Séries en série / Mars 2021

Publié le 5 Avril 2021

It's a sin / Mini-série en 5 épisodes - Canal+

La série suit cinq jeunes de dix-huit ans qui s'installent à Londres en 1981 et dont la vie est bouleversée par l'épidémie du sida. It's A Sin suit le parcours respectif de Ritchie, Roscoe, Colin et Ash dans la capitale anglaise, au moment de leur entrée dans la vie d'adulte...

La nouvelle série de Russell T Davies (Queer as folk une série que j'ai adoré en son temps, Years and Years...) raconte l'amitié d'une bande de potes homosexuels dont chacun vit sa sexualité et son identité différemment... avec malheureusement la même toile de fond, l'arrivée d'un mystérieux virus ravageur... On se croirait en 2020 ou presque...

Comment ne pas se laisser emporter par cette bande joyeuse, menée par la géniale Jill, une amie qui vous veut du bien quoi qu'il arrive. Elle va être le lien entre tous, tout au long de cette décennie mortelle. On voit bien comment l'arrivée du sida a bouleversé toute une génération et la façon dont ça a été au début est terrible aussi bien sur le plan médical que sur le plan humain. On les voit grandir, évoluer, s'émanciper, trouver leur voie... et gérer leurs familles dont certaines sont à vomir.

Et la musique, on en parle de la musique ? Pet Shop Boys, Duran Duran, Blondie, Joy Division, Soft Cell, OMD... j'ai fait un beau voyage musical dans ma jeunesse...

J'ai adoré la série. J'ai trouvé beaucoup de similitudes avec les personnages et l'histoire, durant les mêmes années en Suède, racontés dans un des plus forts romans que j'ai lu de ma vie, le chef-d'oeuvre "N'essuie jamais de larmes sans gants" de Jonas Gardell (roman trop méconnu en France). Au début j'ai même cru que c'était une adaptation. Cela a joué dans mon ressenti car j'ai pu revivre mes intenses émotions du roman à travers la série.

De la tristesse, de la nostalgie, de l'injustice, des destins brisés mais une formidable envie de vivre et l'amitié et la solidarité qui font un bien fou !

 

Ted Lasso S1 / Apple TV

L'entraîneur de football américain Ted Lasso est recruté pour entraîner une équipe de football anglaise, bien qu'il n'ait aucune expérience dans ce sport.

Un coup de coeur pour cette série dont les épisodes sont beaucoup trop courts !

Comédie et tendresse, absurde et humanité sont les ingrédients de cette série dont je n'imaginais pas tout le potentiel. On rigole, on est ému et surtout on ne juge pas sur les apparences. Chaque personnage est bien écrit, bien interprété, un régal de série. Entre les coachs, les footballeurs, les femmes de footballeurs (tient encore "vieille" série que j'avais kiffé "Femmes de footballeurs"), la directrice... tout le monde est décortiqué d'une manière drôle et touchante.

C'est une série américaine avec 90% de série british et c'est totalement réussi.

Normal people - Mini série 1 saison / Starzplay

La relation compliquée entre Marianne et Connell depuis leurs années lycée dans une petite ville de l'ouest de l'Irlande jusqu'à leurs études universitaires au Trinity College, à Dublin. Intelligent, athlétique et populaire, Connell est troublé par Marianne, une camarade intimidante, solitaire et non moins intelligente. Les premiers émois nés à l'abri du regard des autres survivront-ils à la lumière ?

Une histoire d'amour simple et compliquée dans laquelle la différence de milieu social joue un rôle dans la façon dont on se construit par rapport à ça, les préjugés qu'on se coltine et les barrières invisibles qu'on n'arrive pas toujours à franchir.

Une magnifique série empreinte d'une grande douceur qui nous raconte l'amour universel à travers deux personnages qui aiment, qui doutent, qui se cherchent, qui osent ou qui n'osent pas, qui se questionnent, qui s'abandonnent, qui se quittent, qui se retrouvent, qui se sentent jugés, des gens normaux... De la douceur qui n'empêche pas les drames auxquels les deux amoureux sont confrontés, qui les éloignent ou qui les rapprochent.

C'est sensuel, poétique, tendre et on est littéralement imprégné de Marianne et Connell qui semblent faire partie de nous. Leurs regards, leurs gestes, tout est juste et la caméra retranscrit parfaitement leur alchimie. Une histoire d'amour, une histoire de choix, une histoire de vie...

 

En thérapie S1 / Arte

Paris, automne 2015. Philippe Dayan reçoit chaque semaine dans son cabinet à deux pas de la place de la République, une chirurgienne en plein désarroi amoureux, un couple en crise, une ado aux tendances suicidaires et un agent de la BRI traumatisé par son intervention au Bataclan.

Je me suis accrochée et je suis allée au bout des 35 épisodes (en deux mois quand même) parce que la curiosité l'a emporté. Mais quel ennui pour ma part. En vérité, si les noms du duo Toledano/Nakache n'étaient pas dans ce projet, jamais je n'aurais regardé une série qui raconte des séances de psy. Pas ma came, pas mon intérêt, pas ma culture...

Alors oui, de temps en temps j'ai été un peu touchée par certaines séances du flic (émouvant Reda Kateb) mais mes préférées sont celles de l'adolescente (formidable Céleste Brunnquell qui crevait l'écran dans le film "Les Eblouis"). Pour le reste, ennui et pas d'empathie, ça ne se commande pas ! Je ne l'ai pas vraiment aimé ce psy même si je vois bien qu'on veut nous montrer qu'il entend régler les soucis de ses patients alors que sa vie perso est en vrac mais il ne fait pas grand chose pour réagir. Je ne sais pas non plus dans quelle mesure toutes ces séances étaient crédibles...

Consciente que mon avis va totalement à l'encontre d'une immense majorité qui encense cette série à côté de laquelle je suis complètement passée (et totalement hermétique !).

Ginny and Georgia S1 / Netflix

Georgia et ses enfants Ginny et Austin viennent s'installer à Wellsbury. Le riche mari de Georgia vient de mourir dans un accident de voiture, la laissant seule héritière. Elle a eu Ginny lorsqu'elle n'avait que quinze ans, et se sert aussi bien de son intelligence que de sa beauté pour arriver à ses fins. Elle s'intéresse aussitôt au maire de la ville, Paul Randolph. De son côté, Ginny est une adolescente qui se trouve une amie à Wellsbury, Maxine, mais qui est attirée par le frère jumeau de cette dernière, Marcus...

Georgia, est clairement une mère pas comme les autres. On va la découvrir tout au long de cette première saison et elle va nous surprendre de tous les côtés. C'est une tornade au passé douloureux qui tente de trouver sa place dans une société qui la juge trop souvent du mauvais côté. On s'attache à elle et on essaie de comprendre ses choix pas toujours fidèles à la norme mais Georgia est une survivante. Pour Ginny, ce n'est pas facile de gérer une mère si jeune et si exubérante. La communication est perturbée. Elle est dure avec sa mère et ça aussi on peut le comprendre car la stabilité de vie n'est pas souvent au programme et c'est le jeune Austin qui en souffre le plus.

Une bonne surprise pour moi grâce à un mélange teen série, comédie drama et polar. Je me suis lancée dedans sans conviction et j'ai tout de suite accroché.

 

Love Victor S1/ Disney+ et Hulu

Se déroulant dans le même univers que Love, Simon - le film de Greg Berlanti - cette série suit le quotidien de Victor, tout nouvel étudiant au sein de la Creekwood High School, un établissement réputé de la banlieue d'Atlanta.

Une teen série gentille qui aborde le thème du coming out mais surtout de la recherche de son identité. Ici, Victor cherche à entrer dans la norme, il ne veut surtout pas se faire remarquer et il ne sait pas où il en est. Il écrit donc à Simon qui lui donne des conseils en retour. Victor doit aussi faire face à des problèmes familiaux avec ses parents qui sont en pleine crise de couple. C'est encore moins évident de s'affirmer dans ces conditions.. On va suivre le cheminement de Victor à travers ses amitiés et ses amours alors qu'il essaie désespérément de ne blesser personne et donc de faire des compromis...

La série bonbon, j'ai passé un très bon moment en compagnie de ses ados qui doutent et qui apprennent...

 

Wandavision - Mini série / Disney+

Trois semaines après la fin des évènements liés à Thanos, Wanda Maximoff est dévastée par la mort de son compagnon, le synthézoïde Vision. Elle se rend alors dans la petite ville de Westview dans le New Jersey, où Vision et elle avaient l'intention de s'installer...

Avec Wandavision, Marvel inaugure un nouveau format et une nouvelle stratégie. Les séries sont des continuités entre des films de l'univers MCU (Marvel Cinematic Universe). Ici, l'action se passe après The Avengers Endgame et on retrouvera Wanda dans le prochain Dr Strange. Difficile donc, selon moi, de tout capter si on n'a pas suivi un minimum les films Marvel.

Etant plutôt fan de l'univers j'ai apprécié la série et son côté bizarre du début, on ne sait pas où on va, ce remix des sitcom américaines des 50's et 60's... On se dit que tout ça cache quelque chose de bien plus profond... Et à la fin on se retrouve bien chez Marvel avec ses codes et ses personnages... Wandavision est centré sur Wanda Maximoff, on entre dans sa psyché et ses mémoires mais surtout c'est une magnifique histoire d'amour qui est racontée ici. Un amour qui défie tout et en ce sens la série m'a touchée.

 

Alice in Borderland S1 / Netflix

Arisu, jeune homme apathique, sans emploi et obsédé par les jeux vidéo, se retrouve soudainement dans une étrange version vidée de Tokyo dans laquelle lui et ses amis doivent participer à des jeux dangereux pour survivre. Dans ce monde étrange, Arisu rencontre Usagi, une jeune femme qui navigue seule dans les jeux. Ensemble, ils entreprennent de percer un mystère après l'autre alors qu'ils risquent leur vie et confrontent ce que signifie vivre.

J'ai commencé par curiosité et je n'ai pas pu m'arrêter du week-end ! Ludique et flippant à la fois. Les gens sont obligés de participer à des jeux qui leur font faire des choses impensables, qui leur apprend sur eux-mêmes parce qu'ils ne s'en croyaient pas capables mais qui les laisse souvent détruits psychologiquement. Ils n'ont pas le choix, même s'ils ne jouent pas ils meurent...Arisu et Usagi vont mener l'enquête pour trouver qui les a mis dans cette situation et pourquoi... Il faut se méfier de tout le monde, tout le temps mais pourtant ils ont besoin d'alliés...

Des airs de Battle Royale (film que j'avais adoré en son temps et qui m'avait scotchée), un vrai suspense à chaque jeu car on ne sait jamais qui va s'en sortir indemne et deux jeunes gens touchants qui ont des choses à prouver au monde et à eux-mêmes, qui se révèlent dans l'épreuve et l'adversité...

La survie à tout prix mais la survie a un prix...

The One S1 / Netflix

Rebecca Webb est la créatrice d'un site de rencontres au succès fulgurant "The One". Grâce à un test ADN, chacun peut trouver son âme soeur telle une évidence. Mais un corps retrouvé dans la Tamise va faire remonter à la surface le passé de Rebecca...

Pas une grande série à mon sens (parce que le sujet aurait pu être mieux exploité) mais à fort potentiel de bingewatching. Sujet vraiment intéressant et contemporain et je ne sais pas si le pitch de départ est réaliste mais quelque chose du même genre pourrait tout à fait se mettre en place sur nos applis de rencontres.

La série oscille entre présent et passé et on découvre petit à petit comment Rebecca a mis au point "The One". L'enquête policière fait vaciller l'empire de Rebecca mais c'est une grande manipulatrice à l'ambition dévorante qui ne laisse personne se mettre en travers de son chemin. Aussi parce qu'elle croit vraiment à son invention dont on va découvrir certains aspects avec les autres personnages de la série qui ont recours à l'application qui va changer leurs vies... Toutes les questions existentielles qui traversent la série sont vraiment intéressantes et on pourrait en parler pendant des heures...

Une série dystopique mais pas tant que ça finalement et c'est flippant...

 

Le Narcisse noir / Mini-série en 3 épisodes / Disney+

Aux confins de l'Himalaya, une congrégation de nonnes s'installe dans un ancien harem afin de transformer le lieu en dispensaire. Dean, un agent anglais installé dans la région depuis longtemps, est chargé de les aider à construire l'école qui servira à éduquer les enfants de la région.

Une version longue de l'adaptation du roman éponyme après le magnifique film de Michael Powell et Emeric Pressburger en 1947. Une histoire troublante mettant en scène les soeurs britanniques d'un ordre établi dans l'Inde colonisée avec les locaux dont les rapports ne sont pas toujours évidents. Sur fond de possession psychologique dans des décors incroyables. Troubles des corps et des sens, toujours à la limite... On se laisse emporter par l'ambiance et les paysages sublimes de l'Himalaya. Un huit clos à l'atmosphère pesante et toujours sur la corde raide, une série envoutante... qui donne envie de revoir le film !

Neuf meufs / Canal+

Dans un immeuble parisien vivent neuf femmes, d'âges très différents, mais bien de leur temps. D'étage en étage, on assiste à des instantanés de vie. Une série de Emma de Caunes et Diastème.

Pas convaincue dans l'ensemble par ces mini-histoires, je ne sais pas si c'est le format ou la façon dont sont racontées les histoires mais hormis Sylvia et Framboise je n'ai pas accroché plus que ça...

 

6 X confiné.es / Canal+

6 histoires qui ont en commun de se dérouler durant le premier confinement. 6 fables qui explorent dans des registres différents la façon dont le pire, et parfois le meilleur de chacun, s’expriment dans cette situation inédite.

Plutôt une bonne surprise que ces histoires de confinement entre réalisme, poésie et imaginaire. Les six épisodes sont parfois inégaux mais j'ai passé un bon moment et le casting est chouette. Mes préférences niveau histoires et originalité : Scorpex, L'amour du game, Le casse du siècle et Gina (ma préférée).

Rédigé par Carole Nipette

Publié dans #Nipette en séries

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
W
Dans ta liste, je n'ai vu que Wandavision et j'en ai tiré à peu près le même sentiment. J'ai un peu plus de mal avec Falcon et le Soldat de l'Hiver. je me laisserai bien tenter par Ginny et Georgia.
Répondre
J
moi j'ai bien aimé en thérapie même si j'ai trouvé que c'était un peu long a des moments. The one aussi c'est sympa à regarder
Répondre
S
en ce moment je regarde La servante écarlate, très perturbant !
Répondre
C
Quand j'ai vu la série à ses débuts j'ai été épouvantée par la similitude avec nos sociétés, en tout cas dans certains pays...
S
Wouaw tu en regarde des série. J’ai pas fini celle commence en février lol et pour 6x confiné j’ai pas du tout accroché biz
Répondre
C
Oui je regarde beaucoup de séries, parfois en occupant mes mains ailleurs... mais vu tout le temps que j'ai en ce moment ;)
G
Faut que je regarde it's a sin, elle me tente cette série !
Gini j'ai adoré tout comme the One et Wanda Vision même si ces univers sont différents
En ce moment je regarde brooklyn 99 ^^
Répondre
C
j'ai toujours envie de regarder Brooklyn 99 mais quand je vois le nombre de saisons je suis découragée :) pour le moment !
M
Je pense que It's a sin est la prochaine série que je vais commencer. Et peut-être Ted Lasso, tout le monde me dit que c'est génial!
J'avais tellement aimé Normal People quand je l'avais regardé <3
Répondre
C
Ted Lasso est une série qui fait du bien :)
P
bien tentée par the one, le narcisse noir et alice. Pas accroché non + à en thérapie, pourtant j'avais adoré en analyse la version américaine... je regarde en ce moment the misfits mais du mal à finir
Répondre
C
Je n'ai pas vu En Analyse... The Misfits j'avais adoré en son temps mais les première saisons, je crois qu'après la 3 qui déjà partait dans un délire différent j'ai lâché l'affaire...