Le Caire Confidentiel, Moi Moche et méchant 3, KO, Ava / Revue de films

Publié le 15 Juillet 2017

Le Caire Confidentiel, Moi Moche et méchant 3, KO, Ava / Revue de films

Le Caire Confidentiel de Tarik Saleh

 

"Le Caire, janvier 2011, quelques jours avant le début de la révolution. Une jeune chanteuse est assassinée dans une chambre d’un des grands hôtels de la ville. Noureddine, inspecteur revêche chargé de l’enquête, réalise au fil de ses investigations que les coupables pourraient bien être liés à la garde rapprochée du président Moubarak."

 

Nourredine semble être un brave policier qui pourtant n'échappe pas à la corruption qui gangrène la police du Caire. Un Caire pauvre, sale et rongé par la corruption et les combines, les vols et les arrangements avec la loi.

Mais il va vite être confronté à ses propres méthodes et ses contradictions quand il va devoir enquêter sur cette chanteuse morte assassinée dans un hôtel de luxe. Chanteuse pour laquelle il va se passionner alors que son chef et oncle ne cesse de lui dire de boucler son enquête trafiquée.

Son chemin va croiser celui de la femme de ménage soudanaise immigrée victime collatérale de cette violence qui se déchaine pour préserver la réputation du golden boy du moment. Dans la société cairote masculine et gangrénée, le pouvoir des hommes ne cesse de s'imposer, la vie d’une femme ne compte pas si elle contrecarre les plans de l’homme. Nourredine semble prendre conscience, il se réveille enfin mais va voir à ses dépens à quel point ça coute de se rebeller contre le système, à quel point l’honnêteté ne paie pas…

Le film décrit les rapports entre la police et les politiques, entre les hommes et les femmes et montre une société où chaque couche sociale a son pouvoir, les migrants venant des pays d'Afrique étant une sous-couche... Tout ça sur fond de révolte et le film se termine durant les émeutes de la place Tahrir, la fin d’une époque ? Rien n'est gagné...

Un film noir, froid, dur et sans concessions, le polar à voir cet été... Un thriller politico-social qui surprend jusqu'au bout...

Je me suis demandée comment le réalisateur avait pu faire un film pareil en Egypte, l’image qu’il montre du pays est terrifiante… Il n’a pas pu, il a dû plier bagage trois avant le début du tournage et partir ailleurs pour faire son film…

 

Pourquoi j'y suis allée : un polar égyptien, la bande annonce m'a donné envie

Le Caire Confidentiel, Moi Moche et méchant 3, KO, Ava / Revue de films

Moi, moche et méchant 3 de Pïerre Coffin et Kyle Balda

 

"Dans ce troisième volet, Balthazar Bratt, un ancien enfant star reste obnubilé par le rôle qu'il a interprété dans les années 80. Il va devenir l'ennemi juré de Gru alors que ce dernier apprend le décès de son père et l'existence d'un frère jumeau nommé Dru..."

Une séance mère et fille parce que les Minions sont nos amis !

On a beaucoup aimé même si c'est un peu en dessous du premier. On aime toujours autant retrouver Gru, ses filles et maintenant Lucy sans parler des adorables crapules que sont les minions. Leur passage en prison est génial !

J'ai bien aimé le personnage de Lucy qui tient à être une maman pour les petites et ce n'est pas évident surtout avec une préado de 12 ans et une Agnès obsédée par les licornes. Qu'ils sont chou les parents qui ne veulent pas casser un mythe et faire de la peine à une enfant... On s'y reconnaîtra tous ! Gru et son jumeau Dru sont émouvants. Ces deux là ont besoin l'un de l'autre mais ne savent pas toujours se le montrer. 

J'ai adoré le revival années 80 avec une bande son délire et des clins d'oeil aux objets de l'époque. Pas sûr que cet aspect là du film parle aux enfants mais les parents étaient ravis.

Un bon moment, on rigole, on est ému et la fin genre film catastrophe est chouette. On voulait déjà adopter un minion et maintenant il y aussi un bébé chèvre à la "mignonitude" puissance 1000 !

Pourquoi j'y suis allée : fan de la série depuis le début et fidèle !

Le Caire Confidentiel, Moi Moche et méchant 3, KO, Ava / Revue de films

KO de Fabrice Gobert

 

"Antoine Leconte est un homme de pouvoir arrogant et dominateur, tant dans son milieu professionnel que dans sa vie privée. Au terme d’une journée particulière oppressante, il est plongé dans le coma. À son réveil, plus rien n’est comme avant : Rêve ou réalité ? Complot ? Cauchemar ?… Il est K.O. "

 

Antoine est un golden boy arrogant et suffisant à qui tout réussit dans une chaîne de télé à la mode. C'est un misogyne assumé qui fait régner le management de la terreur pour asseoir son pouvoir. Il ne se remet jamais en question et semble n'avoir aucun état d'âme.

Quand tout bascule il n'arrive pas à s'adapter. Il a les réactions contre-performantes de quelqu'un qui ne comprend pas ce qui se passe. Son caractère pourri fait qu'il continue à prendre les gens de haut, il en est pathétique.

Le spectateur est aussi perdu que lui. Pourquoi tout a changé ? C'est du surnaturel ? Un monde parallèle ? Faut-il chercher une explication ?

Et si c'était une une seconde chance de tout refaire à zéro ?

Le film propose une réflexion intéressante sur le monde du travail, sur la façon dont on se comporte, la façon dont on choisit de se comporter et les conséquences de nos actes. A la fois thriller fantastique et chronique existentielle de société, KO manque parfois de rythme mais je me suis laissée prendre au jeu. On sent la pâte des Revenants (la série crée par Fabrice Gobert) que ce soit dans la réalisation, l'univers où le casting et ça m'a plu.

Laurent Lafitte est excellent dans le rôle d'Antoine, déboussolé et s'accrochant à une réalité disparue.

Pourquoi j'y suis allée : parce que j'avais aimé Les Revenants et que Laurent Lafitte au casting suffit souvent à me faire déplacer en salle.

Le Caire Confidentiel, Moi Moche et méchant 3, KO, Ava / Revue de films

Ava de Léa Mysius

 

"Ava, 13 ans, est en vacances au bord de l'océan quand elle apprend qu'elle va perdre la vue plus vite que prévu. Sa mère décide de faire comme si de rien n’était pour passer le plus bel été de leur vie. Ava affronte le problème à sa manière. Elle vole un grand chien noir qui appartient à un jeune homme en fuite… "

Ava est confrontée à un moment de vie où tout bascule. Comment à 13 ans, âge où l'on croque la vie à pleine dent, peut-on imaginer que tout deviendra noir, que rien ne sera plus jamais pareil ?

Ava réagit comme elle peut face à cette terrible échéance, d'une part en étant encore plus dure avec sa mère et d'autre part en suivant ses instincts sans se poser de questions. Sa mère qui l'élève seule avec sa petite soeur de 2 ans et qui veut aussi profiter de l'été pour vivre des sensations amoureuses... Ava se retrouve de fait seule et libre de faire ce qu'elle veut sans rendre de comptes...

Elle va exploiter tous ses sens une dernière fois et vivre son été à fond, un été d'apprentissage à défaut d'un apprentissage sur quelques années..

Elle découvre sa sexualité, la petite délinquance, l'aventure, la transgression et dévore la vie sans regarder en arrière tout en passant du jour à la nuit.

Un beau film sur l'adolescence, l'âge des possibles, celui des expériences qui marquent une vie... Sensualité, poésie, une sorte de "Sea, sex and sun" sur grand écran... J'ai moins aimé la partie chez les gitans qui n'apporte pas grand chose au récit...

Pourquoi j'y suis allée : pour le sujet

Commenter cet article