Le don d'organes, un sujet dont on peut parler avec ses enfants...

Publié le 11 Avril 2014

carte-don-dorgane.jpg

 

J'aime les mercredis avec ma fille parce que je profite vraiment d'elle toute une journée. Elle n'a pas 50 activités mais une seule en fin d'après-midi, on ne prévoit rien, en général on décide le matin même ce que ce sera notre journée. On traine, on fait des devoirs, on jardine, on fait quelques courses si besoin, on va au ciné ou chez un docteur s'il le faut et surtout on discute beaucoup. Ce sont mes moments préférés, ces discussions à bâtons rompus lorsque sa curiosité et ses réflexions sont sans limites.

On peut vraiment parler de beaucoup de choses avec un enfant, on a le sentiment que non mais ils sont souvent plus matures et plus compréhensifs qu'on ne le pense.

 

Parfois elle me surprend mais là je dois dire qu'elle m'a scotchée. C'est parti d'une discussion sur la maladie du frère d'une connaissance commune. On a parlé des médecins, de la façon dont ils pouvaient sauver des gens puis des greffes et de transplantation. Elle ne l'a pas dit avec ce mot mais savait qu'on pouvait changer le coeur de quelqu'un.

 

Nous en sommes arrivés à parler du don d'organes. Ses questions ont fusé "Et comment on fait ? Et tout le monde peut donner ses organes ? Et comment ils savent que tu veux donner ? Mais si on est en train de mourir comment ils peuvent savoir que tu veux bien donner ton coeur ou tes yeux ? Et toi maman tu veux ? Et papa ? Est ce que quand on est très vieux on peut aussi donner ?"

 

Je lui ai expliqué qu'en général les gens en parlaient en famille et que les proches savaient si quelqu'un voulait être donneur d'organes ou pas. Ou qu'il existait une carte de donneur, comme celle de son papa.

Le fait que l'on puisse choisir lui a plu parce "maman c'est bien de respecter les désirs des gens même quand ils sont morts...".

Quand à elle, aucune hésitation, elle m'a tout de suite dit "Moi je veux donner mes organes. Parce que si je meurs, je ne sers plus à rien, donc je veux pouvoir aider quelqu'un qui en a besoin".

 

Elle a tout dit, tout compris toute seule. Peut être que si un jour la religion s'en mêle et que ses croyances changent, son avis sur la question changera aussi et ce sera son droit. Je suis juste heureuse qu'elle ait intégré cette notion et que si la mort peut servir à quelque chose, c'est bien qu'elle serve à sauver un être humain.

 

La mort n'a jamais été un sujet tabou avec Nina, elle a toujours eu des réflexions censées ou drôles sur le sujet. Cela n'empêche pas la tristesse qui va avec parfois, ni mes larmes lors des toutes premières questions mais on peut vraiment aborder tous les sujets liés comme le don d'organes d'une façon naturelle. Et quelque part, on dédramatise et on essaie de profiter du mieux qu'on peut...

 

En attendant on peut aussi donner son sang mais le coup de la prise de sang, elle n'est pas encore prête ma fille !

 

Pour toutes les questions qu'on peut se poser le sujet il y a le site Don d'organes ainsi que plein de reportages et réponses aux questions sur Allo Docteurs.

Rédigé par Carole Nipette

Publié dans #Les mots de Nina

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Ah je ne savais pas que la famille pouvait refuser si on avait émis le souhait.
En tout cas, c'est bien d'en parler, vous avez raison !
Répondre
C


oui moi non plus, comme quoi si on veut vraiment donner il faut s'inscrire



V
Si Carole justement la famille peut refuser
Répondre
C


ben mince... c'est dingue que la famille puisse aller outre le souhait de la personne...



M
Même à 37 ans, le don du sang, je ne peux pas. La vue d'une seringue m'achève !
Répondre
C


tu n'as qu'à fermer les yeux :)



L
Jolie conversation ... ici les filles savent qu'on peut faire un don de son vivant mais aussi quand on est mort mais pas encore abordé le sujet plus profond ....
Répondre
C


c'est déjà pas mal ce qu'elles savent :)



M
Ici le don d'organes n'est pas tabou, j'ai ma carte sur moi. J'expliquerai à mon fils lorsqu'il aura l'âge ce que c'est. La mort non plus n'est pas un sujet qui l'angoisse, en fait à partir du
moment où c'est expliqué "simplement" il est satisfait.
Bravo à ta fille, elle a un grand coeur!
Répondre
C


je crois aussi que les explications simples sont mieux que les histoires de ciel et cie...



V
Bonsoir

Je partage votre avis.
Je vous apporte cependant quelques informations en plus.
La carte de donneur sert "juste" à informer les proches et éventuellement les personnes qui feront l.inventaire lors du décès que la personne souhaitait être donneur. Cependant si la famille refuse
que la personne décédée soit prélevée pour faire un don d organe, le personnel soignant sera obligé de respecter le refus.

A l inverse il existe une liste nationale de refus d être un donneur d.organe, et si la famille souhaite que le patient soit donneur, cela ne sera pas possible. ..

Ensuite il faut savoir qu.il y a certaines contre indication à être donneur d.organe que les soignants vérifient avant de lancer la procédure de prélèvement ( certaines pathologies, infections)
d.où l importance que tout le monde soit sensibilisé pour ne pas refuser "idiotement" qu.un de nos proches soit un potentiel donneur.

Valerie
Répondre
C


Merci pour ces infos... mais la famille ne peut pas refuser alors que le donneur à sa carte j'espère ? on a parlé de ça aussi avec ma fille, qu'on peut donner si la santé suit (en gros)



R
Epatante ta fille!!! Je suis d'accord avec elle, on ne sert plus à rien une fois mort! J'ai ma carte de donneur d'organes toujours sur moi..

Sinon, profite bien de ses moments avec ta fille.. rares sont les fois ici où John-Kévin veut bien nous parler...
Répondre
C


on se retrouve souvent seules, forcément enfant unique... du coup on a pas mal de discussions...



K
son sang et sa moelle osseuse.
Répondre
C


oui tout à fait mais pour la moelle c'est un protocole un peu plus complexe...