Un homme intègre, Suburbicon, La Villa, Le brio, C'est tout pour moi / Revue de films

Publié le 18 Décembre 2017

Un homme intègre, Suburbicon, La Villa, Le brio, C'est tout pour moi / Revue de films

Un homme intègre de Mohammad Rasoulof

"Reza, installé en pleine nature avec sa femme et son fils, mène une vie retirée et se consacre à l’élevage de poissons d’eau douce. Une compagnie privée qui a des visées sur son terrain est prête à tout pour le contraindre à vendre."
 

Une famille fait ce qu'elle peut pour s'en sortir, mais la société lui met des bâtons dans les roues. Reza refuse de payer un pot de vin et les ennuis commencent, une suite de malheurs s'abat sur la famille, une série d'injustices...

C'est une société corrompue à tous les étages, gangrénée par la corruption à laquelle Reza et sa famille doivent faire face et pourtant il se refuse toujours à participer à ce système. Un système bien rodé par des arnaques...

Difficile de ne rien dire devant ces hommes qui se croient tout permis, cette racaille qui asservit jusqu'à sa propre famille. Sans parler de l'intolérance des musulmans pour les non musulmans ... un autre sujet pas politiquement correct abordé dans le film...

Reza va perdre peu à peu pied, on serait pareil à moins, on a on a envie de lui crier "mais barre toi de là, sauve ta famille de cette ville d'enfoirés"... Il trouve l'apaisement dans des sources d'eau naturelle, symbole omniprésent dans le film : l'eau qui apaise, l'eau qui purifie, l'eau qui donne la richesse, l'eau qui empoisonne, l'eau de la discorde...

Un très bon film mais plutôt déprimant... N'y a t 'il pas une autre solution que de devenir comme eux ?

Quand on voit que le réalisateur est accusé de propagande contre le régime et menacé de prison, on ne peut que le soutenir et soutenir ce film courageux...

Pourquoi j'y suis allée : pour le sujet

Un homme intègre, Suburbicon, La Villa, Le brio, C'est tout pour moi / Revue de films

Suburbicon de Georges Clooney

 

"Suburbicon est une paisible petite ville résidentielle aux maisons abordables et aux pelouses impeccablement entretenues, l’endroit parfait pour une vie de famille. Durant l’été 1959, tous les résidents semblent vivre leur rêve américain dans cette parcelle de paradis. Pourtant, sous cette apparente tranquillité, entre les murs de ces pavillons, se cache une réalité tout autre faite de mensonge, de trahison, de duperie et de violence... Bienvenue à Suburbicon..."

Mais que se passe t'il dans cette petite ville trop belle pour être vraie ? D'un côté on a la famille Lodge dont on soupçonne un loup dès les premières minutes. De l'autre côté, les blancs biens propres sur eux, sourires éclatants, racistes jusque dans leurs veines. Une image de l'Amérique des années 50 bien réelle...

La famille Lodge et la famille noire qui s'installe à Suburbicon vont toutes les deux subir de terribles épreuves, pas étonnant que leurs fils deviennent copains. Deux histoires parallèles qui montrent le plus noir de l'être humain même si celle des Lodge est l'histoire principale. L'escalade de la violence des deux côtés, dont la violence psychologique très éprouvante...

C'est plus cynique que drôle et on sent la pâte des frères Coen dans cette histoire où les protagonistes perdent les pédales. J'ai bien aimé, Matt Damon est parfait.

Pourquoi j'y suis allée : pour Clooney, les Frères Coen et le casting

Un homme intègre, Suburbicon, La Villa, Le brio, C'est tout pour moi / Revue de films

La Villa de Robert Guédiguian

 

"Dans une calanque près de Marseille, au creux de l’hiver, Angèle, Joseph et Armand, se rassemblent autour de leur père vieillissant. C’est le moment pour eux de mesurer ce qu’ils ont conservé de l’idéal qu’il leur a transmis, du monde de fraternité qu’il avait bâti dans ce lieu magique, autour d’un restaurant ouvrier dont Armand, le fils ainé, continue de s’occuper. Lorsque de nouveaux arrivants venus de la mer vont bouleverser leurs réflexions… "

Retrouvailles au chevet d'un père mourant, conflits familiaux qui ressurgissent, choc des générations... que du classique mais traité avec tellement de justesse et de tendresse.

Angèle est partie pour oublier un drame familial, pour faire comme si rien n'était arrivé, une manière de faire son deuil inachevé... Armand tente de perpétuer quelque chose qui s'efface tandis que Joseph ne fait que se retourner sur son destin inachevé et se disputer avec sa très jeune amie Bérengère.

Ils vont se dire ce qu'ils ont sur le coeur et se retrouver dans l'adversité. Quelque part j'admire les familles qui se disent des horreurs en face, qui se font des reproches parce que ce n'est pas si facile, souvent on subit et on se rend malheureux...

C'est un film qui parle des liens familiaux, de la difficulté de maintenir la vie dans un petit village, de comment faire pour garder les souvenirs vivants, du métier d'acteur, de la renaissance quand on retrouve ses racines...

Robert Guédiguian a réussi un film dans lequel tout le monde peut se reconnaître et en plus il a réussi à parler du sujet très actuel des migrants d'une manière intelligente et sensible. J'ai vraiment aimé et j'ai été très touchée par tous les sujets.

Pourquoi j'y suis allée : parce que ça faisait longtemps que je n'avais vu un film du réalisateur

Un homme intègre, Suburbicon, La Villa, Le brio, C'est tout pour moi / Revue de films

Le brio de Yvan Attal

 

"Neïla Salah a grandi à Créteil et rêve de devenir avocate. Inscrite à la grande université parisienne d’Assas, elle se confronte dès le premier jour à Pierre Mazard, professeur connu pour ses provocations et ses dérapages. Pour se racheter une conduite, ce dernier accepte de préparer Neïla au prestigieux concours d’éloquence. A la fois cynique et exigeant, Pierre pourrait devenir le mentor dont elle a besoin… Encore faut-il qu’ils parviennent tous les deux à dépasser leurs préjugés."

On se les prend en pleine face les remarques pleines de préjugés contre Neila. Elle répond avec agressivité, le seul mode de défense qu'elle connait, à force de devoir y répondre justement...

On assiste à une joute verbale et psychologique entre ces deux êtres que tout sépare.
Et quand le raciste entend un autre raciste il se rend compte que les mots ont une puissance de nuisance forte.

C'est un film très chouette sur la rencontre entre deux mondes mais surtout sur le pouvoir des mots et de la langue. Croire en ce qu'on dit quand on le dit c'est la base.

Le film nous offre aussi une belle histoire d'amour et là encore, en dépassant les préjugés sur les jeunes des cités...

Pourquoi j'y suis allée : pour l'histoire et pour Yvan Attal

Un homme intègre, Suburbicon, La Villa, Le brio, C'est tout pour moi / Revue de films

C'est tout pour moi de Nawell Madani

"Depuis toute petite, Lila veut devenir danseuse, n’en déplaise à son père.
Elle débarque à Paris pour réaliser son rêve… Mais de galères en désillusions, elle découvre la réalité d’un monde qui n’est pas prêt à lui ouvrir ses portes. A force d’y croire, Lila se lance dans une carrière d’humoriste. Elle n’a plus qu’une idée en tête : voir son nom en haut de l’affiche, et surtout retrouver la fierté de son père."

Un film sympathique et généreux qui raconte surtout une belle histoire d'amour entre un père et sa fille. Nawell Madani s'inspire de son parcours pour devenir une reine du stand up. Elle nous montre l'envers du décor d'un milieu difficile où tous les coups sont permis pour briller.

J'ai bien aimé la première partie plus centrée sur la danse et les séquences hip hop, on s'y croyait comme à l'époque. J'ai reconnu des danseurs émérites comme Antoinette Gomis et Yaman Okur. On sent que Nawell Madani est bien ancrée dans le milieu...

C'est l'histoire classique de la fille qui veut monter à Paris pour réussir mais avec beaucoup de tendresse. Un film attachant comme sa réalisatrice actrice !

Pourquoi j'y suis allée : parce que j'aime beaucoup Nawell Madani

Rédigé par Carole Nipette

Publié dans #Sorties culturelles... de maman - critiques cinéma.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
Merci pour cette review très détaillée. J'avoue que je n'ai envie d'en voir aucun lol
Peut-être le Brio quand même si j'ai le temps... Moi sur ma liste j'ai en tête La promesse de l'Aube qui a l'air génial ! Santa et cie avec mon fils car il parait qu'il est drôle et j'aime beaucoup Chabat ! The Florida Project, Ferdinand (avec mon fils aussi)
On a vu dernièrement Paddington 2, j'ai moins aimé que le première, je me suis endormie devant lol mais mon fils a adoré ! Et j'ai vu dimanche Star Wars, gros coup de cœur, un des meilleurs selon moi !!
Répondre
C
Je me suis gardée plein de films pour voir avec ma fille pendant les vacances dont Santa, Star Wars et Paddington 2... The Florida project je pense aussi qu'on pourrait le voir ensemble... La promesse de l'aube j'irai !