret de mes enfants, il y a
ces autres mamans qui viennent elles aussi à pied, mais jamais à la même heure, ici l´accueill se fait de 7h30 à 9h, comme la plus part des mamans (qui ne travaillent pas) j´ajuste en fonction de
l´heure du lever des enfants, il y a une vieille dame qui sort pour me donner des fraises, des cerises, des confitures (je ne la vois pas assez!), il y a la maman de Tim et Jonas qui accèlere
pour ne pas avoir à faire la conversation à la Francaise qui comprends rien...


et parfois il n´y a personne parce que c´est un vrai bled et que je peux marcher 10 mn sans croiser une auto ou une personne!



Répondre
C


je l'aime bien ton chemin de l'école, il se passe des choses même si parfois c'est désert! :-)



L


C'est drole car en te lisant je pense a ceux que je croise ausis sur la route de l'ecole !!! içi j'ai le temps c'est 4 fois par jour le trajet par tout les temps aussi et en septembre on rallonge
le trajet avec le cp pour Crystal !!!! En tout ca j'aimle que dis je j'adore cet article !!!! Bisous



Répondre
C


4 fois par jour, oui tu dois en avoir des petites histoires imaginaires à raconter!


Merci!



P


Qu'il est joli cet article ! Moi je ne prends pas le temps de regarder autour de moi et de trainer sur le chemin de l'école. Notre temps est chronométré : déposer Faustine à la crèche à partir de
8h30 et Eléa à l'école avant 9h. Entre les 2, 10 bonnes minutes de marche à pied. Autant dire qu'on ne traîne ni à la crèche, ni sur le chemin si on ne veut pas arriver en retard à l'école. Ce
sera plus simple quand je les déposerai toutes les deux au même endroit ;)



Répondre
C


Je te rassure, je ne traîne pas, c'est toujours limite qu'on part de la maison! mais 10mn tous les jours c'est suffisamment long pour tout étudier! mais avec deux aussi tu dois faire
encore plus attention à elles...



T


il y a ... beaucoup de poésie même dans une action à l'apparence banale :))



Répondre
C


Je me suis sentie une âme de poète dès que j'ai eu l'idée de ce billet...



M


Je reconnais tout à fait cette ambiance ! Bises !



Répondre
C


Il n'y a que quand il pleut à torrent qu'on se concentre sur autre chose!



C


finalement même dans une ville aussi grande que Paris, tu arrives à croiser les mêmes têtes..



Répondre
C


Forcément à l'échelle d'un quartier où beaucoup vont au même endroit à la même heure...



L


De vieux souvenirs pour moi, ce chemin de l'école!!!



Répondre
C


J'en ai encore pour quelques années!