The East, Aya de Yopougon, Ma meilleure amie, sa soeur et moi, World War Z, Les stagiaires, Le Grand Méchant loup / Revue de films

Publié le 24 Juillet 2013

the-east-affiche.jpg

 

The East de  Zal Batmanglij


"Ancien agent du FBI, Sarah Moss travaille désormais pour une agence de renseignement privée qui protège les intérêts de puissants hommes d’affaires. Elle reçoit pour mission d’infiltrer The East, un mystérieux groupuscule éco-terroriste qui s’attaque aux multinationales coupables de dissimuler leurs agissements criminels. Déterminée, ultra entraînée, Sarah parvient à s’intégrer au groupe malgré leur méfiance..."

 

J'avoue la raison principale qui a fait que je suis allée voir ce film c'est Alexander Skarsgärd, le vampire sexy de True Blood entre autres.

Ce n'est pas le film de l'été mais j'ai bien aimé quand même pour plusieurs raisons : un polar original, une infiltrée, le thème de l'éco-terrorisme et... Alexander Skarsgärd.

On entre dans le quotidien d'un groupe d'idéalistes qui vit à la marge pour se cacher mais aussi par convictions idéologiques, fouiller les poubelles pour trouver à manger c'est éviter le gaspillage. Un groupe surnommé "The East" qui met des mois à préparer ses attaques envers des industriels peu scrupuleux, empoisonneurs ou pollueurs.

Sarah, l'infiltrée va vivre ce à quoi on s'attend : après la condamnation et la tentative de leur faire prendre conscience que lutter de cette façon n'est pas forcément la meilleure, la compassion, l'attachement et l'histoire d'amour. Elle se rend compte que les combats sont à mener même si elle n'adhère pas aux méthodes. Elle ne reviendra pas indemne de ses missions se rendant compte qu'elle sert avant tout des intérêts de patrons peu scrupuleux qui se fichent des terroristes tant qu'ils ne sont pas concernés directement...

J'ai aimé la sensualité qui se dégage de certaines scènes, le jeu de la bouteille, le bain à quatre... Quelques beaux moments de respiration (et de fantasme avec Alexander je l'avoue !). Je me suis prise à penser qu'empoisonner les empoisonneurs est parfois la seule façon de sensibliser l'opinion et le monde même si la méthode Erin Brockovich marche aussi.

J'ai aimé que ce film me fasse réfléchir sur ces sujets du terrorisme et de l'environnement. On comprend bien le principe du groupe qui veut faire la révolution, ses idéaux, ses concessions et ses limites, jusqu'où peut-on aller pour se faire entendre...

En résumé, un bon moment pour différentes raisons totalement personnelles mais c'est là l'intérêt d'une critique qui ne reflète que sa propre opinion n'est ce pas ?!

 

 

 

Aya-de-Yopougon-affiche.jpg

 

Aya de Yopougon de Marguerite Abouet et Clément Oubrerie

 

"Fin des années 1970, en Côte d’Ivoire à Yopougon, quartier populaire d’Abidjan. C’est là que vit Aya, 19 ans, une jeune fille sérieuse qui préfère rester étudier à la maison plutôt que de sortir avec ses copines. Aya partage ses journées entre l’école, la famille et ses deux meilleures amies : Adjoua et Bintou, qui ne pensent qu’à aller gazer en douce à la nuit tombée dans les maquis. Les choses se gâtent lorsque qu’Adjoua se retrouve enceinte par mégarde. Que faire ?"

 

Aya de Yopougon est une BD en 6 volumes et adaptée au cinéma par ses créateurs : l'auteur Marguerite Abouet et le dessinateur Clément Oubrerie.

 

J'ai été voir le film en séance de l'après-midi le mercredi de sa sortie. Une salle pleine à craquer composée à majorité d'africains d'origine ivoirienne vu les réactions dans la salle. Ceci a fait que j'ai reçu le film différement parce que le spectacle était aussi dans la salle. Cela m'a rappelé une séance de cinéma à Ouagadougou où les gens sont réactifs et vivent le film intensément en le montrant.

C'était géant ! Les éclats de rire, les applaudissements, les réflexions, toute une salle qui avait l'air de se reconnaître dans ce qu'ils voyaient sur l'écran. Les seules images réelles du film sont celles des publicités africaines, célèbres pour leur longueur, leur réalisme et leurs petites histoires

Pourtant, même si beaucoup ri, je trouve que le film décrit sans complaisance cette société ivoirienne des années 70. Je n'ai pas assez la connaissance du pays et des ses moeurs de l'époque pour juger si c'était vraiment à ce point les clichés notamment sur le comportement des hommes mais j'ai été un peu gênée de l'image que ça renvoie. Les thèmes sont universels en même temps mais là ça fait un peu trop en même temps. Pas eu l'impression que la salle partageait ce ressenti, tout ce qui passait sur l'écran semblait naturel...

Par contre pour la place des femmes, là je n'ai aucun doute que ça ressemblait à la réalité, d'ailleurs ça n'a pas énormément changé. Elles doivent toujours se battre pour être reconnues comme égales aux hommes, pour faire des études...

Hormis ce bémol, j'ai passé un excellent moment et je suis sortie de la salle avec la banane !

 

Ma-meilleure-amie-sa-soeur-et-moi-affiche.jpg

 

Ma meilleure amie, sa soeur et moi de Lynn Shelton

 

"Jack est encore sous le coup de la disparition récente de son frère. Alors pourquoi ne pas accepter l'invitation d'Iris, sa meilleure amie, dans son chalet familial afin de passer une semaine seul à méditer sur sa vie ? Mais à son arrivée, Jack trouve la maison déjà occupée par Hannah, la soeur d'Iris, venue y soigner une blessure amoureuse. Après une soirée très arrosée suivie de l'arrivée inopinée d'Iris elle-même, le trio va aller de situations délicates en révélations inattendues..."

 

Un huis clos à trois et on s'attend à toutes les révélations, pas de surprise, elles auront lieu. C'est le schéma classique que suivent des personnages qui se retrouvent "coincés" ensemble : bavardages, souvenirs, confessions intimes et dérangeantes, accusations, vérité...

La suprise vient plutôt des acteurs, tous les trois justes et touchants (j'adore Emily Blunt). Ils donnent au film une légèreté et une fraicheur naturelle qui fait du bien. Ce trio fonctionne à merveille pour une jolie comédie romantique hors des sentiers battus. On est ému, on rigole, le cocktail parfait pour un film qui ne se prend pas la tête tout en abordant des sujets forts.

 

 

world-war-z-affiche.jpg

 

World War Z de Mark Forster

 

"Un virus mortel se propage à vitesse grand V sur la planète entière et tranforme les gens en bêtes enragées. Pour protéger et sauver sa famille, Gerry Lane, ancien enquêteur des Nations Unies, accepte de partir en mission pour trouver l'origine du virus ce qui permettrait de fabriquer un vaccin. Il s’engage alors dans une quête effrénée à travers le monde pour identifier l’origine de cette menace et trouver un moyen d’enrayer sa propagation…"

Interdit aux moins de 12 ans

 

A peine le film démarré et les personnages posés, on est dans l'action, dans une course contre la montre qui va prendre fin 2h plus tard. On tremble, on sursaute, on a peur et le film réussit son pari à ce niveau là.

Une menace qui révèle les êtres humains dans le bon et le mauvais sens, quand la panique gagne les principes disparaissent souvent. Un Brad Pitt sobre qui n'en fait pas trop, des images et des scènes fortes, le film catastrophe parfait pour l'été. Je n'en demandais pas plus, je savais ce que j'allais voir je n'ai pas été déçue. Le bon divertissement des vacances et j'ai eu moins peur que je ne pensais !

 

 

les-stagiaires.jpg

 

Les stagiaires de Shawn Levy

 

"Billy et Nick, deux quarantenaires dont les carrières ont été pulvérisées par Internet, repartent à zéro en obtenant un stage chez Google, qui peut-être, débouchera sur un job. En compétition avec des petits génies de l’informatique tout droit sortis de l’école, ils vont devoir prouver qu’ils ne sont pas des dinosaures…"

 

Je ne m'attendais pas à grand chose, j'avais juste envie de passer un bon moment avec Owen Wilson. Ce fut plus que ça ! Nous y sommes allés en amoureux juste après le Grand Méchant loup (voir plus bas) et le film est une bonne surprise.

C'est la comédie de l'été, drôle, originale sur le thème choisi du web et le duo Owen Wilson / Vince Vaughn fonctionne hyper bien avec au passage quelques vérités sur le monde et le marché du travail aux Etats-Unis.

Mon côté gamine a adoré cette immersion dans une comédie qui surfe entre le teen movie et le geek movie ! Quand on baigne dans le web, les réseaux sociaux etc, le film nous parle encore plus. Sans compter que j'avais en main toutes les références des années 80 utilisées par les deux "vieux" et celle des années 2010 utilisées par les jeunes.

Quand aux critiques que j'ai pu lire sur "le film est une ode à Google" je n'ai pas du tout ressenti ça comme une pub géante pour Google. Au contraire, ça me donnerait plutôt envie de fuir cette entreprise et ça pourrait se passer n'importe où ailleurs. Pour moi c'est anecdotique que cela se passe chez Google, ce n'est pas le sujet du film.

On a bien ri, on était content à la sortie, un ciné comme on les aime !

 

 

le-grand-mechant-loup.jpg

 

J'ai également été voir "Le Grand méchant loup" de Nicolas Charlet et Bruno Lavaine. Il faisait chaud samedi dernier et la clim au ciné c'est le pied. Bref, grosse déception, accumulation de clichés du début à la fin pour ce remake contemporain des "Trois petits cochons". Casting délirant avec quelques moment sympas mais tout ce monde pour ce résultat ça fait mal au coeur. J'ai souri quand même de temps en temps, je ne peux pas dire que j'ai entièrement perdu mon temps mais sérieusement autant de clichés du début à la fin c'est désespérant...

Mon homme est encore plus catégorique que moi, c'est nul et il s'est ennuyé tout le temps.

 

 

Rédigé par Carole Nipette

Publié dans #Sorties culturelles... de maman - critiques cinéma.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

filou49 05/08/2013 20:53

moi je viens d'avoir deux jours tout seul sur Lyon pendant que choco était en vacances avec les enfants donc j'en ai un peu profité niveau ciné et hélas j'ai vu le grand méchant loup malgré ta
critique que j'avais lu avant et je dois dire que je suis d'accord avec toi: pas grand chose ne fonctionne dans ce film qui fonce tout droit dans les caricatures et les stéréotypes...grosse
déception...par contre ma meilleure amie ma soeur et moi est pour un moi un méga coup de coeur...j'ai déjà fait une critique trés élogieuse du film sur mon blog où je disais tout le bien que je
pensais de ce très joli film qui est hélas passé inapercu...bonne soirée à toi!!!

Carole Nipette 15/08/2013 19:16



contente de te lire pour Le Grand Méchant, j'ai lu des avis élogieux, j'ai eu du mal à comprendre...


ici à Paris le film n'est pas passé inaperçu en tout cas, autour de moi tout le monde en parlait...



Madame 25/07/2013 12:05

Aya de Yopougon j'ai adoré lire les BDs, je pense aller voir le film...
Je pense aussi qu'on ira voir Le stagiaires rien que pour les deux acteurs, ils me font naturellement marrer!
Ma meilleure amie, sa soeur et moi me tente aussi, mais mon homme ne me suivra pas, je vais réquisitionner les copines ;)

Carole Nipette 04/08/2013 19:32



alors y es tu allée ? j'irais voir chez toi dès que possible :)



Solène 24/07/2013 11:35

Bonjour ! Sur ta sélection j'ai vu "les stagiaires" et "ma meilleure amie, sa soeur et moi"
Pour "les stagiaires" j'étais avec ma grande de 12 ans, j'ai trouvé que le film mettait un peu de temps à démarrer et j'ai eu peur qu'elle ne capte aucune blague mais en fait elle a bien aimé, on
s'est amusées ! (bémol sur la VF, j'ai du mal avec la voix d'Owen Wilson...)
"Ma meilleure amie..." je l'ai vu en VO pdt ma semaine sans enfants : bonheur ! j'ai bcp aimé ce trio très attachant, les acteurs y sont pour beaucoup, et le huis clos passe très bien.
Ton avis sur World War Z est convaincant (j'ai peur d'avoir peur moi aussi...) et ma grande veut y aller mais j'hésite toujours un peu, même si elle a 12 ans et demi et qu'elle passe en 4ème à la
rentrée... on verra !

Carole Nipette 04/08/2013 19:33



ah ça la VF devait être catastrophique ! alors World War Z ?