La charge mentale des parents de lycéens (et de leurs enfants aussi évidemment)

Publié le 27 Juin 2021

La charge mentale des parents de lycéens (et de leurs enfants aussi évidemment)

Entre la réouverture du pays qui m'occasionne une charge de travail conséquente et tout ce qui est lié au lycée j'ai le sentiment de n'avoir pas d'autre chose dans ma vie en ce moment. J'exagère à peine.

Alors parents d'enfants en maternelle, primaire ou collège, profitez bien de ces années qui me paraissent tellement douces et sereines comparé à ce qui se passe dès que votre ado entre au lycée. Trois années durant lesquelles votre progéniture devient une autre personne, expérimente une vie privée qui vous échappe (si, si ne vous leurrez pas même si évidemment il y a un faible pourcentage d'ado qui n'a aucune vie sociale ou dont les parents verrouillent tout... mais perso je serais inquiète aussi...) et doit choisir le métier qu'il aura envie d'exercer, ah pardon ça c'est faux, c'est juste ce qu'on leur fait croire, doit choisir les études auxquelles il pense pouvoir accéder.

Trois années compliquées sur le plan "professionnel" et si on ajoute le covid et qu'on mélange bien, ça peut donner des nuits sans sommeil, des journées fatigantes à chercher, cogiter et l'espoir d'un avenir pas radieux sauf si on arrive à lâcher l'affaire... un tout petit peu.

Dès le premier trimestre de la seconde générale on demande aux élèves de réfléchir aux trois spécialités qu'ils vont prendre en première. Une énième réforme censée supprimer les inégalités et leur permettre de choisir leurs matières préférées ou celles dans lesquelles c'est carton assuré. Oui, le choix définitif ne sera fait qu'après le conseil de classe du 3e trimestre mais dans la majorité des cas il faut s'y prendre avant et bien se renseigner, surtout quand à la fin on dit à votre enfant, au dernier moment, qu'il ferait mieux de choisir autre chose s'il veut réussir. Et tout ceci sans vrai parcours d'orientation (est-ce la faute au covid ou la faute à une réforme précipitée qui "donne" des heures dans l'emploi du temps mais sans personne pour les assurer ?). En gros, il faut fouiller le net, poser des questions à des parents d'élèves, à la terre entière pour réussir à comprendre. Il faut savoir aussi que si l'élève ne choisit pas la spécialité mathématiques, il n'aura plus du tout de maths ni en première ni au lycée. (Et après on s'étonne du niveau des français sur le plan international...)

Je vous recommande les articles du magazine Phosphore sur le sujet des spécialités, ils sont très bien fait avec des témoignages.

Pourquoi on se prend autant la tête sur ce choix des spécialités ? Parce que notre cher Parcoursup va prendre le relais en première. Et apparemment il n'est pas cool. Il se fiche que tu aies choisi les matières que tu préfères parce que ce ne sont pas celles qu'il a choisi lui, pour la formation que tu veux faire toi. Et si tu n'as pas au moins 18 de moyenne, dis toi que tu n'as pas beaucoup de chance de faire les études qui te faisaient rêver depuis tout.e petit.e. C'est ce qu'on constate cette année.

Je lis tous les articles sur Parcoursup, les formations, les prépas, tout. Ce que je lis me donne le bourdon. Aujourd'hui il y a trop de jeunes qui veulent faire des études (mon dieu mais quelle horreur, rendez-vous compte !) et pas du tout assez de place dans les universités, prépas, formations, écoles etc... Il faut donc faire un tri et une sélection parce que malgré toutes les réformes, l'université française n'a pas suivi et manque de tout.

Donc ce n'est parce que tu veux de toutes tes forces et ta conviction être médecin, avocat, chercheuse, historien, psychologue ou que sais-je, que tu auras ne serait-ce que la chance de tenter et de réaliser ton rêve. On ne te laisse pas te planter on te refuse direct la formation que tu souhaites. Certains vous diront que c'est normal, que seulement le top du top devrait être admis de toute façon mais ce n'est pas parce que tu as une moyenne un peu juste au lycée que tu vas foirer tes études. Il n'y a pas que les 18 de moyenne qui peuvent faire de brillantes études, des gens se révèlent parfois plus tard.

Et aujourd'hui on voit des élèves accepter des voeux par défaut sur Parcoursup et se planter lamentablement parce que ça ne leur convient, ça ne leur plait pas, ce n'est pas ça qu'ils voulaient faire au départ.

Je pourrais parler du sujet durant des heures... j'ai fait le constat amer qu'aujourd'hui on ne peut plus vraiment choisir les études qu'on veut faire et ça me démoralise pour l'avenir de ma fille et de toute sa génération. Si on ajoute à ça, un trimestre de 3ème en moins et une année de seconde tronquée de la moitié, les spécialités en première ça va être chaud. On n'a pas fermé les écoles mais il n'y a pas eu l'enseignement auquel normalement un élève de seconde a droit.

Je sais que ça risque encore de changer car avec le covid, le bac donné à tout le monde ou presque, le contrôle continu... on entend parler de nouveaux aménagements pour le bac. Mais la génération 2005-2006 va t'elle payer les pots cassés du covid et des réformes ?

C'est usant d'essayer de comprendre ce qui va se passer car l'éducation nationale ne communique pas beaucoup sur le sujet, son seul mantra étant "on n'a pas fermé les écoles !"

Mon conseil aux parents d'enfants entrant au lycée, renseignez-vous, cherchez et parlez avec vos enfants de l'orientation. Tout ça arrive plus vite qu'on ne pense...

Et maintenant on va essayer de passer des bonnes vacances sans se prendre la tête mais ça n'est pas fini... Quand on saura quels sont les professeurs assignés aux spécialités de l'enfant (les lycées ne sont pas égaux sur la pédagogie, il y a de vrais épouvantables et casseurs professeurs notamment en mathématiques...) on va peut-être pleurer et hurler de désespoir en serrant les dents...

Je n'ose même pas imaginer ce qui se passerait si encore une fois, la rentrée scolaire était menacée par le covid et de fait par toute cette population qui refuse de se faire vacciner... (je dis ce que je pense et j'en ai le droit).

 

Sinon ça va... mais je n'arrive pas à lâcher totalemet prise sur le sujet ni à me dire "Advienne que pourra..." !

 

Ps : ceci est mon expérience personnelle combinée à celles d'autres parents avec qui on a échangé régulièrement sur ces sujets depuis plus d'un an...

Rédigé par Carole Nipette

Publié dans #La vie au lycée, #Les réflexions existentielles d'une maman

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Ma fille ne rentre qu'en 4e mais je suis déjà inquiète pour l'avenir en voyant comme c'est compliqué. Entre les options, les examens et Parcoursup... J'espère que ça s'améliorera dans quelques années...
Répondre
C
j'espère aussi pour les suivants... mais ce qui ne semble pas prévu à l'amélioration ce sont les places disponibles dans les formations...
S
Oulala ça me fait flipper d’avance. Les filles étant un peu loin de ce parcoursup mais j’entends des parents pour après le bac ces chaud. Une cousine a eu tout ce qu’elle a voilé avec 18 de moyenne en terminal
Répondre
C
oui c'est chaud, tant mieux pour ta cousine !
L
Ici on est en plein dedans car elle termine son année de première. Etee en pro aura eu cet avantage de la conforter dans son choix de carriere mais le covid a aussi eu un impact une demi année seulement un stage annulé de 4 semaines qui a put etre reporte en ce moment même jusqu'au 10 juillet. Elle commence a voir si les etudes apres pourront etre possibles car la aussi le covid a laisse des traces les entreprises sont frileuses pour de l'alternance donc aucune idée de ce que ça dinnera pour la suite et les profs n'aident pas car eux aussi ne savent pas.
Répondre
C
J'espère que ça ira pour son alternance, je croise les doigts !
W
On a été en plein dedans ici aussi avec le Grand ado (il vient de finir sa 2nde). C'est clair que l'orientation c'est lége lège, on s'est débrouillé comme on a pu. Je me demande ce que ça va donner l'an prochaine en 1ère O_o
Répondre
C
Nous sommes dans le même cas donc !
G
on connait un peu car ma soeur est prof mais ça change rien car c'est merdique comme réforme et parcours sup est une jungle :(
je connais plein de parents dont les enfants sont en stress et c'est nul
on profite clairement du fait que le grand soit en 6 eme et on verra après mais j'espère que ça va se ressaisir
Répondre
C
j'espère aussi pour vous !
V
Bonjour
Ma fille aînée n'était qu'en 5 ème cette année, mais en effet quand je vois que tout a changé ( les options, les séries...), Je me sens un peu larguée..
Et je pense comme toi pour ceux qui ne se font pas vacciner.
Je suis personnel soignant et ça m'énerve au plus au point chaque année quand par exemple des personnes âgées ne se font pas vacciner contre la grippe et que finalement elles se retrouent en réa avec le syndrome du " ah je ne pensais pas que..." Là on en a tous marre de ce covid, il y a un vaccin, alors, svp prenez rdv.... et ne nous dites pas ah je ne savais pas....
Ma fille sera vaccinée cet été.
J espère que l'année prochaine sera enfin une année " normale"
Valérie
Répondre
C
J'étais un peu préparée et pourtant je me suis sentie larguée aussi...
je te comprends, c'est désespérant et pourtant une grande partie du personnel soignant ne veut pas se vacciner alors que ce sont des personnes censées avoir choisi de croire la science... je l'espère aussi surtout pour nos enfants... Merci Valérie